LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La famèlye Squinabol - La famille Squinabol

1. Fajin konyèchanche - Faisons connaissance

par Madeleine Bochatay

play pause

In l'an bèni dè milè cha chin chechantè noeu, din la famëlye Squinabol, dè la valé dè Gressonay, oeu payï d'Outa, on petyou vin oeu monde, to byó è in bouna chanté. Chi parin li on boutó a nom Djan-Charles. L'èirè le prèmyie dè la famëlye ! Mâleureujamin, le bonyu durè pâ grantin è, fin an apré, cha poura mâma l'è inportâye pè ouna kròye maladie. En l'an béni de 1769, dans la vallée de Gressonay au val d'Aoste, dans la famille Squinabol, un enfant vient au monde, bel enfant en bonne santé. Ses parents le prénomment Jean-Charles. Malheureusement, le bonheur ne dure pas longtemps et, cinq ans plus tard, la maman décède emportée par une maladie.
Chin fé ke katyè tin apré, le pâpe chè tornè mariâ. Po Djan-Charles, la vyia l'è pas mé tu tan brave ! Le pâpe l'a volu kanbin ke chon garchon l'aprinjechè on mètchie è l'a invoya, dawe chèijon à Briançon, por aprindrè le mètchie dè manfon. Le dolin l'aprinjèi vite è, a chèje an, l'èirè kapable dè chè dèbroulyie cholè è dè gânyie cha vyia ! C'est ainsi qu'après quelque temps, le père se remarie et, depuis, la vie n'a pas été très bonne pour Jean-Charles. Malgré tout, le père a voulu donner un métier à son garçon et, pour deux saisons, Jean-Charles fut envoyé à Besançon pour se former au métier de maçon. L'adolescent apprenait facilement et, à l'âge de seize ans, il était capable de se débrouiller seul et de gagner sa vie.
L'avèi vintè dou-j-an kan l'a tu l'idé dè parti è, chè ingadja koumin choeudâ din la garde doeu Rèi dè Sardaigne. Byó j'âyon, bala prestanche, byó choeudâ ! Me chin fé pas to ! Adon koumin ora, li Rèi chè fajèivon la dyèra ! Il avait 22 ans lorsqu'il décida de partir et s'engagea dans la garde du Roi de Sardaigne. Bien mis, belle prestance, bel homme, beau soldat ! Mais cela ne fait pas tout ! A cette époque, comme aujourd'hui, les Rois se faisaient la guerre.
È, kan Djan-Charles l'è tu mandató por alâ férè kanpanye din le Piémont, l'è tu troua li dèmandâ dè férè la dyèra a chi frâre. Koumin l'on fé byin d'âtre, l'è parti. L'è pachó pè li montanye è, l'è arevó in Charvan. L'èirè in milè cha chin nonantè fin. Lorsque Jean-Charles a été incorporé comme soldat pour faire campagne dans le Piémont, il n'a pas voulu faire la guerre et se battre contre ses frères. Ainsi que l'ont fait beaucoup d'autres avec lui, il est parti. Il est passé par les montagnes et est arrivé à Salvan. C'était en 1795.
Djan-Charles ke l'èirè pâ pèrèijoeu chè mètu a travalyie dè chon mètchie in Valais è chuto in Charvan. L'avèi byin dè byie po le travalye è l'èirè menouè, chè vite fé ouna bouna rèputachon. Le travlye mankâvè pâ ! Jean-Charles n'était pas paresseux. Il se mit à travailler de son métier en Valais et surtout à Salvan. Comme il était très habile dans son travail et était très minutieux, sa réputation s'est faite très vite. Le travail ne manquait pas.
In milè cha chin nonantè ouë, l'è tornó a Lillianes, din chon payï, yo l'è aló kèri chi papèi : Certificat dè nèchanche è dè bouna konduite po pouèi èitâ in Charvan. Le voyâdze l'è tu proeu karavelyoeu ! Pè le Payï d'Outa li rote l'èiron pâ parto èijë : y'avèi la rèvoluchon di Choque. Enfin l'a pu prèjintâ chi papèi oeu Konchè dè la Koumouna dè Charvan le trèi dè novinbre milè cha chin nonantè ouë. En 1798, il est revenu à Lillianes, son lieu de naissance pour y chercher ses papiers : certificats de naissance et de bonne conduite afin de pouvoir s'établir à Salvan. Le voyage a été difficile et dangereux. Les routes n'étaient pas sûres. Dans la vallée d'Aoste, la révolution des Soques battait son plein. Enfin, le 3 novembre 1798, il a pu présenter ses papiers au Conseil communal de Salvan.
Apré to chèi tin, l'a fé la konyèchanche d'ouna Marie Botsatay di Plache. Ouna di ple bale fëlye di Marcote è di ple travalyeuje. Pendant tout ce temps, Jean-Charles a fait la connaissance d'une Marie Bochatay des Places. Une des plus belles filles des Marécottes et des plus travailleuses.
Di chi tchinje an, Marie l'avèi renplacha cha mâma mòrta d'ouna gràva maladie. La bràva Marie l'avèi chu tèni le mènâdze, férè to le travalye di fèmale in chèi tin lé è alèvâ chi katre frâre ple dzouvëne. Depuis ses quinze ans, Marie avait remplacé sa maman décédée d'une grave maladie. Elle avait su tenir le ménage, s'occuper de tous les travaux féminins de l'époque et élever ses quatre frères cadets.
Li gané di Marcote l'èiron pas kontin dè vyie parti chla fëlye avoué oun' ètrandjie ! Adon, li fiancha, po pas férè dè konte oeu velâdze, chè chon marió chin férè dè nofe, stou ke li ban chon tu poublèya, avoué dou tèmoin, le pâre è l'onkle dè Marie. L'èirè le vintèneu d'avri milè ouë chin dou. Les garçons des Marécottes n'appréciaient pas du tout de voir Marie partir au bras d'un étranger ! Alors, les fiancés, pour éviter toutes polémiques au village, se sont mariés sans faire de noce, sitôt les bans publiés avec seulement deux témoins, le père et l'oncle de Marie. C'était le 29 avril 1802 !
Kan le mariadze l'è tu konyu dè tui oeu velâdze, chin l'a byin fé prèdjie ! Mé k'ouna choprèche, l'aférè l'è tu konchidèrâye koumin ouna vargonye è, Marie l'è tu byin kritikâye d'avèi mé an.mó oun'ètrandjie èi dzouvëne doeu payï ! La novalà koblà l'è èitâye èi Plache din la mèijon dè Marie avoué le pâre è li frâre. On poeu dërè ke Djan-Charles chè marió a dzindre, me, travalyivè dè chon mètchie, è l'èrèi pâ in rètâ po boutâ oeu tseufè ! Lorsque cette union fut connue au village, la nouvelle s'est vite répandue, on a beaucoup critiqué Marie. Plus qu'une surprise, l'affaire fut considérée comme un crime de lèse-majesté. Les nouveaux époux se sont établis aux Places, dans la maison de Marie avec le père et les frères. Jean-Charles habitait la maison de son beau-père mais, il travaillait de son métier et n'était pas en reste pour apporter ses économies.
Li-j-èpoeu Squinabol l'on tu drèi à byin d'âtre-j-aventure ! Les époux Squinabol ont eu droit à beaucoup d'autres aventures !
   
Bouto in patouèi pè Madèléna Tiré des écrits laissés par Jean-Pierre Squinabol.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT