LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La famèlye Squinabol - La famille Squinabol

4. Djan-Pyïere - Jean-Pierre

par André Coquoz

 

Illustration : les frères Squinabol
Jean-Pierre Squinabol (1803-1873), huissier au ministère des finances, à Turin,
et Maurice-Joseph Squinabol (1805-1887), portier au palais royal, à Turin.
Propriété de Mme Jos. Dessimoz-Gillioz, à Riddes. Photo G. Métrailler-Borlat, à Sion.

 

play pause

Che voue m'è balyie la parole è che voue volèi m'atyeutâ, ye, Djan-Pyïere Squinabol, né èi Plache oeu mèi dè fèvrèi milè ouë chin trèi, vouèi proeu voue kontâ chin ke y'é vetchu, è koumin. Si vous me donnez la parole et si vous voulez bien m'écouter, moi, Jean-Pierre Squinabol, né au village des Places aux Marécottes, en février 1803, je veux bien vous raconter ce que j'ai vécu et, comment
Avoué mi parin è mi frâre è chouère, n'èitâvon oeu Mouretiè. Le pâpe l'avèi bâti lé, me l'a pâ pu fourni : l'avèi pâ proeu d'ardzin. Adon n'in vetchu dèjo la groucha barme din li tsèjó, ouna vintèina d'an. Avec mes parents et mes frères et sœurs, nous habitions au Mouretiet. Mon père avait commencé à bâtir là mais, il n'a pas pu terminer l'ouvrage faute de moyens. C'est ainsi que nous avons vécu pendant vingt ans sous la grosse pierre dans les fondations.
Di pè vèi mi cha-t-an, y'alâve à l'ècoula èi Marcote. Y'é pâ pu li alâ grantin. N'èiron tan poure a mèijon ke m'è falivè travalyie on bokon por èidjyie. J'avais environ 7 ans lorsque pour la première fois j'ai été à l'école aux Marécottes. Je n'ai pas pu y aller très longtemps, nous étions si pauvres, je devais travailler pour aider un peu ma famille.
Koumin y'èire le prèmyie di j'èifan, le pâpe è la mâma m'è prinjèivon avoué yue kan voyadjyievon che è lé, è dinche y'é konyu è dèkouvèi byin d'aférè. Comme j'étais le premier-né de la famille, j'accompagnais toujours mes parents dans leurs déplacements ou voyages. J'ai ainsi connu et découvert beaucoup de choses.
Po mon prèmyie travalye, ché aló a dzornive vèi on partekoulyie di Marcote koumin bardjie dè vatse à demyie batz pè dzo è nërèi. Per apré, ché tu tsèvrèi èi Marcote, èi Grandze, bardjie in ouna montanye d'Outa chin, dè tsótin. La kròye chèijon y'alâve, è chin m'è jèinâvè byin, dèmandâ la charité din le Bas-Valais avoué mi dou frâre ke mè falivè dirijie. Li dzin l'èiron boune, è n'èiron bin rèchu, me pouèivon pâ balyie chin ke l'èivon pâ ! Mè chovënye doeu forie dijè-cha, yo n'in dremèi din on krouèi boeu a Foulyi, ne venyèivon di Ardon è Leytron, n'èivon rinkè katyè trifle krouë din le cha. Le lindèman n'in rin pu trovâ, ne chin arevó à mèijon a mètia mô dè fan è dè frèi. Pour mon premier travail, j'ai été engagé par un particulier des Marécottes comme berger de vaches à demi-batz par jour et nourri. Par la suite, je fus chevrier aux Marécottes, puis aux Granges, puis berger dans un alpage de la vallée d'Aoste. Cela évidemment en été. Pendant la mauvaise saison j'allais, bien que cela me gêna beaucoup, mendier dans le Bas-Valais accompagné de mes deux frères plus jeunes que je devais diriger. Nous étions bien reçus mais les gens ne pouvaient pas donner ce qu'ils n'avaient pas ! J'ai le souvenir, au printemps 1817, que nous avons dormi à Fully dans une mauvaise étable, en arrivant de Leytron et Ardon. Dans notre sac nous n'avions que quelques pommes de terre crues. Le lendemain nous n'avons rien pu trouver. Nous sommes rentrés aux Marécottes, nous étions à demi-mort de froid et de faim.
Kan ne-j-a yu, la mâma chè boutâlye a plorâ è pouèi, l'è partia koulyie d'èrba pè le pró, l'a fé kouérè avoué ouna pounya dè krëtse dè chèle. N'in chovin tu ché rèpâ ! Lorsque notre bonne mère nous a vus, elle s'est mise à pleurer puis, elle est partie dans le pré chercher des herbes qu'elle a cuites avec une poignée de son de seigle. Souvent nous avons eu ce repas !
Ché tu achebin marmiton oeu Chin-Barnâ, è pouèi voiturier po menâ la tsarpinte dè l'hospice ke l'agrantivon. J'ai été aussi marmiton au Grand St.Bernard, puis voiturier pour transporter la charpente de l'Hospice que l'on agrandissait.
D'evèi, ché tornó a l'ècoula avoué le prèjident Tsapèlet po aprindrè réjan ! Dè tsótin, ché aló travalyie le bou in Chavouèi, à Sixte. N'èiron kâtyè-j-ovrèi dè Charvan. Ne chin pachó pè Tènneverdze è, d'oeuton, ne chin tornó pè le mémwe tsemin, dè noué ! Pendant l'hiver je suis allé à l'école avec l'ex maire Chapelet afin de devenir instituteur ! Au long de l'été j'ai été travaillé comme bûcheron en Savoie, à Sixt. Nous étions quelques ouvriers de Salvan. Nous sommes passés par Tenneverge et, en automne, nous sommes revenus par le même chemin, de nuit !
Ché aló flotoeu oeu Trëyin, y'é fé le manfon avoué le pâpe po le prèmyie kou. L'evèi vintè-chie, y'é tènu l'ècoula èi Marcote è, l'an d'apré oeu velâdze dè l'iyèije. J'ai été flotteur au Trient. J'ai été maçon avec mon père pour la première fois. Pendant l'hiver 1826, j'ai tenu l'école aux Marécottes. L'hiver suivant j'ai pris l'école du village de l'église.
In milè ouë chin vintènoeu, ma via l'a tsandja. Ché tu ingadja pè le koumandan Louis de Kalbermatten koumin chon vâlè po parti avoué lui à Turin. En 1829, ma vie a changé. J'ai été engagé par le commandant des " Cent Suisses " Louis de Kalbermatten, pour être son valet et partir pour Turin avec lui.
Chu chin, y'é fé ingadjie mon frâre Moure-Jojè po on travalye à Chon, è dèvan kè parti, li é byin rèkoumandó d'aprindrè à lyire è a èikrire ; y'èiwe din l'idé dè le férè ingadjie avoué mè stou ke l'okajion chè charë prèjintâye. Là-dessus, j'ai trouvé un engagement pour mon frère Maurice-Joseph à Sion et lui ai bien recommandé d'apprendre à lire et à écrire car, j'avais dans l'idée de le faire engager avec moi sitôt qu'une place se serait présentée.
L'an d'apré, apré byin d'aventure, l'è tu ingadja pè le koumandan di " Cent Suisses ". L'è parti po Turin, è katyè dzo apré montâvè la garde oeu " Salon doeu Rèi ". L'année suivante, après bien des aventures, il fut engagé par le commandant des Cent Suisses. Il partit pour Turin. Après quelques jours, il montait la garde au Salon du Roi !
Le tsandzèmin dè Rèi è la poltike l'on fé ke l'è pâ aló dou-j-an ke l'è tu nomó " huissier " è ke ye, ché tu nomó " huissier au Ministère des Finances ". Un autre roi et la politique ont fait que peu de temps après il fut nommé huissier et, j'ai été moi-même nommé huissier au Ministère des Finances.
L'istouèire l'a fé ke Moure-Jojè apré ch'èitrè marió avoué ouna bordzèije d'Âil, Mardièrite Peter, " femme de chambre d'ouna Grantà Dàma ", l'a tu dou-j'èifan, dawe fëlye. Pè lyue j'èifan, l'on portó tankè ver voue l'istouèire dè la famëlye Squinabol ! L'histoire a fait que Maurice-Joseph, après avoir épousé une bourgeoise d'Aigle, Marguerite Peter, femme de chambre d'une Grande Dame, est devenu le père de deux enfants, deux filles. Ce sont elles qui, par leur descendance, ont apporté jusque chez vous, l'histoire de la famille Squinabol, ainsi que je le souhaitais.
   
Bouto in patouèi pè Madèléna D'après le récit de J.P. Squinabol

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT