LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La famèlye Squinabol - La famille Squinabol

2. Novale doeu payï - Nouvelles du pays

par Benjamin Revaz

play pause

Oeu tsótin dè milè ouë chin dou, li nové-j-èpoeu chon parti oeu payï d'Outa po trovâ la famëlye Squinabol è, po Marie, férè konyèchanche. Kan chon tornó, l'èivon din lyue bagâdze dè gran.ne dè tsou-rave. L'è di chin ke, in Charvan è din la vallée doeu Trëyin on konyèi ché kourtelyâdze. A l'été de 1802, les jeunes époux sont partis dans la vallée d'Aoste pour rendre visite à la famille Squinabol et, pour Marie, faire sa connaissance. Lorsqu'ils sont revenus, ils avaient dans leurs bagages, des graines de choux-raves. C'est de ce temps là que, à Salvan et dans la vallée du Trient, on connaît ce légume
Kan li Squinabol l'on koumincha a li plantâ, li dzin doeu loua riyèivon me, l'è pas aló lon ke l'in on plantó achebin ! Pouchâvon proeu pè li kourti, l'èiron bon avoué on morché dè bakon è chè koncharvâvon to l'ëvèi è, a mèijon, in ché tin lé, on avèi rinkè chin ke venyèi pè li tsan ! Lorsque les Squinabol en ont plantés, les gens riaient mais, çà n'a pas été long qu'eux aussi en ont plantés ! Ces légumes poussaient très bien dans les jardins potagers, ils étaient très bons avec un morceau de lard, ils se conservaient tout l'hiver et, à cette époque, on n'avait chez soi que ce qu'on pouvait récolter dans les champs !
Le trèi dè fèvrèi milè ouë chin trèi, la famëlye Squinabol chè agrantèite d'on garchon, le prèmyie di j'èifan, ke l'è tu a nom Djan-Pïere. L'atyeutsèmin chè byin pachó me la mâma è le krouèi chon tu byin malâde. Grâche a Dyu è, èi chèko ke l'on pu avèi di vejin è chuto dè Mouri Voeffray dè Vèrofe, on koujin dè Marie, chè chon rèmètu po le myoeu, le krouèi l'è todzo tu proeu vi ! L'è dè chèi Djan-Pïere ke ne tenyin tui li ranchènyèmin dè chèi tin lé, ke ne poin balyie ora ! Le 3 février 1803, la famille Squinabol s'est agrandie d'un petit garçon, le fils premier-né, que l'on nomma Jean-Pierre. L'accouchement s'est bien passé mais, la maman et l'enfant ont été gravement malades. Grâce à Dieu et aux secours qu'ils ont eus des voisins et spécialement de Maurice Voeffray de Vérossaz, cousin par alliance, ils ont été sauvés. Sans cette bienveillance, la mère et l'enfant auraient succombé bien que le nouveau-né soit d'une très grande vivacité. C'est de ce Jean-Pierre que nous tenons tous les renseignements de ce temps là que nous pouvons donner aujourd'hui !
Le cha d'avri milè ouë chin fin, Djan-Pïere l'a tu on petyou frâre ke l'è tu bâtèiya le mémwe dzo : Moure-Jojè. La mâma l'a atyeutya avoué bonyu è in bouna chanté. Pouèi alèityie chon petyou chin pèina, l'avèi tèlamin dè laché ke l'a prèi on petyou nâri, on èifan dè Monthey ke l'a vouardó on an. Le 7 avril 1805, Jean-Pierre a eu un petit frère que l'on baptisa le même jour et que l'on nomma Maurice- Joseph. La mère accoucha heureusement et en bonne santé. Elle avait abondance de lait si bien qu'elle allaita, avec le sien, un enfant de Monthey qu'elle garda plus d'un an.
To l'alâvè po le myeu din la famëlye Squinabol-Botsatay di Plache chenyè ke, dè kou, le pâre è li frâre, chuto le prèmyie, l'èiron a dadye avoué la kòbla. Oeu grou dè l'ëvèi milè ouë chin chyie, pè vèi myinoué, ouna monstra lavintse l'è vènoua bâ di le chondzon di Fache è, l'a to dèvastó di le Charnyoeu, la Fontan.ne, li Plache, tankè bâ èi koumounó doeu Biolay. Chleu di Plache chon chortèi pè li fènétre dè dèchu por alâ alyoeu trovâ on lardze por èitâ. Tout allait au mieux dans la famille Squinabol-Bochatay des Places. Parfois, quelques disputes éclataient entre le jeune couple et le père et les frères, surtout le frère aîné, lorsque, dans l'hiver 1806, une énorme avalanche partie du sommet des Faces, s'abattit, vers minuit, sur Le Cergneux, La Fontaine, Les Places et jusqu'aux prés communaux du Biolay. Les gens des Places sont sortis par les fenêtres pour aller ailleurs chercher un abri.
Y'a tu byin dè dègà pè li djue, èi bâtemin, oeu bètalye, me y'a pâ tu dè mô. L'è a chèi momin ke le mètral dè Charvan, Djan-Jojè Blanc, l'a mètu in téte à Djan-Charles d'alâ bâti chu le rotsèi doeu Mouretiè. L'è pyie cha-t-an apré ke l'on koumincha a bâti ! Il y eu beaucoup de dégâts dans les forêts, aux bâtiments, du bétail emporté mais pas de mort d'homme. C'est à cette époque que le métral de Salvan, Jean-Joseph Blanc, donna le premier l'idée et conseilla à Jean-Charles de bâtir sa maison sur le rocher du Mouretiet. C'est seulement 7 ans plus tard que l'on pu commencer les travaux.
Moujâ-voue, apré la groucha pouèire ke l'on tu d'ëvèi avoué chla lavintse, oeu forie, le bâtemin atenyin oeu lyue, a Djan-Pyïere Raymondet, l'a prèi foua ! Chle poure dzin l'on to pardu è, chon tu forche dè rèkori à la Koumoune è a l'Etat po chin chorti. Apré li tâche féte è li dèvèi paya, loeu-j-è chobró fin chin-j-èku petyou. Chle poure dzin l'on mandiya po vivrè ! Pensez-vous, après la grande peur qu'avait eue cette famille victime de cette avalanche pendant l'hiver, au printemps, elle a vu partir en fumée la maison contigüe à la sienne, appartenant à Jean-Pierre Raymondet et à sa famille. Ces pauvres gens ont tout perdu. Ils ont dû avoir recours à l'aide de la commune et de l'Etat pour s'en sortir. Après les frais de taxation, le payement des dettes, il restait 500 écus petits. Ces gens ont été contraints de mendier pour vivre !
A la fin dè ché an mâleureu dè milè ouë chin chie, Djan-Charles, Marie è li krouèi chon parti di li Plache. Chon aló ch'èitabli bâ oeu Plan chu on petyou bin à Monchiu De Preux dè Chin Mouri ke l'èirè le byó fë oeu Résident de France, din ouna kròya mèijon à Yóde Délez, prèjident. A la fin de cette année 1806, Jean-Charles, Marie et les enfants ont dû quitter la maison de famille des Places. Ils ont été s'établir à Vernayaz sur un petit bien appartenant à Monsieur De Preux de St.Maurice gendre du Résident de France, dans un mauvais domicile du président Claude Délez.
Chè chon boutó in mèinâdze me l'èivon rin ! L'èivon pâ pyie ouna marmita po kouèirè on bokon dè chëpa. Chleu di Plache loeu-j-èivon rin balya è yue, l'èivon rin prèparó ; moujâvon pâ parti jëste dèvan Noël. Oeuroeujamin, l'on tu le chèko di vejin è di konyèchanche ke l'oeu- j-on balya kâtyè moeuble po chè tsèvoui kambin, yue mémwe, l'èivon pâ otche a mèijon ! Ils se sont mis en ménage mais, ils n'avaient rien. Ils n'avaient même pas une marmite pour cuire un peu de soupe. Ceux des Places ne leur avaient rien donné, et eux, n'avaient rien préparé, ne pensant pas devoir déménager tout juste avant Noël ! Heureusement, des voisins et connaissances sont venus à leur secours en leur apportant quelques ustensiles de première nécessité bien qu'eux mêmes n'aient pas eu beaucoup de choses chez eux !
Chu chin, l'a te pâ falu ke Djan-Charles l'alechè amon à Chon, chu l'ordre doeu Résident Français dè Chon, koumin tui li-j-ètrandjie doeu Valais po rèchèivrè on matricule, le Valais l'èirè "le Département du Simplon ". L'a rèchu le numèro fin chin chatantè fin è li a falu payie trèi franc ! Là-dessus, le maître maçon Squinabol à dû se rendre à Sion, comme tous les étrangers résident en Valais, sur ordre du Résident Français de Sion. A cette époque, le Valais était devenu le Département du Simplon. Il a dû s'y rendre afin d'être immatriculé et payer 3 francs pour avoir son matricule sous le numéro 575 !
Ah ! Poure dzin, porin te vreyie le tchu à mâléje ! Ah ! Ces pauvres gens, pourront-ils tourner le dos au malheur !
   
Bouto in patouèi pè Madèléna Tiré des écrits laissés par Jean-Pierre Squinabol.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT