LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La famèlye Squinabol - La famille Squinabol

3. Le Valais oeu tin dè Napoléon - Le Valais au temps de Napoléon

par Marie-Thérèse Gross

play pause

Djan-Charles Squinabol l'è torno arevâ bâ oeu Plan ouna dyiejèine dè dzo dèvan Noël. In ché tin lé, por alâ à Chon, y'avèi kè chin ke l'in dëyèivon " Le Gran Tsemin " ke pachâvè bâ din la plan.na. Jean-Charles Squinabol est rentré à Vernayaz une dizaine de jours avant Noël. A cette époque, pour aller à Sion, il n'y avait que ce que l'on appelait " Le Grand Chemin " qui passait en bas dans la plaine.
Kan on èirè on poure koumin Djan-Charles, on alâvè a pya. L'avèi pâ on tsarè, l'avèi pâ pyie oun'âne koumin l'avèi Chin Jojè. L'avèi te pyie dè boune bote ? Y'avèi te byin dè nèi ? La tseula l'èirè te féte ? On n'in châ rin ! Lorsqu'on était pauvre comme Jean-Charles, on allait à pieds. Il n'avait pas de char, il n'avait même pas un âne comme avait St.Joseph. Avait-il au moins de bonnes chaussures ? Y avait-il beaucoup de neige ? Le chemin était-il tracé ? On ne sait pas !

L'è arevó bâ oeu Plan avoué Marie è li-j-èifan jëste po chaluâ chon bió-frâre Moure-Jojè. Ché dolin l'èirè on bon cholé por yiue, è travalyivè koumin koujenèi bâ a l'Abaï dè Chin-Mouri. L'èirè prè po parti koumin choeudâ oeu batalyon valèijan po l'armé franchéje. Marie l'avèi byin dè pèina è dè tsagrin. L'anmâvè tan ché petyou frâre ke l'avèi alèvó. In plorin l'a inbracha le, è rèkoumandó à Dyu. Moujâvè proeu ke l'arë jamé tornó vyie. Proeu chyue, l'è pâ aló dou- j-an ke l'on aprèi ke l'èirè mô dè pèina è dè tsagrin chu la ròta ke l'alâvè di l'Italie in Espagne.

Il est arrivé à Vernayaz, avec Marie et les enfants, tout juste à temps pour saluer son beau-frère Maurice-Joseph. Ce jeune homme qui était pour eux un bon secours travaillait comme cuisinier à l'Abbaye de St.Maurice. Il s'apprêtait à partir comme soldat au bataillon valaisan pour l'armée française. Marie avait beaucoup de peine et de chagrin. Elle aimait tellement ce petit frère qu'elle avait elle-même élevé. En pleurant, elle l'embrassa et le recommanda à Dieu. Elle était certaine de ne plus le revoir ! En effet, deux ans plus tard, il mourut de peine, de chagrin, sur la route qui allait de l'Italie en Espagne.
Pâchè le tin, pâchon li dzo ! Oeu mèi dè mâ milè ouë chin cha, Marie l'a boutó oeu monde on petyou in bouna chanté, me din la mijère . L'è tu bâtèiya Charles. Le pérè-gran l'è vènu bâ di Li Plache è l'a tornó prindre amon, avoué lui, po le vouardâ, le prèmye di krouèi, Djan-Pyïere. Passent les jours, passe le temps ! Au mois de mars 1807, Marie mit au monde un petit, en bonne santé, mais dans la misère. Il fut baptisé Charles. Le grand-père est venu des Places leur rendre visite. En repartant pour Les Marécottes, il prit avec lui, pour le garder, Jean-Pierre, le premier des petits-enfants.
Li-j-èpoeu Squinabol è li dou ple petyou chon chobró bâ eu Plan por ché an, me chon tornó amon in Velle oeu forie d'apré. L'èi l'èirè pâ proeu chan po li petyou. In Velle l'èitâvon din la mèijon a Yóde Décaillet, è venyèivon bâ oeu Plan po travalyie le bin. In chè tin lé, le Plan l'èirè on velâdze dè la koumouna dè Charvan. Le tarin l'èirè chovin in évouâdze : le Rheune tenyèi to ! Y'avèi byin dè moka è tote chorte dè kròye bétche. Li charvagnou li travalyivon po inclourè è achani le tarin in y fajin dè ru è dè bèdère ; è pouèi, l'invètivon. Les époux Squinabol et les deux plus jeunes enfants sont restés à Vernayaz. Ils sont remontés à Salvan-Ville au printemps suivant. En plaine, l'air n'était pas très bon pour les petits. A Salvan, ils habitaient dans la maison de Claude Décaillet et ils venaient à Vernayaz pour travailler leur bien. A cette époque, Vernayaz était un village de la commune de Salvan. Les terres y étaient souvent inondées : Le Rhône avait libre parcours ! Il y avait beaucoup de moustiques et autres bestioles indésirables. Les salvanins y travaillaient pour clore et assainir les terrains en y construisant des ruisseaux plus ou moins grands ensuite, ils ensemençaient.
Katiè tin apré, l'on pu avèi in lokachon ouna mèijon è dè bin èi Marcote. Chè chon instaló lé, è l'è èi Marcote, in milè ouë chin noeu ke l'on tu ouna petyouda, batèiya le mèmwe dzo Maria-Rojëne. Quelque temps plus tard. Les Squinabol ont pu avoir en location une maison et un petit bien aux Marécottes. Ils s'y sont installés et, c'est en 1809 qu'une petite fille baptisée Marie-Rosine est venue agrandir la famille.
In milè ouë chin onje, le Valais l'èirè todzo franché. Li louèi l'èiron due è chèvére po li-j-ètrandjie ke l'èitâvon par intche. Balyivon chie fran pè téte à chloeu ke pouèivon, è volèivon dènonchie oun'ètrandjie ! En 1811, le Valais était toujours français. Les lois étaient dures et sévères pour les étrangers qui y vivaient. On donnait 6 francs par tête à celui qui dénonçait un étranger !
Chu le konchè doeu maire, Pyïere-Jojè Tsapèlet, Squinabol l'è parti a Lilianes, yo l'èirè né, po dèmandâ ouna dèklarachon è la férè légalijâ in Outa pè le préfè doeu Dèpartèmin. Di chin l'a tu min d'inbétèmin, me li a falu férè ouna dzaratèire ! Li a falu férè trintè-katre lieues (env.155km.) è dèspinchâ cha sol è demyie (env.37,5 ct.) po mindjie. L'avèi proeu la kotëme dè rèparmâ ! Sur les conseils du maire Pierre-Joseph Chapelet, Squinabol est allé dans son pays natal pour y chercher une déclaration et, la faire légaliser à Aoste par le Préfet du Département. Ensuite, il a eu moins d'ennuis. Pour cela, il a dû parcourir 34 lieues (soit 155km.). Le voyage lui a coûté 7 sols et demi (env. 37.5 centimes). L'économie lui était chose habituelle !
L'è in milè ouë chin doje, d'oeuton, ke l'è arevâye Marie-Vitouère, le fintieme èifan dè la famëlye Squinabol. Kanbin travalyievon byin, mindjievon pâ le pan a dawe man ! Li locachon è li-j-inpou ke falivè payie oeu governèmin dè Napoléon l'èiron troua gorman ! C'est en automne 1812 que Marie-Victoire est arrivée : le cinquième enfant de la famille Squinabol. Les parents travaillaient beaucoup mais, il arrivait que le pain manque ! Les locations et les impôts qu'il fallait payer au gouvernement de Napoléon étaient trop gourmands !
L'èivon portan boun espoi dè chin chorti ; Djan-Charles l'avèi dè travalye a la konstrukchon d'on bâtemin a la Médetta. In milè ouë chin trèje è katorje, l'a koumincha a krojâ le tsèjó dè cha mèijon oeu Mouretiè koumin li in avèi balya l'idé le mètral Djan-Jojè Blanc. L'a fé achebin boutâ li borne oeu rotsèi davó è damon. L'a pâ pu alâ ple loin, l'avèi ple d'ardzin ! Ils avaient pourtant l'espoir de s'en sortir, Jean-Charles avait du travail à la construction d'un bâtiment à La Médettaz. En 1813 et 1814, il commença à creuser les fondations de sa maison au Mouretiet ainsi que le lui avait suggéré le métral Jean-Joseph Blanc. Il a fait aussi apposer les limites au rocher en haut et en bas. Il n'a pas pu continuer, il n'avait plus d'argent !
L'èivon pâ proeu dè bin po intrètèni la famëlye, è la rèkolte l'è pâ tu bouna. L'oeu-j-a falu lachie le bin è la mèijon ke louâvon è ch'instalâ darèi li moue kru, dèjo la groucha pyiera yo Djan-Charles l'avèi koumincha chon " vè lui " ! Les époux Squinabol n'avaient pas beaucoup de bien et la récolte n'avait pas été bonne. Ils ont dû quitter la maison qu'ils louaient et s'installer derrière les murs de pierres sèches, sous la grosse pierre, là où Jean-Charles avait commencé à bâtir son " chez lui " !
Marie, la mâma, l'è tu forche d'alâ dèmandâ la charité amon pè l'Intrèmont, li j'èifan l'èivon frèi è fan. Oeuroeujamin l'è tu byin rèchoua ! Marie, la maman, est allée demander la charité jusque dans l'Entremont : Les enfants avaient froid et faim. Elle fut heureuse dans son malheur car, elle fut bien reçue.
Chle brave dzin l'èivon la fouèi, le Bon Dyu li-j-a èidya, èi l'èivon boun espoi ke l'an d'apré charë tu mèlyeu ! Ces braves gens avaient la foi, le Bon Dieu est venu à leur secours. Ils gardaient l'espoir que l'an prochain serait meilleur.
   
Bouto in patouèi pè Madèléna Tiré des écrits laissés par Jean-Pierre Squinabol.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT