LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le vyoeu è li trèi dzouvëne. - Le vieillard et les trois jeunes hommes.

par Madeleine Bochatay, avec la voix de Jean Bochatey du Trétien

 

play pause

 

Trèi galimafró, l’alâvon on matin
Pè la kanpanye, in dè brawe tsemin.
L’èiron bin fé, bin vêti, bin nërèi,
L’èivon le pya alarte è le prèdze parèi !
Kan oeu chondzon d’on kourti chon tu arevó,
L’on yu, d’akrepenyon darèi ouna bochenó,
On vyoeu ke plantâvè on pèrèi.
L’avèi pâ tan dè forche me, byin dè chavèi.
Trois grands gaillards allaient un matin
Par la campagne en de jolis chemins.
Ils étaient bien faits, bien vêtus, bien nourris,
Ils avaient le pied sûr et la parole aussi !
Quand au sommet d’un jardin potager sont arrivés,
Ils ont vu, courbé derrière un buisson
Un vieillard qui plantait un poirier.
Il n’avait pas tellement de force mais beaucoup de savoir.
Li trèi dzouvëne l’on kreyó :
Ke te fé pérè-gran ? T’é byin troua inkrenó
Po plantâ à ton âge ! Â te moujó à chin ?
Le Bon Dyu t’è lâchèrè pâ onko d’an è d’an dè tin !
Te poré pâ, prèvèi,
Ton travalye férè valèi.
Tè fó, di ore, a pachâ dèlé tè prèparâ !
L’è por ne l’avèni, li-j-espoi dè la vya !
Les trois jeunes hommes ont crié :
Que fais-tu père-grand ? Tu es beaucoup trop vieux
Pour planter à ton âge ! As-tu pensé à çà !
Le Bon Dieu ne te laissera pas encore des ans et des ans !
Tu ne pourras pas, c’est sûr,
Ton travail faire valoir.
Il te faut, dès maintenant, à passer de l’autre côté te préparer !
C’est pour nous l’avenir, les espoirs de la vie !
Oh ! dè chin fó voue mofiâ , loeu dë le pérè-gran,
Kó poeu dërè vouèi ke vèirè l’ârba dèman ?
Che le Bon Dyu koulyè li flue chètse
Koulyè achebin, è proeu chovin, li frètse !
Pouèi ye pâ lachie è petyou-j-èfan dè ma fëlye, on chovèni ?
Y’é dja le grou plèiji dè moujâ ke mindzèrin chloeu pèrui.
Oh ! çà, il faut vous en méfier, dit le père grand,
Qui peut dire aujourd’hui qu’il verra l’aube demain ?
Si le Bon Dieu cueille les fleurs sèches,
Il cueille aussi et, assez souvent, les fraîches !
Ne puis-je pas laisser aux petits-enfants de ma fille un souvenir ?
J’ai déjà aujourd’hui le grand plaisir de penser qu’ils mangeront ces poires.
Chu chin, chon parti, li trèi-j-apetsà.
Tsakon volèi bin férè è, férè cha vya.
On, le lon dè chon voyadze, l’a prèi on ferry
Ke chè voudja in mèi a koja d’on krouèi chi.
L’âtre, on dechande l’è parti danfyie.
In chortin doeu bal, l’è aló din on moue avoué la Ferrari.
Le darè, le myoeu fé dè tui,
L’è ploró di chin po ouna kròlye maladie.
Là-dessus, les trois jeunes farceurs sont partis.
Chacun voulait bien faire et faire sa vie.
L’un, au long de son voyage a pris un ferry
Qui s’est renversé en mer à cause d’un mauvais vent.
L’autre, un samedi, est parti danser.
En sortant du bal, il est allé dans un mur avec la Ferrari.
Le dernier, le mieux fait de tous,
Est pleuré des siens pour une méchante maladie.
Y’é yu oeu chemetyïere plorâ le pérè-gran
È m’a kontó por voue chin ke l’è dë dèvan.
J’ai vu au cimetière pleurer le père-grand
Il m’a conté pour vous ce qui est dit avant.
En patois par Madèléna
Madeleine D’après une fable de La Fontaine.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT