LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT



HISTOIRES EN PATOIS

A Tsaravé

par Gisèle Bochatay-Guex, des Granges
Histoire retrouvée en patois de Ravoire par Denis Coquoz.

 

Illustration : tsaravé


play pause

A Tsaravé.

A Charavé

 

Tsaravé l’è tu bâti in milè cha chin trintè noeu è, l’on boutó li boeune dè la montagne in mémoue tin. Dèvan chin l’èrèi dè mayen. Le darèi mayen ke l’on atsètó l’èrèi à Djan-Loï Dzerou, « Chu li-j-Ètèle » in milè cha chin trintè dou. Charavé a été construit en 1739 et, on a limité l’alpage en même temps. Avant, c’était des mayens. Le dernier mayen qui a été acheté appartenait a Jean-Louis Giroud « Chu Li j’Ètèle »en 1732.
La montagne l’apartenyèi a Ganyo. L’a rèchèvèi dè l’èvètche. L’alpage appartenait aux Ganyo, ils le recevaient de l’évêque.
Kan l’a tu bâti, le vyoeu Ganyo chè trovavè a chon’éje. L’a onko volu bâti ouna tsapàla.
Adon le tsâtèlan Ganyo l’alâvè , li byó dzo, férè on chone darè la tsapàla. Mè, l’avè onko kakè tsouje ke li alâvè pâ. L’avouiyèi cheblâ li pouti, è, tui li dzo mé ! Koumin diable férè ? Che pouèi pâ kondzerâ chin, ché pardu !
Lorsqu’il eut construit, le vieux Ganyo se trouvait à son aise. Il a voulu encore construire une chapelle. Alors, le juge Ganyo allait, les beaux jours, faire un somme derrière la chapelle. Cependant, il y avait encore quelque chose qui ne lui convenait pas. Il entendait siffler les serpents et, chaque jour davantage. Comment diable faire ? Si je ne peux pas conjurer cela, je suis perdu !
To per on dzo, l’è parti bâ. L’è torno arevâ amon avoué ouna bàla fyouta po menâ ya chle bétche. Y’avè dè dzin ke chon èitó amon po vyie avoué lui. Loeu-j-a dè ke faliyvè èitâ tchèi, pâ beudjie la lèvoua ! Un jour, il est parti, il est descendu. Quelques jours plus tard, il est revenu avec une belle flûte pour amener ces bêtes au loin. Il y avait des gens qui sont restés là-haut pour voir avec lui. Mais, il leurs a dit qu’ils ne devaient pas bouger la langue.
Adon l’a koumincha a menâ in fyouta è, on a dabo yu chorti li pouti tote apré lui. Alors, il a commencé a jouer de la flûte et, de suite, on a vu sortir les serpents.
Li charvagnou ke l’èiron in kopâ le bló pè li tsan, doeu lâ dè Charvan, kan l’on avoui chin l’on dè :
L’è le darèi chon di trompette !
Les salvanins qui coupaient le blé dans leurs champs en face, ont entendu ça et ont dit :
C’est le dernier son de trompette !
Ganyo, l’è parti dèvan li pouti avoué cha fyouta, l’è torno li kondzerâ di yo venyèivon, oeutre in « Parrey Rocha » .Y avèi, mémamin din le tropé, on bajelekwe ke, deyion ke l’è chobró amon pè dèchu « La Crèta ». Ganyo est parti devant avec sa flûte et les serpents ont suivi. Il les a ramenés d’où ils venaient, du côté de « Parrey Rocha ». Il y avait même dans le troupeau un basilic qui est resté en dessus de « La Crettaz ».
Tsaravé l’è tu dèlevró di pouti. Charavé a été délivré des serpents !
Boutó in patouè dè Charvan pè Madèléna Histoire retrouvée en patois de Ravoire par Denis Coquoz.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT