LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le voyadze in Amèritche - Le voyage en Amérique

par par Noëlle Décaillet Les Marécottes

play pause
Le voyadze in Amèritche Le voyage en Amérique
Ché an lé, l'è proeu tu on an dè rin ! Cette année là n'avait pas été bonne !
Le foryie chè fé tâ. L'a falu atindrè oeutre a la fin dè juilyè po pouèi  in.narpâ. Apré, l'a byin plu. Li fin l'on bakanya tankè apré Féta d'Ou. D'oeuton, la nèi l'è tu bâ, achètâye oeu velâdze, dèvan chloeu ke l'èiron pè li mayen. Pè li pró, y'avèi rin, pâ dè boune choulye, l'avèi fé frèi. Tui li mèi doeu tsotin on avèi yu la nèi vèni bâ oeu chondzon di bèke ! Le printemps était arrivé tardivement. Il avait fallu attendre presque jusqu'à la fin juillet pour inalper le bétail. Après, il a beaucoup plu. Avec la pluie, les foins ont traîné jusqu'à Fête d'août. En automne la neige s'est installée au village avant que les gens et les bêtes qui étaient dans les mayens soient descendus. Dans les prés, il ni avait pas beaucoup d'herbe pour les vaches, il avait fait froid. Pendant tous les mois de l'été on avait vu neiger au sommet des montagnes !
Oeu payi, l'èrèi la mijèire ! Pou dè fin, pou dè bló, tan pou dè trifle ke chè dèmandâvon tui koumin l'aron pachó l'ëvèi ? Au pays c'était la misère ! Peu de foin, peu de blé, si peu de pommes de terre, tous se demandaient comment ils auraient passé l'hiver ?
Doeu trèi dè chloeu dzouvëne l'on moujó parti po l'Amèritche ! Quelques jeunes hommes ont pensé partir pour l'Amérique.
L'èivon rèchu dè boune novale di oeutre par lé ! Dëyèvon ke l'èivon tui trovó dè travalye, ke y'avèi to a férè, ke y'avèi rinkè a volèi travalyie è chin, prèvèi, li dzouvëne dè par intche chèivon chin ke l'èirè ! Ils avaient reçu de bonnes nouvelles de là-bas. Toutes disaient qu'il y avait du travail, que tout était à faire, qu'il suffisait de vouloir travailler et çà , c'est sûr, les jeunes de par ici savaient ce que ça signifiait.
Djan-Jojè è chloeu dè cha famëlye l'on fé li fon dè tërin po pouèi  atsètâ le bëlyè doeu trin tankè oeu Havre è, apré, prindrè le bató. Jean-Joseph et les membres de sa famille ont fait les fonds de tiroir pour pouvoir payer le billet de train jusqu'au Havre puis le bateau.
Plin d'èspoi, Djan-Jojè è dou dè chi kopin parton apré avèi dë arèvi à tui è promètu d'invoyie katyètsouje stou ke l'aron pu trovâ dè travalye. Plein d'espoir, Jean-Joseph et deux de ses copains sont partis après avoir dit au revoir à tout le monde et promis d'envoyer quelque chose aussitôt après avoir trouvé du travail.
Arevó oeu Havre, li trèi galapatse chè chon prèjintó po atsètâ on bëlyè po prindrè le bató. Me, le bató l'èirè in rètâ, falivè atindrè katyè dzo. Arrivés au Havre, les trois grand gaillards se présentent  pour acheter un billet pour le prochain bateau. Mais le bateau était en retard et il fallait attendre quelques jours.
Po pachâ le tin, chloeu dzouvëne l'on profitó dè dèkrevi le payi. L'èirè tan difèrin dè chèi ke konyèchèivon ! On pouèi chè vrëyie dè tui li lâ, y'avèi pâ ouna bèke, d'éwe, d'éwe rinkè d'éwe, todzo d'éwe ke mouchè bâ dè l'âtre lâ ! Djan-Jojè chè chintèi pardu. Djan-Jojè l'avèi le chimblalon di montanye, l'avèi le grou tsarüye chu ! Pour passer le temps, ces trois jeunes sont allés à la découverte du pays. C'était si différent de ce qu'ils connaissaient ! D'où que l'on se tourne, on ne voyait pas une montagne, de l'eau, que de l'eau, toujours de l'eau qui tombe là-bas de l'autre côté !
Kan le bató l'è tu ïntche, l'a pâ pu poeuyie dèchu. Li dou kopin l'on to èiprovó po le férè alâ avoué yue me, Djan-Jojè l'a pâ pa pu poeuyie ! Jean-Joseph se sentait perdu. Il avait un ennui terrible de ses montagnes. Lorsque le bateau est arrivé, il n'a pas pu y monter malgré les encouragements de ses deux compagnons.
Djan-Jojè  l'è aló prindrè le trin po tornâ a mèijon ! Jean-Joseph a pris le train pour retourner à la maison.
Kan l'è arevó ver lui, l'èirè chèra noué. Li parin chon tu dèchondja kan l'on avoui bouchyie a la porta. Lorsqu'il est arrivé chez lui, la nuit était sombre et noire. Les parents ont été réveillés lorsqu'ils ont entendu frapper à la porte.
Oh ! Chon pâ tu kontin ! Oh ! te parèi, tyinta vargonye ! Oh ! ils n'ont pas été contents ! Oh ! quelle honte !
T'è muje te, Djan-Jojè, n'in dë parto ke t'èirè in Amèritche po ganyie d'ardzin è, òra, t'é dja a mèijon ! T'è fó tè katchyie oeutyèchèi, le tin dè lachyie moujâ a tui ke t'a tu lëji d'alâ in Amèritche è dè tornâ.. Chi an n'in pâ dè kayon, t'â rin kè a tè katchyie oeu kramo, oeu boeu ! Djan-Jojè l'è tu forche dè ch'aloeuyie oeu kramo ! Penses-tu, Jean-Joseph, nous avons annoncé partout ton départ pour l'Amérique afin de gagner un peu d'argent et, te voilà déjà à la maison ! Tu dois te cacher afin que chacun puisse penser que tu es allé en Amérique et revenu. Cette année nous n'avons pas de cochon, tu n'as qu'à te cacher dans son boiton, à l'écurie ! Jean-Joseph dû s'arranger dans le boiton !
On noué, dèvèi le tâ, l'è te pâ arevó on makenyon, oeu boeu, po atsètâ la modze ! La bràva  modze ke Djan-Jojè l'avèi, po dërè, alèvó. L'è lui ke li avèi  balya le dèi, kan l'èirè vé, po la férè bèire oeu chélon!  La bràva modze ke l'avèi tan bin chouèinya ! Un soir, tantôt, n'est il pas arrivé à l'écurie un maquignon pour acheter la génisse ! La belle génisse que Jean-Joseph avait, pour ainsi dire, élevée. C'est lui qui lui avait apprit à boire le lait dans la seille. La belle génisse qu'il avait si bien soignée !
Mâleureujamin, chi an, l'èivon tan pou dè fin a la grandze, l'èiron forche dè la vindrè. Malheureusement, cette année, il y avait si peu de foin, on devait la vendre.
Le makenyon, l'in volèi  pâ balyie chin ke le pâre l'avèi dèchidó è, chè tsinkanyievon. Le pârè koudjievè proeu férè valèi to chin ke chla bétche l'avèi dè bon, le makenyon li trovâvè todzo on dèfó è, tui dou, krëyavon todzo adé mé ! A chèi  ke chè katchievè oeu kramo li venyèi tsó . Le maquignon ne voulait pas payer ce que le père avait décidé et, ils se disputaient. Le père essayait de faire valoir toutes les qualités de la bête tandis que le maquignon lui trouvait toujours un défaut et tous deux criaient toujours plus fort.
To per on kou, l'a pâ pu ch'intrètèni, l'a krëyó : " L'è pâ dabo bon, che chèilye pâ in Amèritche, voue pâchèrâ foue ! " Tout à coup, celui qui se cachait dans le boiton, n'y tenant plus, se mit a crier : " Ah ! si j'étais pas en Amérique, vous passeriez dehors ! "
Le martchandâdze l'è tu fournèi. L'on pâ vindu la bràva modze è, tanpi che l'on mindja li trifle cherche to l'ëvèi ! Le marchandage a été terminé. La génisse n'a pas été vendue et, tant pis si ils ont mangé tout l'hiver  les pommes de terre  sans accompagnement !
Madèléna   Madeleine

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT