LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La darère réjan.ne - La dernière institutrice

par Marie-Thérèse Gross, Les Granges

 

play pause

 

La darère réjan.ne

 

La dernière institutrice

 

Doeu tin yo, à la Crêta a Mathey l'ètâvon to l'an, l'ècoula l'èirè oeuverte. Tui li dègrè l'èron rèprèjintó è, po douètchie tui li j'èfan, doeu ple grou oeu ple petyou, y avèi ouna réjan.ne : Madama Katherine. A l'époque où La Crête à Mathey était habitée toute l'année, l'école était ouverte. Tous les degrés y étaient représentés et, pour enseigner tous ces enfants, il y avait une institutrice, Madame Catherine.
Madama Katherine l'ètâvè oeu Tretyin. Tui li dzo, partivè a pya bâ din li gordze deu Treyin, amon dè l'âtre di lâ tankè à La Crêta po tèni l'ècoulà. È j'èfan dè La Crêta, koumin parto, falyivè douètchie à liyerè, à ècrirè, le franché, li tsëfre. Falyivè douètchie è fëlye; a tricotâ, a remindâ, a tcheudrè. È garchon, falyivè douètchie l'instruction civique è, sta diabla dè gymnastique ke charvivè a rin din on payï yo stou né fo avèi dè bré è dè tsambe ke poeuvon grapi parto ! Madame Catherine habitait Le Trétien et, chaque jour, elle descendait à pieds, jusqu'au Trient et remontait l'autre côté jusqu'à La Crête pour tenir l'école. A ces enfants, comme partout ailleurs, il fallait apprendre à lire, à écrire, à calculer. Il fallait aussi enseigner aux filles le tricot, le raccommodage, la couture et, aux garçons, l'instruction civique et la gymnastique qui, selon Madame Catherine, ne servait à rien dans un pays où sitôt né il fallait avoir des bras et des jambes qui pouvaient grimper partout.
Kan, apré karante an dè bon charviche, Madama Katherine l'a tu le drèi dè prindrè cha rètréte, nyon l'a volu l'a remplachie ! Quand, après quarante ans de bons services, Madame Catherine eut le droit de prendre sa retraite, personne ne voulu la remplacer !
Li-j-èfan dè La Crêta chèivon pâ che dèvèivon rire oeu plorâ d'ètrè tan grantin in vacanche ! Amon pè le Dèpartèmin, li Monchiu l'èiron bramenè inbétó. L'on rèflèchi ke te rèflèche è, l'on trovó ouna porta dè chortia : " Di karante an ke douètchè, to le monde l'è tu kontin doeu travalye dè Madame Katherine. Nyon l'a tu a chin plindrè. Li-j-èfan chon pa in rètâ po rin. To chin ke dèi èitrè douètcha l'è tu douètcha è, adrèi ! Ne fó dèmandâ à Madame Katherine dè tornâ prindrè l'ècoula dè La Crêta tankè n'uchon trovo oun' âtra réjan.ne ! " Les enfants de La Crête ne savaient pas s'ils devaient rire ou pleurer d'avoir de si longues vacances ! Les Messieurs du Département de l'instruction publique étaient très ennuyés. Après avoir beaucoup réfléchis, ils ont trouvé une solution : " Depuis quarante ans qu'elle enseigne, tout le monde a été satisfait du travail de Madame Catherine. Personne ne s'en ai plaint ! Les enfants n'ont aucun retard sur le programme. Tout ce qui doit être enseigner l'a été ! Demandons à Madame Catherine de revenir prendre sa place à l'école de La Crête jusqu'à ce que nous ayons trouvé une autre institutrice ! "
Y avèi vouè-t-an ke Madama Katherine l'avèi torno prindrè cha plache à l'ècoula kan, l'a rèchu, koumin tote li réjan.ne doeu kanton, ouna konvokachon por alâ amon à Chon pachâ on ègjâmin dè gymnastique ! Chin li a fé koumin che l'uchè rèchu on kou dè kanon è, l'è tu fran trobla ! Alâ amon à Chon, pachâ on egjâmin dè gymnastique ! Lyie, ora, a chatante an ! Lyie ke l'èirè chiue ke chin l'èirè in.netile è ke l'avèi d'alyoeu otó dè chon programme ! Lyie ke l'avè tan pronó è fëlye dè pa boutâ dè krouè koutin troua koue ! È, falyivè ke l'alëchè amon à Chon férè dè mëne, dè gonye, dèvan dè dzouvenète dè réjan.ne dè Mâcolin ! Il y avait huit ans que Madame Catherine avait repris son poste à l'école de La Crête lorsqu'elle reçu, comme toutes les institutrices du canton, une convocation lui demandant d'aller à Sion pour y passer un examen de gymnastique ! Elle n'aurait pas été plus émue et troublée si elle avait reçu un coup de canon ! Aller à Sion, passer un examen de gymnastique ! Elle, maintenant, à septante ans ! Elle qui était persuadée que cette gymnastique était inutile et, qu'elle avait d'ailleurs enlevée de son programme ! Elle qui avait recommandé aux filles de son école de ne pas mettre de jupes trop courtes ! Et, il fallait qu'elle aille à Sion faire des simagrées, des grimaces devant des jeunettes d'institutrices de Mâcolin !
Apré avèi moujó a to chin, pèjó le bon, pèjó le krouèi, chè rèjenâye , chè moujâye ke charë myoeu d'alâ férè l'ègjâmin è, k'on vèirè bin ! Après avoir longuement réfléchi, pesé le pour et le contre, elle a pensé que, en conscience et pour ne pas faire d'histoires, elle irait passer cet examen et, qu'on verrait bien !
Amon à Chon, po li prèmie exercices, li è bin alló. Kori, cheutâ, chin, le fajèi proeu chovin, pouè mémoue in motrâ è dzouvène. Me apré, kan l'on pachó è z'engin è ke l'a falu grapi è pertse ; adon, chin, l'è tu oun'atrâ kontà ! Madama Katherine l'alâvè tankè oeu mèitin è, youkâvè bâ koumin che l'uchon chavounó chle pertse ! È, chla dzouvenète ke li dëlyèi ke li arë pa balya le certificat ! A Sion, les exercices préliminaires se sont bien déroulés. Pour courir, sauter, elle pouvait même en remontrer aux jeunettes. Mais, lorsqu'on est passé aux engins c'était une autre affaire ! Elle qui grimpait partout n'a pas pu grimper aux perches. Madame Catherine grimpait jusqu'au milieu et glissait au sol comme si on eut savonné ces perches. Et cette jeunette qui lui disait qu'elle ne lui aurait pas donné son certificat !
Konyèchè pa Madama Katherine ! A stache, li è vènu tsó è, l'a dë à la dzouvëna réjan.ne : " Mademoiselle, che ché tu konvokâye po vèni férè ché ègjâmin in.netile, lè churamin pâ po k'on mè rèfoujechè le certificat. Châde-voue yo douètche ye ? Châde-voue ke mè fó tui li dzo davoue-j-oeure d'oun'atrâ gymnastique kè cheche por alâ à l'èkoula ? Che voue volè ma plache, voue la lâche, l'è a prindrè, kanbin nyon l'a l'èi dè ch'in chovèni ? " Elle ne connaissait pas Madame Catherine ! Tout à coup, celle-ci n'y tenant plus lui dit d'un ton sec : " Mademoiselle, si à septante ans j'ai été convoquée pour venir faire cette gymnastique inutile, c'est sûrement pas pour qu'on me refuse mon certificat. Savez-vous où j'enseigne ? Savez-vous quelle gymnastique je fais chaque jour pour rejoindre mon école ? Si vous voulez ma place, je vous la laisse. Elle est d'ailleurs à prendre quand bien même ici, personne n'a l'air de s'en souvenir ! "
Chu chin, la dzouvenète chè exkoujâye è, apré avèi yu Madama Katherine dèvanfie tote li-j-âtre amon pè li ché dè Valère, l'a pâ pu férè doeu min kè dè li balyie le certificat. La jeunette rougissante s'excusa puis, après avoir vu Madame Catherine devançant toutes les autres lorsqu'il s'était agit d'escalader les pentes rocheuses de Valère, lui accorda son certificat.
Madama Katherine l'è tornâye a mèijon avoué le certificat a la fàta è, proeu fyïere dè cha gymnastique ! Madame Catherine est rentrée au Trétien avec son certificat et, pas peu fière de sa gymnastique !
Boutó in patouè pè Madèléna D'après un récit véridique de Madame Clara Durgnat-Junod.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT