LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

 

Le chèré a Kolâ - Le sérac à Colas.

par par Benjamin Revaz, Salvan

play pause

Kolâ Botèlye, on kou, l'avèi ple dè tsèi :
Avoué chon konpanyon Arthur doeu Biolay
Dèchidon, proeu chiu, dè parti a la tsafe.
Arevó amon oeu tsalè dè Chalanfe,
Avoué li-j-arpian chon aló dremi
Oeu tsó, a chòta, è, chuto chin payi.
Colas Boteille, une fois, n'avait plus de viande.
Avec son compagnon Arthur du Bioley,
Ils décident, bien sûr, de partir à la chasse.
Arrivés au chalet de Salanfe,
Avec les bergers sont allés dormir
Au chaud, à l'abri et surtout sans payer.
Lèvó dèvan dzo, jëste lyètó li bote,
Prèmyie aférè falivè bèirè la gòte.
On bardjie loeu voudjè ouna tache dè laché,
Kolâ, lui, l'arvouadâvè rinkè li chèré,
Li byó chèré, chu la travercha dè la bòrna
Yó le fruityie li-j-avèi boutó férè foumâ.
Levés avant le jour, juste attaché les souliers,
Première chose, il fallait boire un petit verre.
Un berger leur verse une tasse de lait,
Colas, lui, ne regardait que les séracs
Les beaux séracs sur la traverse de la cheminée
Où le fromager les avait mis à fumer.
Po mouèidrè, li-j-arpian parti, noutre Kolâ
L'akapè on chèré è le tapè oeu cha.
Apré, proeu chiu, l'a falu vite ya !
Kontrèrya, Arthur moyënâvè a Kolâ :
" On fé pâ d'aférè dinche, chin l'è robâ,
Ne portèrè pâ bonyu po tsafyie, te vèiré "
Kolâ, lui, moujâvè dja oeu bon goue doeu chèré.
Pour traire les bergers partis, notre Colas
Attrape un sérac et le fourre dans son sac
Après, bien sûr, il fallait vite partir.
Contrarié, Arthur reprochait à Colas :
" On ne fait pas des choses pareilles, ça c'est voler,
Ca ne nous portera pas bonheur pour chasser, tu verras ! "
Colas, lui, pensait déjà au bon goût du sérac.
Parti amon pè darèi li Gagnèries,
Chèivon yó y avèi dè pèloeu a trëyie,
L'on aprotcha dè pré on byó tsamo
Kolâ tirè… è l'abotsè… l'avèi pâ mankó.
Chè virè è dë a l'âtre : " Òra, te è ta moràla,
 te yu che le chèré l'a arètó la bàla "
Partis en haut derrière les Gagneries,
Ils savaient où il y avait des chamois à tirer,
Ils approchent, de près, d'un beau chamois,
Colas tire… et il tombe… il ne l'avait pas manqué…
Il se retourne et dit à l'autre : " Maintenant, toi et ta morale,
As-tu vu si le sérac a arrêté la balle ? "
Maurice Jacquier de La gare, juillet 1999  

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT