LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


HISTOIRES EN PATOIS

La tchievra dè Monchiu Seguin (Alphonse Daudet)

Par Madeleine Bochatay

Traduction de la nouvelle en patois de Salvan :
"Li Charvagnou" Groupe des patoisants de Salvan

Illustration : la chèvre


play pause

La tchievra dè Monchiu Seguin

La chèvre de Monsieur Seguin

Monchiu Seguin l'avè jamé tu dè bonyu avoué chi tchievre.
Li pèrjè tote dè la mémoua fachon : on byo matin krapâvon la korde è partivon a la montanye, è amon lé le loeu li mindjievè. Li karèche dè lyu mètre, la pouère doeu loeu, rin ne li rètenyè. L'èrè dè tchievre mèchayiere.
M. Seguin n'avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon : Un beau matin, elles cassaient leur corde, s'en allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait. Ni les caresses de leur maître, ni la peur du loup, rien ne les retenait. C'était, paraît-il, des chèvres indépendantes, voulant à tout prix le grand air et la liberté.
Monchieu Seguin konprinjè rin a chi bétye, chin le rindè to moûts è deyè :
- L'è tourné, li tchievre chè chinblon Ion vèr mè y in pouè pâ mé vouardâ.
Portan chè pâ dèkoradja, è, apré avè pardu chie tchievre dè la mémoua fachon, l'in a atsètô ouna chatieme me, chi kou, l'a tu chouin dè la prindre èterle por ke chakotemechè ver lui.
Le brave M. Seguin, qui ne comprenait rien au caractère de ses bêtes, était consterné. Il disait : - C'est fini ; Les chèvres s'ennuient chez moi, je n'en garderai pas une. Cependant, il ne se découragea pas, et, après avoir perdu six chèvres de la même manière, il en acheta une septième ; seulement cette fois il eut soin de la prendre toute jeune, pour qu'elle s'habitue mieux à demeurer chez lui.
Ah ! chin ke l'èrè brâva la petyouda tchievre dè monchiu Seguin I L'ère tan brâva avoué chi joué doeu, cha barbèta d'ofechie chi botache nère è luy- inte, chi korne rèye è chi ion pè blan ke li fajèvon koumin on manté ! L'èrè ache brâva kè le tsevri d'Esméraida, È pouè èja, amiteuje, chè lachievè mouèdre chin beudjie, chin boutâ le pia din l'èkouale. Ona tan brâva pety-ouda tchievre... Ah ! qu'elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin. Qu'elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande ! et puis docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l'écuelle ; Un amour de petite chèvre.
Darè méjon, monchieu Seguin, l'avè on pro intouè d'èrbèpin, L'è lé que l'a bouto la novala pinchenére. L'a impacheno la oeu pie byo loua doeu prô, in li lachin on bon tre dè korde, è, di tin-j-in tin venyè vie che l'èrè bin, La tchievre chè trouvâvè bin è brotâvè dè tan bon tyue que monchiu Seguin l'ère byin kontin. M. Seguin avait derrière sa maison un clos entouré d'aubépines. C'est-là qu'il mit sa nouvelle pensionnaire. Il l'attacha à un pieu au plus bel endroit du pré, en ayant soin de lui laisser beaucoup de corde, et de temps en temps il venait voir si elle était bien. La chèvre se trouvait très heureuse et broutait l'herbe de si bon coeur que M. Seguin était ravi.
- Enfin, moujavè le pour omoue, chia, va pas chè chinblâ Ion vèr mè ! Monchiu Seguin chè tronpâvè, la tchievre chè plèjè pâ,
On dzo, in revouadin la montanye l'a moujô :
- Maloeu chin k'on dè ètrè bin amon lé ! Tyin plèji dè kori din la brèyire chin avè ché kordé ke m'èkortsè la pé doeu kou I... L'è bon po l'âne oeu le boeu dè brotâ din on klou !... È tchievre l'oeu fô dè lardze po kori...
- Enfin, pensait le pauvre homme, en voilà une qui ne s'ennuiera pas chez moi ! M. Seguin se trompait, sa chèvre s'ennuya. Un jour, elle se dit en regardant la montagne : - Comme on doit être bien là-haut ! Quel plaisir de gambader dans la bruyère, sans cette maudite longe qui vous écorche le cou... C'est bon pour l'âne ou pour le boeuf de brouter dans un clos !... Les chèvres, il leur faut du large.
Di chia vouarba l'èrba doeu klou l'è pâ mé tu bouna. L'a tu le chinblalon, l'è vènoua mégre, l'avè preskè pie dè lâché. Fajè mô oeu tyue dè l'a vie treyie to le dzo chu le kordé in revouadin la montanye, li nari oeuvè, in bélâ tristamin. A partir de ce moment, l'herbe du clos lui parut fade. L'ennui lui vint. Elle maigrit ; son lait se fit rare. C'était pitié de la voir tirer tout le jour sur sa longe, la tête tournée du côté de la montagne, la narine ouverte et faisant : Mê !... tristement.
Monchiu Seguin chin dèbetâvè proeu ke cha tchievre l'avè katyiè tsouje ke li alâvè pâ, me chavè pâ chin ke l'èrè... On matin, kan l'a tu tourné dè la mouèdrè, la tchievre chè rèvreya è, li a de in patouè :
- Atyoeutâ mè, monchiu Seguin, venye malâda vèr voue, lachie mè alâ amon chu la montanye.
- Ah ! Mon Diu !... Chia ïntye achebin ! kreyè monchiu Seguin èbayie è, chu chin, lâché tchierè l'èkouale; è pouè, chè chètô chu l'erba dèkoute la tchievra :
- Koumin, Blantsète, te voeu parti !
Blantsète li a répondu :
- Ouè, monchiu Seguin.
- L'èrba t'è mankè te che?
- Oh ! na ! monchiu Seguin.
- É te yètâye dè troua koue, voeu te ke y alondzeche le kordé?
- Na, l'è pâ la pèna, monchiu Seguin.
- Adon, ke té fô ? Ke te vœu ?
- Voué alâ chu la montanye, monchiu Seguin.
- Me, mâloeuroeuja, te châ pâ ke y a le loeu chu la montanye.-.. Ke faré te kan vindrè?
- Li bayèrè di korne, Monchiu Seguin.
- Le loeu chè fo bin dè ti korne, m'a mindja dè bèrle atramin inkornâye kè tè.., Te châ proeu la poura vieye Renaude ke l'èrè che l'an pachô? grouche è yota koumin on bokwe. Ch'è batoua tota la noué è, le matin le loeu l'a mindja.
- Poura Renaude! Chin fé rin, monchiu Seguin, lachie mè alâ a la mon-tanye.
- Mon Diu, Mon Diu, ke l'on fé a mi tchievre? Onko ona ke le loeu va m'è mindjie... Èbin, na... farè to po tè prèjarvâ, ma chegonye! Po ke te puiche pâ krapâ le kordé, tè véje inkloure oeu boeu è, ti ètèré todzo.
M. Seguin s'apercevait bien que sa chèvre avait quelque chose, mais il ne savait pas ce que c'était... Un matin, comme il achevait de la traire, la chèvre se retourna et lui dit dans son patois :
- Ecoutez, monsieur Seguin, je me languis chez vous. Laissez-moi aller dans la montagne.
- Ah ! mon Dieu !... Elle aussi ! cria M., Seguin stupéfait. Et du coup, il laissa tomber son écuelle... Puis, s'asseyant dans l'herbe à côté de sa chèvre :
- Comment, Blanquette, tu veux me quitter ? Blanquette répondit :
- Oui, monsieur Seguin.
- Est-ce que l'herbe te manque ici ?
- Oh non ! monsieur Seguin.
- Tu es peut-être attachée de trop court ; veux-tu que j'allonge la corde ?
- Ce n'est pas la peine, monsieur Seguin.
- Alors, qu'est-ce qu'il te faut ? Qu'est-ce que tu veux ?
- Je veux aller dans la montagne, monsieur Seguin.
- Mais, malheureuse, tu ne sais pas qu'il y a le loup dans la montagne... Que feras-tu quand il viendra ?...
- Je lui donnerai des coups de corne, monsieur Seguin.
- Le loup se moque bien de tes cornes. Il m'a mangé des biques autrement encornées que toi... Tu sais bien la vieille Renaude qui était ici l'an dernier ? une maîtresse chèvre, forte et méchante comme un bouc. Elle s'est battue avec le loup toute la nuit... puis le matin le loup l'a mangée. - Pécaïre ! pauvre Renaude !...
- Cela ne fait rien, monsieur Seguin, laissez-moi aller dans la montagne.
- Bonté divine ! dit M. Seguin... mais qu'est-ce qu'on leur a donc fait à mes chèvres ? Encore une que le loup va me manger... Eh bien, non... je te sauverai malgré toi, coquine, et, de peur que tu ne rompes ta corde, je vais L'enfermer dans l'étable, et tu y resteras toujours.
Adon monchiu Seguin prin la tchievre, l'inklou din on buiton, atopon è, klou la porte a dou to. Mâleureujamin, l'a oublô la fènétre è, l'a pâ tu vreya li talon ke la dolinte l'a pachô foue.

Là-dessus, M. Seguin emporta la chèvre dans une étable toute noire, dont il ferma la porte à double tour. Malheureusement, il avait oublié la fenêtre, et à peine eut-il le dos tourné que la petite s'en alla...

Tu ris, Gringoire? Parbleu ! je crois bien ; tu es du parti des chèvres, toi, con-tre ce bon M. Seguin... Nous allons voir si tu riras tout à l'heure.

Kan Blantsète l'è arevâye chu la montanye, l'è tu rèchoua koumin ouna rène. Li vioeu chapin l'èvon jamé rin yu d'aché brâwe. Li tsatanyie li fajèvon la kolanda è, koudjievon la karèchie avoué le bè di brantse. Li flue dé l'avouyète ch'oeuvrivon po chenâ bon atan ke pouèvon. Tota la montanye li fajè féte.

Quand elle arriva dans la montagne, ce fut un ravissement général. Jamais les vieux sapins n'avaient rien vu d'aussi joli. On la reçut comme une petite reine. Les châtaigniers se baissaient jusqu'à terre pour la caresser du bout de leurs branches. Les genêts d'or s'ouvraient sur son passage, et sentaient bon tant qu'ils pouvaient. Toute la montagne lui fit fête.
Pie dè kordé, pie dè pachon... rin po l'inpatchie dè choeutâ è dè brotâ a chon éje. L'avè dè pâtërè tankè chu li korne. È tyinte erba! frètse, fin/na, din- tèlâye è féte dè tote chorte dè botchè. L'èrè byin mèyoeu kè l'èrba doeu prô. È li flue!... Dè grouche kanpan/ne bluve, dè mardyèrite, dè violète, dè trole, ona djue dè flue charvâdze tote mèyoeu li-j-ëne kè li-j-âtre. La tchievra blantse, a mètya choule, chè voeutrâvè lé dedin li tsanbe in l'è è, tchupèletâvè pè li prô prèmie li foye è li tsatanye... To d'on kou, chè drèfievè è, partivè la téta in dèvan a travie li drounyie è li bochon, on kou chu on krèté, on kou din ona gordze, in amon, in bâ, parto... On arë pu moujâ ke y avè djie tchievre dè monchiu Seguin chu la montanye. Plus de corde. Plus de pieu... rien qui l'empêcha de gambader, de brouter à sa guise... C'est là qu'il y en avait de l'herbe ! jusque par-dessus les cornes... Et quelle herbe ! Savoureuse, fine, dentelée, faite de mille plantes... C'était bien autre chose que le gazon du clos. Et les fleurs donc !... De grandes campanules bleues, des digitales de pourpre à longs calices, toute une forêt de fleurs sauvages débordant de sucs capiteux ! La chèvre blanche, à moitié ivre, se vautrait là-dedans les jambes en l'air et roulait le long des talus, pêle-mêle avec les feuilles tombées et les châtaignes... Puis, tout à coup, elle se redressait d'un bond sur ses pattes. Hop ! la voilà partie, la tête en avant, à travers les maquis et les buissières, tantôt sur un pic, tantôt au fond d'un ravin, là-haut, en bas, partout... On aurait dit qu'il y avait dix chèvres de M. Seguin dans la montagne.
L'avè pouère dè rin, la Blantsète. Choeutâvè d'on lâ a l'âtre di grou torin, kan pachâvè pè déchu, l'èrè tote èklefâye dè la poeufe dè l'éwe. Adon, tota mouva, l'alâvè chè djierè chu on rotsè è chè fajè chètchie oeu cholè... On kou, adzovâye oeu bè d'on ché, ouna flue d'ëvouè pè li din, l'a yu oeu fon, to-t-oeu fon dè la plan/na, la mèjon dè monchiu Seguin avoué le prô darè. Chin l'a fé rire dè bon tyue.
- L'è bin petyou ! chè moujâvè; koumin é ye pu ètâ lé dedin?
La poura lyie! Dè chè viye tan in ô adzokâye, chè moujâvè oeu min achë grouche kè le monde...
C'est qu'elle n'avait peur de rien la Blanquette ! Elle franchissait d'un saut de grands torrents qui l'éclaboussaient, au passage, de poussière humide et d'écume. Alors, toute ruisselante, elle allait s'étendre sur quelque roche plate et se faisait sécher par le soleil... Une fois, s'avancent au bord d'un plateau, une feuille de cytise aux dents, elle aperçut en bas, tout en bas dans la plaine, la maison de M. Seguin avec le clos derrière. Cela la fit rire aux larmes.
- Que c'est petit ! dit-elle ; comment ai-je pu tenir là-dedans ? Pauvrette ! de se voir si haut perchée, elle se croyait au moins aussi grande que je monde...
L'è tu ouna bouna dzornive po la tchievre dè Monchiu Seguin. Pè vè miedzo, in korin dè drète è dè gôtse, chè trovâye oeu mètin d'on tropé dè tsamo in trin dè brotâ a plèna gordze. Noutra petyouda koratoeuje l'è tu bin rèchoua pè chloeu Monchiu ke li on lacha la mèyoeu plache din la botcha dè larjète. Parè ke, on dzouvëne tsamo è pè nyie, l'a byin pléju a Blantsète. Li dou-j-amouèroeu chè chon pardu mé d'oune oeura din le botsa è, po chavè chin ke l'on de, fô le dèmandâ oeu ru ke korè din la motel
To d'on kou, la bije chè lèvâye. La montanye l'a tsandja koyue. L'èrè dja tâ.
- Dja! ch'è dëte la petyouda tchievre tote èbaya.
Bâ din la plan/na y avè le blu. La mèjon è le prô dè monchiu Seguin l'èron din la poeufe, on vèyè jëste la borne que foumâvè. L'avouiyè li klotse d'on tropé que rintrâvè è l'a tu le tringeyon. On grou poudzin li è pacho dècoute, l'a tu li frefon... L'a avoui ulâ din la montanye :
- Hou! Hou!
En somme, ce fut une bonne journée pour la chèvre de M. Seguin ! Vers le milieu du jour, en courant de droite et de gauche, elle tomba dans une troupe de chamois en train de croquer une lambrusque à belles dents. Notre petite coureuse en robe blanche fit sensation. On lui donna la meilleure place à la lambrusque. Tout à coup, le vent fraîchit. La montagne devint violette ; c'était le soir...
"Déjà !" dit la petite chèvre ; et elle s'arrêta fort étonnée. En bas, les champs étaient noyés de brume. Le clos de M. Seguin disparaissait dans le brouillard, et de la maisonnette on ne voyait plus que le toit avec un peu de fumée ; elle écouta les clochettes d'un troupeau qu'on ramenait, et se sentit l'âme toute triste... Un gerfaut qui rentrait la frôla de ses ailes en passant. Elle tressaillit... Puis ce fut un long hurlement dans la montagne :
"Hou ! hou !"
Adon l'idé deu loeu li è vènu ; dè to le dzo l'estrebitye l'y avè pas moujô. In mémoue tin l'a avoui kornâ bâ din la plan/na, l'èrè monchiu Seguin ke koudjievè l'apèlâ.
- Hou! Hou... fajè le loeu.
- Torna bâ ! Torna bâ ! deyè la korne !
Blantsète l'a preskè tu la vala dè tornâ bâ. Me, in moujin oeu paché, oeu kordachon, oeu klou intouè dè bochenè, ch'è moujâye ke pouè pa mé chè tornâ férè a chia via, è ke l'èrè myoeu d'étâ lé. Monchiu Seguin kornavè pie.
La tchievre l'a avoui krapâ dè brantsète pè darè lyie, chè vreya è l'a yu daoue j'orèye drète è dou-j-ouè koumin dè brâje, l'èrè le loeu.
Elle pensa au loup ; de tout le jour la folle n'y avait pas pensé... Au même moment, une trompe sonna bien loin dans la vallée. C'était ce bon M. Seguin qui tentait un dernier effort.
"Hou ! hou", faisait le loup.
"Reviens ! reviens !..." criait la trompe.
Blanquette eut envie de rentrer ; mais, se rappelant le pieu, la corde, la haie du clos, elle pensa que maintenant elle ne pourrait plus se faire à cette vie, et qu'il valait mieux rester... La trompe ne sonnait plus...
La chèvre entendit derrière elle un bruit de feuilles. Elle se retourna et vit dans l'ombre deux oreilles courtes toutes droites, avec des yeux qui reluisaient... C'était le loup.

L'èrè ïntye chèto, revouadâvè la petyouda tchievre è chè lètchiyevè dja li po chin chè prèchâ, chavè preu ke l'alâvè la mindjie, kan la tchievre chè rèvreya, l'ypmtrô li din è l'a ri koumin on môfajin.

- Ha! Ha! Lêrpetyouda tchievra dè Monchiu Seguin ! È, l'a pachô la lèwa chu chi grou po rodze.
Blantsète chè chintoua pardoua... Ouna ouarba chè chovènoua dè la konta a la vieye Renaude ke chè chèrè batoua tota la noué po ètrè mindja le matin, chè moujâye ke, charë pètétrè myoeu d'ètrè mindja dètire; è pouè, na, chè prèparâye po la bâra, la téta bâ è, li petyoude korne in dèvan, koumin ouna koradzoeuje petyouda tchievre ke l'èrè... Moujâvè proeu ke l'arë pâ pu toua le loeu, - li tchievre touon pâ li loeu, - me, volè adé vie che l'arë pâ pu chè mantèni achë grantin kè la Renaude !...

Enorme, immobile, assis sur son train de derrière, il était là, regardant la petite chèvre blanche et la dégustant par avance. Comme il savait bien qu'il la mangerait, le loup ne se pressait pas ; seulement, quand elle se retourna, il se mit à rire méchamment :

- Ha ! ha ! petite chèvre de M. Seguin ! et il passa sa grosse langue rouge sur ses babines d'amadou. Blanquette se sentit perdue... Un moment, en se rappelant l'histoire de la vieille Renaude, qui s'était battue toute la nuit pour être mangée le matin, elle se dit qu'il vaudrait peut-être mieux se laisser manger tout de suite ; puis, s'étant ravisée, elle tomba en garde, la tête basse et la corne en avant, comme une brave chèvre de M. Seguin qu'elle était... non pas qu'elle eût l'espoir de tuer le loup - les chèvres ne tuent pas le loup -, mais seulement pour voir si elle pourrait tenir aussi longtemps que la Renaude...

Adon, la poueta bétche chè avancha, è li petyoude korne l'on menô la danfe. Alors le monstre s'avança, et les petites cornes entrèrent en danse.
Ah ! la koradzoeuje petyouda tchievre, li alâvè dè bon tyue ! Mé dè d.jie kou, chin kontâ dè kanye, l'a fé rèkoulâ le loeu po prindrè le chofle. Rndin ché tin, la golmanda, l'alâvè vite brotâ ona tretse d'erba; è pouè, tornâvè chè batre, la djoeula plène... Chin, l'a derô tota la noué. Dè ouarbe a ouarbe, la tchievre dè Monchiu Seguin revouadâvè li j'ètèle è, chè deyè :
- Oh ! poré ye tèni tanke a l'ârba...
Ah ! la brave chevrette ! Comme elle y allait de bon coeur ! Plus de dix fois, elle força le loup à reculer pour reprendre haleine. Pendant ces trêves d'une minute, la gourmande cueillait en hâte encore un brin de sa chère herbe, puis elle retournait au combat la bouche pleine... Cela dura toute la nuit. De temps en temps, la chèvre de M. Seguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair, et elle se disait :
"Oh ! pourvu que je tienne jusqu'à l'aube !..."
L'ëna apré l'âtre, li j'ètèle l'on klou le foua. Blantsète doblâvè li kou dè korne, le loeu li kou dè din... Di loin, on a yu ârbèyie... On a avoui tsantâ on poeu di ona polayire bâ d'avo.
- L'è ora! l'a de l'a poura bétche ke l'atindè rinkè le dzo po mouri, chè djouacha bâ, pè tère, din chon byo manté blan to kontcha dè chan...
L'une après l'autre, les étoiles s'éteignirent. Blanquette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents... Une lueur pâle parut dans l'horizon... Le chant d'un coq enroué monta d'une métairie.
"Enfin !" dit la pauvre bête, qui n'attendait plus que le jour pour mourir ; et elle s'allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang...
Adon, le loeu l'a choeutô chu la petyouda tchievre è, l'a mindja! Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT