LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Salanfe

par Noëlle Décaillet des Marécottes

Illustration : l'école


play pause

Li pâtiye dè ver ne
Chalanfe

 

Les pâturages de chez nous
Salanfe

 

Oeu derè di gran-j-écrivain koumin Rambert, Javel, Renard ; Chalanfe l’è le ple bió pâtiye dè La Chuiche. Au dire des grands écrivains que sont Rambert, Javel, Renard ; Salanfe est le plus beau pâturage de la Suisse.
Y avè pâ grantin que li Charvagnou l’èron instaló din la vallée ke loeu-j-a falu chè dèfindrè, à pare dè katre, po vouardâ chèi patiye. Il y avait peu de temps que les salvanins étaient installés dans la vallée quand ils ont dû se défendre avec acharnement pour garder ce pâturage.
L’è ke, li Chavoyâ ke l’èivon pardu Èmouchon, l’on pachó le tchoeu dè Clusanfe è chon vènu po prindrè Chalanfe mè, l’oeu-j-a pâ dzeuilla ! Les savoyards qui avaient perdu Emosson, ont passé, en armes, le col de Clusanfe pour prendre l’alpage de Salanfe mais, ils n’y ont pas réussi !
In milè trè chin vintèkatre Chalanfe l’èi tu è Charvagnou. Li valanti chon tu boutó darèi la Fréta dè La Tour Saillère, Li Din Doeu Miedzo è Le Chalentin. En 1324, Salanfe a été propriété des salvanins. Les limites ont été posées derrière l’arrête de La Tour Salière, Les Dents du Midi et Le Salentin.
Kan on a vèr chè dè tan bió bin, on fé invie è vejin. Li parotse, li koumoune pè le to, le volèvon chè pâtiye. Lorsque l’on a chez soi une si belle propriété, on fait envie aux voisins ! Les paroisses, les communes alentours le voulaient ce pâturage.
Apré mé dè katre chin j’an dè konte è dè tsinkanye, apré on prochè ke l’è tu fé on châ pâ porkè è koumin, li Charvagnou chon tu forche dè lachie Chalanfe è dzin d’ Évionne ! Après plus de 400 ans de bagarres, de chicanes, après un procès qui a été fait on ne sait pas pourquoi et comment, les salvanins ont été obligés de laisser ce pâturage aux gens d’Evionnaz !
Chin,chè pachó in milè cha chin chatantè fin. Cela s’est passé en 1775.
Me, li konchinche l’èron pâ trantchile ! Mais, les consciences n’étaient pas tranquilles !
Le lon di vèye, din chleu pèile, le to dè la trabla, chè kontâvè byin dè konte è chovin chortivè la konta ke byin lachievon po vèré ! Au long des veillées, dans les chambres familiales, autour de la table, se racontaient beaucoup d’histoires et souvent ressortait l’histoire que beaucoup laissaient pour vraie !

Li vatse dè Chalanfe.

Les vaches de Salanfe.

Oun an, in Chalanfe, li vatse l’èiron brave in tsan pè vèi li tsalè. Une année, à Salanfe, les vaches paissaient, tranquilles, devant les chalets.
Metyè, l’è vènu ouna pouta ramó dè gréle. Tout à coup, voilà qu’arrive un gros orage de grêle.
Adon, li vatse chon partyè doeu lâ di Tsanté dè Cheilyire apré on ke l’èivon jamé tu yu è ke l’alâvè a grou chó dèvan. Alors, les vaches sont parties en courant du côté de Seillire suivant un individu que l’on n’avait jamais vu et qui courait en avant.
Chon proeu vite parti po li j’arètâ è li-j-inpatchie d’alâ chè dèrotchyie, me, li j’on pâ pu dèvanfie, tankè l’on moujó dè mandâ li bâton in dèvan doeu tropé. Les bergers sont partis tout de suite pour arrêter le troupeau et l’empêcher d’aller dérocher mais, ils n’ont pas pu le devancer jusqu’à ce qu’ils aient pensé de lancer leur bâton en avant du troupeau.
Li Chalanfia, adon, delyèvon : « Chin poeu pâ èitrè k’on chënye dè malédekchon dè chin ke n’in robó Chalanfe è Charvagnou ! » Les gens de Salanfe disaient alors : C’est certainement un signe de malédiction par ce que nous avons volé Salanfe aux salvanins !
Chin ke l’oeu fajèi le mé krirè l’è ke li vatse d’on Botsatèi dè Myevella ke l’avèi dè drèi in Chalanfe, pè cha fëna, ouna Barmèra, l’on pâ boeudja dè dèvan lyu tsalè le tin ke li j’âtre chon partyë ! Ce qui les confortait dans leur affirmation était que les vaches d’un Bochatay de Miéville qui avait des droits sur Salanfe par sa femme, une fille de La Balmaz, n’ont pas bougé, sont restées devant leur chalet, tandis que toutes les autres sont parties !
Arè, chè ke menâvè le tropé, chi pâ chon tu markó pè la bourluire à la tèppà ! Quant à celui qui menait le troupeau, ses pas ont été marqués par le feu et ont brûlé la prairie !
Tiré de textes retrouvés de Louis et Denis Coquoz Madeleine

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT