LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


HISTOIRES EN PATOIS

LI TSOEULE DIN LA NÈ

Par Geneviève Gross


play pause

LI TSOEULE DIN LA NÈ

 

LES TRACES DE PAS DANS LA NEIGE

 

Din noutre velâdze di Marcote, y avè on omoue ke l'èrè dja on bokon inkrenô. L'è ke l'àvè pâ tu rinkè dè bon din cha via. L'èrè a non Djan-Jojé. L'avè kotëme, le noué, a tsavon dè vèya, dè chorti dèvan mèjon po achená l'è doeu tin. Dans notre village des Marécottes, il y avait un homme, déjà ágé, que les ennuis et soucis de la vie n'avaient pas épargné. Il se nommait Jean-Joseph. Il avait pour habitude, le soir après la veillée, de sortir devant sa maison pour regarder le ciel et sentir l'air du temps.
Ché noué lé, kan l'è chortè, kouchievè, la nè l'èrè achètâye. To-t-èrè blan, li bochené, li tè, la rian/na. L'è rintrô vè lui, l'a onko genya pè le bornyon, chè rèkoumandô oeu Bon Dyu koumin l'avè kotëma dè férè tui li noué, chè chenya, l'a choflô la tsandèle è chè dzu. L'è chu ch'lèmâdze dè grou tin ke l'a prè le chone. Ce soir là, lorsqu'il est sorti, la neige était tombée et la tempête faisait rage. Tout était blanc, les buissons, les toits, les ruelles. Il rentre chez lui, regarde encore par la petite fenêtre puis, comme il en avait coutume chaque soir, se recommande au Bon Dieu, fait un signe de croix, souffle sa bougie et se couche. Cest avec cette image de grand mauvais temps qu'il s'est endormi.
Eu cho dè la noué l'a chondja. Brafâvè dè nè è, l'avè po konpanyon le Bon Dyu. Djan-Jojè l'a tu dè chè rèvreyie è, l'a yu dè tsoeule. Dè trë y avè daou tsoeule è in d'âtre loua y in avè rinkè ouna. Pendant la nuit, il rêva. Il avancait péniblement sur un chemin de neige et il avait pour compagnon le Bon Dieu. A un moment donné, il s'est retourné et a vu des traces de pas dans la neige. Parfois, il y avait deux traces, parfois, il n'y en avait qu'une.
Oh ! cheche konprinje pâ, na, m'intinde pâ. L'a rèflèchi, l'a rèpachô cha via è l'a dèkouvè a cha groucha choprèche ke, kan y avè ouna tsoeula, l'èrè tu kan l'avè chëfè, kan l'avè dzëmëya pèr on bie è pèr on âtre è, kan y in avè daou, l'èrè tu li dzo dè féta, kan chè chèrè rèdzoeuya, kan li dzin doeu to chinblâvon kontin, ke lèron pâ todzo in chè dèpiétâ è a chè tsinfrotâ ! - Oh !qu'est ceci, je ne comprends pas, non, vraiment pas. Il a réfléchi, repassé sa vie en mémoire et a découvert à sa grande surprise que, lorsqu'il n'y avait qu'une trace, c'était lorsqu'il avait souffert, lorsque, pour une chose ou une autre, il avait eu beaucoup de peine et, lorsqu'il y avait deux traces, c`était lorsqu'il s`était réjoui, c'était les jours de fête lorsque les gens étaient contents, ne se disputaient pas !
Mé va è min konprinjè ! Adon, chon konpanyon li fé : Plus j'y pense et moins je comprends ! Alors son compagnon lui dit :
- Djan-Jojè, te m'a lè byin moujoeu, dë mè, ke ya ke te konprin pâ ?
- Èbin, Monseigneur, voue-j-è todzo rèkordô ke voue-j-éte avoué ne tui li dzo dè noutra via, po le bon è po le krouè è, voue poeude konstatâ, koumin mè, ke ouna tsoeule fèrè chu li-j-oeure nère è pènible dè ma via è, li daou rèprèjinton li boune ouarbe dè la via è, Dyu chè bèni, y in é tu !
- Djan-Jojè, krè te ke voue-j-anmoue tui a vio, koumin che te chè cholè oeu monde.
- Ouè me, kan vèye to chin m'è vindrë lè din dotâ !
- Djan-Jojè, atchoeuta byin, vouè tè dërè : che y a tu k'ouna tsoeula, l'èrè parskè t'ère akrebëte chu mi-j-èpôle !
- Jean-Joseph, tu as l'air bien pris dans tes pensées, dis moi, qu 'est ce que tu ne comprends pas ?
- Et bien, Monseigneur, vous avez toujours dit que vous êtes avec nous tous les jours de notre vie, dans les bons et les mauvais moments, et vous pouvez constater comme moi, qu`une trace correspond aux heures tristes de ma vie tandis que deux traces représentent les bons moments de ma vie et, Dieu soit béni,j'en ai eus !
- Jean-Joseph, crois-tu que je vous aime tous, autant que vous étes, comme si tu étais seul au monde.
- Oui mais lorsque je voís tout ceci je peux en douter!
- Jean-Joseph, écoute bien, je veux te dire, si il n`y a eu qu'une trace, c'est parce que je te portais sur mes épaules !
  Geneviève Gross

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT