LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


HISTOIRES EN PATOIS

LI ROGACHON

Par Madeleine Bochatey


play pause

LI ROGACHON

 

LES ROGATIONS

 

D`âtre kou, li trè dzo dèvan l'Achinchon, l'èrè Li Rogachon ! Autrefois, pendant les trois jours avant l'Ascension, c'était Les Rogations !
Le delon matin, ne ne lèvâvon dè gran matin è, di Le Fontani, ne partivon in profèchon tankè bâ eu Plan. Di lé, ne prinjèvon le train tankè à Chin Mouri. ( In pachin, avoué le train, ne revouadâvon la profèchon di Planin ke l'alâvon à pia tankè à Chin Mouri !) Le lundi matin, nous nous levions très tôt et, depuis Le Fontanil, nous partions en procession jusqu'à Vernayaz. De là, nous prenions le train jusqu'à St. Maurice. (En passant, avec le train, nous regardions passer la procession des Planins qui se rendaient à St. Maurice à pieds.)
Eu kouminchèmin dè la profèchon, y avè la krouè portâye pè le chakristin èbin pè on dolin ke charvivè la mècha, apré, veniyèvon li tsantre pouè li prére avoué li chorvin dè mèche, li krouè di-j-ècoule, le konfanon di-j-èfan dè Marie, li dolinte ke l'èvon le vouèle blan è, li-j-homoue è li fèmale. Y avè ouna fèmale ke l'avè bon ton ke dèmandâvè le tsapèlè è, tui rèpondèvon. Apré, le prére dëyè « La Litanie des Saints », li tsantre rèpondèvon è, to le lon bâ, tui grenatâvon è tsantâvon po dèmandâ oeu Bon Diu d'invoyie chi binfé chu li pro è li tsan, le paï è li dzin. Au commencement de la procession, il y avait la croix, portée par le sacristain ou par un grand servant de messe, puis venaient les chantres puis les prêtres avec les servants de messe, les enfants des écoles, l'étendard des Enfants de Marie, les jeunes filles avcc le voile blanc, les hommes et les femmes. Il y avait une femme à la voix forte qui demandait le chapelet et tous répondaient. Ensuite, le prêtre récitait La Litanie des Saints, les chantres répondaient et, tout du long jusque dans la plaine, tous priaient et chantaient pour demander à Dieu d'envoyer sa bénédiction et ses bienfaits sur la campagne, le pays et ses habitants.
A Chin Mouri ne grapivon li-j-ètsèlè po arevâ à la tsapala dè Noutra Dama doeu Ché po la mècha. Stou apré la darère bènèdechon, ne tornâvon parti bâ, li grou è li petiou, n'àlâvon prindrè d'achistanche è dèdzon/ na din on « restaurant ». L'èrè le plèji di Rogachon ! Pouè, ne tornâvon amon in Velle in prèyin pè le mémoue tsemin. A St.Maurice, nous gravissions les escaliers jusqu'à la chapelle de Notre Dame du Scex pour y entendre la messe. Sitôt dite la demière bénédiction, petits et grands redescendaient à St. Maurice pour se restaurer et prendre des forces avec un bon petit déjeuner. C'était le plaisir de Rogations! Puis nous rentrions à Salvan, en prière, par le même chemin.
Le demâ, la méma profèchon l'alâvè eu Tretien po prèyie to le lon deu tsemin è atyeutâ la mècha à la tsapala. Le mardi, la même procession allait, en priant tout au long du chemin, jusqu'au Trétien. Là, dans la petite chapelle, tout le monde assistait à la messe.
Le demécre, la profèchon partivè di Velle pè la Comba por alâ è Marcote atyeutâ la mècha à la tsapala pouè pachâvè pè Le Tsemin di Dame, è Grandze, bâ eu Bioley po fourni bâ in Velle. Le mercredi, la procession partait de Salvan par La Combe pour aller aux Marécottes entendre la messe à la chapelle, puis, passant par Le Chemin des Dames jusqu'aux Granges, descendait au Bioley et se retrouvait à Salvan pour terminer ses trois jours de Rogations.
Le lon dè tui li tsemin, din tui li velâdze, li krouè l'èron flerète. Dèvan la krouè, y avè ouna trâbla avoué on brawe manti, dèchu chè trovâvon dè botchè, on krechefi, ouna statue dè Noutra Dama, on bènetiye avoué l'éwe bènite, ouna brantsète koumin teutsteutiye po férè la bènèdechon, dè tsandèle. Dèvan la trâbla y avè dè biô kouchin po ke le prére puichè ch'adzonèyie po férè li prèiyre. La profèchon ch'arètâvè dèvan tote li krouè. Li dolinte di velâdze chè trovâvon le nouè dè dèvan è di le gran matin po prèparâ li dècorachon è li flue po garni la krouè. Li famèye deu vejenan prètâvon avoué grou plèji chin ke pouèvon po férè la ple bala krouè. La bènèdechon è li binfé chè trovâvon po tui ! Au long de tous les chemins, de tous les villages, les croix qu'on rencontrait étaient bien fleuries. Devant la croix, une table était installée. Sur la table se trouvaient une très belle nappe blanche, un crucifix, une statue de Notre Dame, un bénitier avec l'eau bénite, une branchette servant de goupillon pour bénir l'assemblée, des bougies. Devant la table, de beaux coussins étaient disposés afin que le prétre puisse, à genoux, faire les prières. La procession s'arrêtait devant toutes les croix. Les jeunes filles du village commençaient leur travail de décoration de la croix la veille et reprenaient le travail de très bonne heure le lendemain matin pour les choses les plus délicates. Les familles du voisinage prêtaient volontiers et avec plaisir ce quelles possédaient afin que la croix soit la plus belle. Bénédictions et bienfaits récompensaient tous les artisans de ces journées!
Madèléna Madeleine Bochatey

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT