LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Illustration : salvan

La vie à Salvan

Par Jean Bochatey, Noëlle Décaillet, Gisèle Bochatay-Guex

 

play pause

 

La via in Charvan

La vie à Salvan

Kan on vœu dèchëyie on charvagnou, l'è pâ râ k'on boutëchè li poeudze darèi li brètèle koumin on fé po dèchëyie on gabian. Po ke l'èmâdze chè ple vèretàbla, fodrë li balyie on payè a chè charvagnou è, adon, porè dërè : " Le travalye fé l'è brawe ! " Che dè gabian l'on pu vivre in Charvan, dè pèrèjoeu y in a pâ tu ! La via l'èirè troua dura . Kan li bardjie mandató pè l'Abbé dè Chin Mouri po dèkrevi li-j-alpâdze din chla gordze charvâdze, chè chon tu achètó, chè chon fé payïjan è l'on koumincha a èchartâ è a vonyie. L'on bâti katchè chote è, dè famëlye l'on dèchidó d'èita chu le Mon dè Charvan. Lorsqu'on veut imiter un salvanin, il n'est pas rare qu'on mette les pouces derrière les bretelles comme on fait pour imiter un vantard. Pour que l'image soit plus véritable, il faudrait donner un paillet à ce salvanin et, alors, il pourrait dire : «Le travail fait est bon !». Si des vantards ont pu vivre à Salvan, des paresseux, il n'y en a pas eu ! La vie était trop dure. Lorsque les bergers, mandatés par l'Abbé de St Maurice pour découvrir les alpages dans cette gorge sauvage, s‘y sont établis, ils se sont faits paysans et ils ont commencé à essarter et à semer. Ils ont bâti quelques abris et des familles ont décidé de rester sur le Mont de Salvan.
Po pouèi chi chobrâ, falivè byin travalyie è chovin rèkori po avè l'èidje dè Chèi ke l'è in Ó. Adon l'on bâti ouna petyouda tsapàla po chè rèkontrâ la demindze è a d'âtre-j-okajion. Falyivè on loua po batèlyie li petyou, on loua po pouèi chè maryâ avoué la bènèdëchon doeu Bon Dyu, on loua po chè tèni cholé kan chla dè la groucha fo pachavè par intche avoué Peste, Maklè, Lavintse è tota cha choeuda dè mijère. On loua po rèkori, on loua po remachâ. Din li tin d'apré, la populachon l'avè krèchu, la petyouda tsapàla l'èrè on bokon troua èitrèite po ke a Tsalinde, a Pâtche, a Touchin puichon tui infinble prèyïe le Bon Pâpe. Pour pouvoir vivre ici, il fallait beaucoup travailler et souvent avoir recours à l'aide de Celui qui est en Haut. Alors ils ont bâti une petite chapelle pour se rencontrer le dimanche et à d'autres occasions. Il fallait un endroit pour baptiser les petits, un endroit pour pouvoir se marier avec la bénédiction du Bon Dieu, un endroit pour se soutenir lorsque Celle de la Grande Faux passait par-là avec Peste, Péritonite, Avalanche et toute sa cohorte de misères. Un endroit pour demander secours, un endroit pour remercier. Dans les temps d'après, la population s'était accrue, la petite chapelle était un peu trop étroite pour qu'à Noël, à Pâques, à la Toussaint ils puissent tous ensemble prier le Bon Père.
Por chin, li dzin doeu Mon dè Charvan chè chon boutó infinble è, koumin le travalye loeu fajèi pâ pouère, l'on râcha, èikotó, manfounó, fordja. L'on balya dè yue forche, l'on balya dè yue tin. È ne châvin ke in milè trèi chin vin-t-è fin y'avèi oun'iyèje oeu mètin dè la valée, in Charvan. Dè tote chle dèvochon, fo krirè ke Chèi dè Damon l'in a chu dè gró parskè loeu-j-a balya korâdze po vivrè in chi loua. Pour cela, les gens du Mont de Salvan se sont rassemblés et, comme le travail ne leur faisait pas peur, ils ont scié, ébranché, maçonné, forgé. Ils ont donné de leur force, ils ont donné de leur temps. Et nous savons qu'en 1325 il y avait une église au milieu de la vallée, à Salvan. Il faut croire que Celui d'En Haut a apprécié toutes ces dévotions car Il leur a donné courage pour vivre en ce lieu.
La vyia l'èirè tan dura ke falyivè avèi le bré a la mandze è jamé troua fan ! Portan, po koudjie chufirè, tui chloeu vané l'èiron vonya dè chèile, dè fromin, d'ordze, d'avèine, dè pèi è dè tsènèwe. Tui li koumon, tui li pró, tui li-j-alpâdze l'èiron brotó è chèlya. Y avèi pâ ouna krote in on ché yo l'uchon pâ miandó tote li tretse ke li pouchâvon. Falivè la forche di-j-ouomoue, le korâdze di fëne, le travalye di dzouvëne, l'èidje di-j-èfan è le chèko doeu Bon Dyu po arevâ tui li-j-an a rèkouminchie din chla valée ke fajè le tsemin por alâ di la Chavouè oeu payï d'Outa ! La vie y était si difficile qu'il fallait avoir les bras solides et jamais trop faim ! Pourtant, pour essayer de suffire à leurs besoins, tous ces petits champs en terrasses étaient plantés de seigle, de froment, d'orge, d'avoine, de pois et de chanvre. Tous les terrains communs, tous les prés, tous les alpages étaient broutés et fauchés. Il n'y avait pas une vire à la montagne où ils n'aient coupé à la faucille toutes les touffes d'herbe qui y poussaient. Il fallait la force des hommes, le courage des épouses, le travail des jeunes, l’aide des enfants et les secours du bon Dieu pour arriver tous les ans à recommencer dans cette vallée qui faisait le chemin pour aller de La Savoie au Pays d’Aoste !
Che ne kloujin li-j-ouèi, poin ne imajinâ Charvan vè milè fin chin, milè chie chin, dè forie, oeu mèi dè mé ? Din tota la valée, y a min dè dzin ke chin ke y in a vouèi chu la plache di Baux. Li chondzon doeu Mon dè La Barma, di Din dè Morcle chon onko byin poeufató dè nèi, li lavintse chon pâ vènouë a boue dè tote li larje è dè tui li chapin doeu Ché di Grandze è doeu Lavintchie. In bâ, pâ dè trin, pâ dè rote, dè fi électrique nyon chin, jëste on viyon po pachâ a pyia. Katchè mèijon in pyiere chètse amon pè Li Rive è a Bounyon. Oune iyèje oeu kro dè Velle. Oeu bè don ru, doeu lâ dè La Konba, ouna female rinfè dè linfouè, dè bardachon barjënon pè le to. Dè vatse bròton pè chloeu koumon, katchè tchievre ple loin avoué doeu trèi tsevri ke ch'agoryon, dè dzenèye gravëton pè dèvan li boeu. Avouide-voue tsantâ le poeu ? Damon le Bochenè on vè pouindrè katyon avoué on grou bâton koumin l'in on li pèrègrin. A la nantó on vèi ke l'è oun omoue fo è ke vin di loin. In amon dè la bouyandère ch'arétè po bèirè avoué li man l'éwe ke choeutè tota blantse pè dèchu li krèpon. Si nous fermons les yeux, pouvons-nous imaginer Salvan vers 1500-1600, au printemps, au mois de mai ? Dans toute la vallée, il y a moins de personnes qu'il n'y en a aujourd'hui sur la place des Baux. Les sommets du Mont de la Barmaz et des Dents-de-Morcles sont encore saupoudrés de neige, les avalanches n'ont pas renversé tous les mélèzes et tous les sapins du Scex-des-Granges, du Lavancher. En bas, pas de trains, pas de routes, des fils électriques nulle part, seulement un petit sentier pour passer à pied. Quelques maisons de pierres sèches aux Rives et à Bougnon, une église dans le creux de Salvan. Au bord d'un ruisseau, du coté de La Combaz, une femme rince des draps, des petits enfants jouent tout autour. Des vaches broutent dans les prés communs, quelques chèvres, plus loin, avec deux ou trois cabris qui s'ébattent, des poules grattent devant les écuries. Entendez-vous chanter le coq ? En haut du Bossenet, on voit pointer quelqu'un avec un gros bâton comme en ont les pèlerins. A son allure, on voit que c'est un homme fort et qui vient de loin. En amont de la lavandière, il s'arrête pour boire, avec les mains, l’eau qui saute toute blanche par-dessus les cailloux.
L'è in ché tin ke Pyiere Coque, mètral dè Charva è Moriche Dè Lé syndic, chenyon avoué on manfon chavoyâ, ke l'è a nom Bertod, ouna konvanchon po akrètrè l'iyèje dè dijè vouè piya dè lon è dè chyie pyia d'otue. Li charvagnou ch'ingadzon a chonyie to chin ke fó po férè ché travalye è a boutâ trè-j-ouomoue pè dzo to le tin di travó. C’est en ces temps-là que Pierre Coquoz, Métral de Salvan et Maurice Dé Lé, syndic, signent avec un maçon savoyard du nom de Berthod, une convention pour agrandir l'église de dix huit pieds de long et de six pieds de haut. Les salvanins s'engagent à apporter tout ce qu’il faut pour faire ce travail et à fournir trois hommes tout le temps des travaux.
A chè tin, chè drèfè oeu kro dè Velle oun'iyèje féta dè pyiere è dè bou, oun iyèje merioeu dè la fouè dè la populachon, omâdze è remachèmin a Chèi ke tan chovin l'on apèló kan la mijère, li djère, li lavintse, li maladie ch'abatèvon chu li dzin dè la valée. Li chinkantè foua achètó è Fenyó l'on achebin bâti oun iyèje è, l'è pâ aló lon ke l'on formó ouna parotse. Katchè-j-an ple tâ, in Charvan, l'è le foua ke l'a to ravadja pè le Fontani. La tchure è l'iyèje chon pâ tu mènadja. A cette époque se dresse au creux de Salvan une église faite de pierres et de bois, une église miroir de la foi de la population, hommage et remerciements à Celui que si souvent ils ont appelé lorsque la misère, les guerres, les avalanches, les maladies s'abattaient sur les gens de la vallée. Les cinquante ménages établis à Finhaut ont aussi bâti une église et cela n’a pas été long avant qu’ils ne forment une paroisse. Quelques années plus tard, à Salvan, c’est le feu qui a tout ravagé au Fontanil. La cure et l'église n'ont pas été ménagées.
In milè cha chin vouè, l'inkoura Potson l'inkoradze li boune-j-âme a bâti oun iyèje tota un pyire. Dè pyire, dè krèpon, chin l'è chiu ke l'on pâ tu dè pèine a in trovâ ! Din chi payi, li prèmie ke l'on koumincha a èchartâ, l'on trovó preskè rin kè dè krèpon è pou, dè tèrra ! È bin voue charèi ke po férè on monuman, ouna bafetyire koumin l'iyèje dè Charvan, l'on du in tsarèyie oun'avâye. Li j'anfian rèkordâvon ke, dèvan ke li manfon l'âlyon koumincha, tui li-j-ouomoue l'èivon menó in korvé chin ke loeu chinblâvè èitrè on grou moué dè krèpon ! Kan le métrè manfon l'è arevó, loeu-j-a dë ke y in avè jëste po férè li fondachon ! Ah ! che le ploeure li uchè fé ! En 1708, le Curé Pochon encourage les bonnes âmes à bâtir une église en pierres... Des pierres, des cailloux, c'est sûr qu'ils n’ont pas eu de peine à en trouver ! Dans ce pays, les premiers qui ont commencé à essarter n'ont trouvé presque que des cailloux et peu, bien peu, de terre ! Et bien vous saurez que, pour faire un monument, un énorme monument comme l'église de Salvan, ils ont du en apporter une avalanche. Les anciens racontaient que, avant que les maçons aient commencé, tous les hommes avaient amené en corvée ce qui leur semblait être un grand tas de cailloux ! Lorsque le maître maçon est arrivé, il leur a dit qu'il y en avait tout juste pour faire les fondations ! Ah ! Si les pleurs avaient pu faire quelque chose !
Adon l'a falu rèdoblâ li mandze è tornâ trèinâ bâ dè chintèine è dè chintèine dè lioeudjë dè barme po pâ lachie tsoumâ chloeu ke manfounâvon. Din chè tin lé, konyèchèvon pâ le chimin : l'a falu férè dè tsó, din li fo, on moué dè kartan.ne dè tsó koumin l'in èivon jamé fé è, po fondrè to chin, falyivè bourlâ dè grouche tètse dè bou. L'on tu ouna manoeure ! Alors il a fallu à nouveau redoubler les manches et traîner en bas des centaines et des centaines de lugées de pierres pour ne pas laisser paresser ceux qui maçonnaient. En ce temps-là, ils ne connaissaient pas le ciment : il a fallu faire de la chaux dans les fours, une grande quantité de mesures de chaux comme ils n'en avaient jamais fait et, pour fondre tout cela, il fallait brûler de grands tas de bois. Ils ont eu un énorme travail !
Po prèparâ la charpinte, chloeu d'intrè yue ke l'èvon le mé dè byie po le bou l'on kopó, èikotó, pèló, tsabló, trèinó avoué li koumande li ple grouche plante dè chapin è dè larje ke l'on pu trovâ. Adon li charpintchie l'on trinpó la fichèle din l'okre doeu bouyè, l'on tracha li pieche, li-j-on tsapotó avoué li pyole lardze, rèfindu a la bonban.ne è rabotó a la plâna (on dèvan on darèi). L'on inplèya tot'ouna djue dè bou po férè la ple grouche è la ple bàla charpinte ke l'èvon jamé fé ! Pour préparer la charpente, ceux d'entre eux qui étaient les plus adroits pour travailler le bois ont coupé, ébranché, pelé, dévalé, traîné avec les «commandes» les plus grandes pièces de sapin et de mélèze qu'ils ont pu trouver. Alors les charpentiers ont trempé la ficelle dans la poudre d'ocre de l'auge, ils ont tracé les pièces, ils ont équarri avec les haches larges, scié en long, raboté au grand rabot (un devant, un derrière). Ils ont employé toute une forêt pour faire la plus grande et la plus belle charpente qu'ils n'avaient jamais faite !
Fó moujâ k'in chè tin lé li machine l'èivon a non yoeudzon,, payè, kavanye, petse, pâle, pófè è ke, darèi chloeu moeuble falyivè dè bré è dè tsanbe ke konyèchèvon pâ la pèrèije ! L'èvon pâ tan d'injénieur, mè la vya loeu-j-avè aprèi tote li-z-injénie po travalyie pâ rinkè avoué la forche : l'èvon l'ouèi, l'èvon dè byie, l'èron adrèi, on poeu dërè ke l'èivon d'ô din li man ! Il faut penser qu'en ce temps-là les machines s'appelaient luges, paillets, hottes, pioches, pelles, leviers et que derrière ces outils il fallait des bras et des jambes qui ne connaissaient pas la paresse ! Ils n'avaient pas d'ingénieurs mais la vie leur avait appris toute les ingéniosités pour ne pas devoir travailler qu'avec la force : ils avaient l'œil, ils étaient adroits, on peut dire qu'ils avaient de l'or dans les mains.
L'è tu rèkordó ke, po chubvèni a tui chloeu fré, dou syndics dè Charvan chè propojon po alâ tsartchie, a Tsalinde, oeu min ouna partia doeu trèjo doeu Teillay. Trèjo katcha lé pè Maximilien d'Autriche, me trèjo vouardó pè le diable. Li dou syndics l'in prèdzon a l'Inkourâ Potson ke loeu balyè kouman è loeu dë : " Alâ chin pouère, prinde atan ke voue porèi, ye, travalyèrè che por voue è, le diable porè rin kontre voue ! " Li dou yndics parton è dèkrevon katcha din ouna tan.na oun'artse ènorme. Chu chl'artse on grou bokwe l'è dzu. Avoué yue bâton, fon lèvâ la bétche. Chtache li j'arevouadè avoué d'ouèi rodze koumin dè braje è loeu dë avoué groucha douë : " Voue-j-èi dè chanche ke Potson potsenëchè ! Che Potson potsenëchè pâ voue charâ pardu ! " A chè momin, le tavé dè l'artse choeuvrè è li dou charvanyou vèyon dè moué d'ô. Koudzon chè dèpatchie d'in tapi a la fàta mè, to don kou, dè chakouche ènorme fon brinlâ li pyire, dè foua è dè braje chorton di parto, vèyon dè moeule dè moulin pindolé chu la téta avoué dè fi frinfoué. Li dou syndic tornon in dar è kan l'arivon in Charvan, chè vèyon rèbondenâ pè l'inkourâ Potson d'avè mankó dè korâdze è dè konfianche in lui, lui ke l'avè travalya avoué tan dè forche pindin chè tin ke li avè falu tsandjie cha kou dè tseminje. On raconte que, pour subvenir à tous ces frais, deux syndics de Salvan se proposent pour aller chercher, à Noël, au moins une partie du trésor du Teillay. Trésor caché là par Maximilien d'Autriche mais trésor gardé par le diable. Les deux syndics en parlent au Curé Pochon qui leur donne l'autorisation d'y aller et leur dit : «Allez sans peur, prenez-en autant que vous pourrez, moi, je travaillerai ici pour vous et le diable ne pourra rien contre vous ! » Les deux syndics partent et découvrent, caché dans une caverne, un coffre énorme. Sur ce coffre, un grand bouc est couché. Avec leur bâton, ils font lever la bête. Celle-ci les regarde avec des yeux rouges comme la braise et leur dit avec colère : « Vous avez de la chance que Pochon pochonne ! Si Pochon ne pochonnait pas, vous seriez perdus !». A ce moment, le couvercle du coffre s'ouvre et les deux salvanins voient une grande quantité d'or. Ils essaient bien de se dépêcher d'en mettre le plus possible dans les poches mais, tout à coup, des secousses énormes font s'ébranler les pierres; du feu et des braises sortent de partout ; ils voient des meules de moulin suspendues au-dessus de leur tête avec du fil très mince. Les deux syndics repartent et, quand ils arrivent à Salvan, ils se voient reprocher par le Curé Pochon d'avoir manqué de courage et de confiance en lui, lui qui avait travaillé si fort pendant ce temps, qu'il avait du changer 7 fois de chemise.
Ya pâ dè porte chin lindâ! L'a falu prindrè d'âtre dispojechon è chuto bon korâdze. Me, kan on è tui infinble li lindâ chon min ó. È l'è in milè cha chin dijè cha ke l'iyèje l'è tu bènèite pè l'Abbé dè Chin Mouri. Il a fallu prendre d'autres dispositions et, surtout, bon courage. Mais, lorsqu'on est tous ensemble, les seuils sont moins hauts. Et c'est en 1717 que l'église fut consacrée par l'Abbé de St Maurice.
Chin-t-an apré, le vintè cha dè mâ milè ouë chin chèjè, a daou-j-oeure doeu matin, le tèi dè l'iyèje l'è tu infonfó pèi le pè dè mé dè katre pya dè nèi pèjante. L'èirè le noué doeu demâ dè Kamintran ! Li brave dzin l'on moujó ke l'èirè ouna pounechon doeu Bon Dyu ! Fó dërè ke, la vèye, dijè cha chegonyon inmâskó l'èivon prèi la krouèi di Baux, li èivon pachó ouna chenalye oeuto di bré è fajèivon le to di mèijon in chè mokin dè la relijion ! Cent ans après, le 27 mars 1816, à 2 heures du matin, le toit de l'église a été enfoncé par le poids de quatre pieds de neige lourde. C’était la nuit du mardi de carnaval ! Les braves gens ont pensé qu'il s'agissait d'une punition du Bon Dieu ! II faut dire que, la veille, 17 farceurs masqués avaient pris la croix de la place des Baux, lui avaient passé une sonnette autour des bras et avaient fait le tour des maisons en se moquant de la religion !
Adon l'a falu rèférè la charpinte. On poeu moujâ ke l'on fé ple pointia è ple óta. Alors, il a fallu refaire la charpente. On peut penser qu'ils l'ont faite plus pointue et plus haute.
On Djan-Loïs Revat l'a èkri ke li avèi travalya avoué dè métrè èitrandjie. Ne j'aprin achebin ke l'iyèje l'èirè on loua yo li dzin chè fajèivon boutâ in pounechon. Chon pare Yode-Loïs, l'avèi yu, oun omwe adzonèi chu oun ètale , dèjo la lanpye, amon oeu tyue, le tin dè la gran mècha. To chin po avèi kreyó " poeuta " a la chorvinta dè l'inkourâ! Un Jean-Louis Revat a écrit qu'il y avait travaillé avec des maîtres étrangers. Il nous apprend aussi que l'église était un lieu où les gens étaient mis en punition. Son père, Claude-Louis, y avait vu un homme à genoux sur une bûche, sous la lampe, au choeur, durant la Grand-Messe. Tout cela pour avoir crié «pute» à la servante du Curé !
On par d'an apré, in milè ouë chin vintè chie, l'on onko lèvó le klotchie a l'ótyu ke l'a ora. Rèkordon ke po férèi la flèche, l'aron inplèya dè tuf parskè l'èirè ple lèvè. Le falivè alâ kèri amon oeu tyoeu dè Barbarëna è d' Èmanèi ! Tsakè foua dèvèi in portâ bâ, chu le payè, le mé dè yadze ke pouèivon è l'a falu onko payi, in batze, tan pè téta, tan pè foua, tan pè taye. L'è ïntche le ka dè dërè ke la fouèi transportè li montanye ! Quelques années plus tard, en 1826, les salvanins ont encore élevé le clocher à la hauteur qu'il a actuellement. On raconte que, pour faire la flèche, ils ont employé du tuf car il était plus léger. Il fallait aller le chercher au col de Barberine ou d'Emaney ! Chaque feu devait en apporter, sur le paillet, le plus de voyages qu'il pouvait et il a encore fallu payer, en batze, tant par tête, tant par feu, tant par quartier. C’est bien là le cas de dire que la foi transporte les montagnes !
Arétin ne ouna mènuta po chaluâ è inlèvâ byin bâ noutre tsapé, po rindrè omâdze a tui chloeu ke l'on bâti chl'iyèje. Fó byin moujâ ke l'on fé to chin dèkoute le travalye pènible ke fajèvon dja tui li dzo ! È dërè ke oeu dzo dè vouèi, y in a ke pâyon po molyie la pare è alâ chouâ oeu fitness ! Arrêtons-nous un instant pour saluer et enlever bien bas notre chapeau, pour rendre hommage à tous ceux qui ont bâti cette église. Il faut penser qu’ils ont fait tout cela à côté du travail pénible qu'ils faisaient déjà tous les jours ! Et dire qu'aux jours 'aujourd'hui d'aucuns payent pour mouiller la chemise et aller suer au fitness !
Din noutre payï, la vya l'a byin tsandja di ke le trin l'è arevó a Martenyie. L'a amenó avoué lui ouna rèvoluchon tin din la fachon dè vivrè ke din la fachon dè moujâ . Li prèmie-j-ètrandjie ke l'arivon in Charvan apré avèi grapi li karantè trèi konto doeu tsemin doeu Mont, dèkrevon ouna populachon montanyarda avenyinta è eureuja dè férè konyètrè è anmâ chla vallée charvâdze è bàla. Dans notre pays, la vie a bien changé depuis que le train est arrivé à Martigny. Il a amené avec lui une révolution tant dans la façon de vivre que dans la façon de penser. Les premiers étrangers qui arrivent à Salvan après avoir gravi les quarante-trois virages du chemin du Mont, découvrent une population montagnarde avenante et heureuse de pouvoir faire connaître et aimer cette vallée sauvage et belle.
Katchè-j-an ple tâ, l'è in dilligence ke chloeu mémoue-j-ètrandjie è byin d'âtre avoué yue dèkrevon tota la vallée. Li-j-ouomoue doeu loua ke l'on bouna piouta chè fon djide po motrâ a tui li montanye ke konyèchon byin po avèi tsafia è fé l'erba din tote li krote. In katchè-j-an , din tota la vallée, d'hôtel, dè pinchon chon bâti, l'électricité l'arivè, le trin Martenyie-Tsatèlâ achebin è, che oeu lé, le tèlèfone, invinchon dè Monchiu Marconi ke l'èirè èitó in Charvan. Tota chl'évoluchon l'a amenó oun'èjanche din la vya di-j-abitan me, pâ proeu po tui nëri. Ouna partya chon tu forche d'alâ férè yue tsemin din d'âtre payï, d'âtre kontinan. D'èfan dè chle famèlye chon pètétrè vouèi chu li Baux a atioeutâ le patouè di-j-anfian ? Ne li remâchin d'èitrè vènu. Li ri ke l'on chon tu balya chon planté in nan din chloeu rotsèi è, por tui, le chon dè la tèrra doeu payï l'è pâ le mémoue che kè alyoeu. Quelques années plus tard, c'est en diligence que ces mêmes étrangers et bien d'autres avec eux découvrent toute la vallée. Les hommes du pays qui ont le pas sûr se font guides pour montrer à tous les montagnes qu’ils connaissent bien pour y avoir chassé et coupé l'herbe dans toutes les vires. En quelques années, dans toute la vallée, des hôtels et des pensions sont construits, l'électricité arrive, le train Martigny-Châtelard aussi et, çà et là, le téléphone, invention de Monsieur Marconi qui avait séjourné à Salvan. Toute cette évolution a amené une certaine aisance dans la vie des habitants mais pas suffisamment pour tous les nourrir. Certains d'entre eux ont été forcés d'aller faire leur chemin dans d'autres pays, d'autres continents. Des enfants de ces familles sont peut-être aujourd’hui sur la place des Baux à écouter le patois des ancêtres ? Nous les remercions d'être venus. Les racines qui leur ont été données sont plantées profondément dans ces rochers et, pour tous, l'odeur de la terre du pays n'est pas la même ici qu'ailleurs.
Chloeu darè chin-t-an chon pâ todzo tu bon me l'on kanbin amenó dè rèijon d'èitrè è dè vivrè ke ne chaluin avoué bonyu. Oeu dzo dè vouèi, l'è èija dè komunikâ dè l'âtre lâ dè la tèrra in katchè chekonde me, ne fó jamé oublâ li lechon dè korâdze, d'intrèidje, dè bouna volontó è la fouèi ke l'on parmètu è-j-anfian dè vivrè din chla gordze charvâdze è, adon, chin ne gabâ ne porin boutâ li poeudze darèi li brètèle ! Ces derniers cent ans n'ont pas toujours été bons mais ils ont quand même amené des raisons d'être et de vivre que nous saluons avec bonheur. Il est facile aujourd'hui de communiquer de l'autre côté de la terre en quelques secondes mais nous ne devons jamais oublier les leçons de courage, d'entraide, de bonne volonté et de foi qui ont permis aux anciens de vivre dans cette gorge sauvage et alors, sans nous vanter, nous pourrons mettre les pouces derrière les bretelles !
Geneviève, Mauriche Dzatchie, Madèléna.  

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT