LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le darè O in Charvan - Le dernier ours à Salvan

par Gérard Bochatay, Les Marécottes

 

Illustration : ours

 

play pause

 

Le darè O in Charvan

L'èirè oeu mè dè juillet dè l'an dè grâche milè voue chin djie. Oun'omoue di Lèijète partivè dè gran matin por alâ amon in'Emaney vyie chi vatse. Kan l'è arevó oeu chondzon doeu velâdze, l'è tu to-t-èbayi dè vyie oun O ke chè promenâvè din le rotsèi dèjo le ché doeu Revouadieu ! A tsó dè tsafe, l'è le ka dè dërè, l'è parti oeutre à la Lenère po j'in prèdjie à Djan Revaz, le meilyoeu tsafioeu doeu payï, ke l'ièirè rèconyu byin ple loin kè le payï d'Oùta. Chiche, chèilyivè pè li Bètté. L'a pojó la fó è, l'è aló prindrè chon fouji.

Li dou-j-omoue parton doeu lâ di Peuté yó mujon que l'O l'a poeuya. Kan l'arivon à la plache di Poeuté, parchèvon l'O chètó darèi dè bochené à la Cloujètaz. Di yó l'èiron è, avoué li fouji ke l'èivon adon, falivè pâ moujâ dè pouè l'akapâ ! L'on adé kontinuó lyeu tsemin doeu lâ dè la bétche me, stache li-j-a yu, l'è partyia è, l'on pâ tornó vyie. Kan chon arevó à La Barma dè l'Èchèi di Tsan, l'on yu li pite chu le vilyon. Chiu d'èitrè doeu bon lâ, l'on continuó à grapi le tsemin d'Emaney ke, à chè tin lé, pachâvè darè La Lé. Ouna ouarba apré, l'on tornó vyie l'O. L'èirè chètó in bâ dè la Tèppa di Mâ.

Djan Revaz chè katsè, l'arivè à bouna porto è…l'O l'è tsèju oeu prèmie kou dè foua !

La pé l'è tu vindoua on louis !

 

Bouto in patouè pè Madèléna.

Le dernier ours à Salvan

On était en juillet de l'an de grâce 1810. Un homme des Leysettes partait de bon matin pour aller à Emaney voir son bétail. Lorsqu'il est arrivé au sommet du village, il a été très surpris de voir un ours qui déambulait dans le pierrier sous le Scex du Revouadieu ! Prenant ses jambes à son cou , il court jusqu'à La Lenaire pour y informer Jean Revaz, grand chasseur de son état et dont la réputation avait largement dépassé les frontières du pays.

Celui-ci fauchait son pré aux Bettex. Après avoir écouté le Leysettin, sans perdre un instant, il pose sa faux et va prendre son fusil.

Les deux hommes partent du côté des Peutex où ils supposent que la bête à dû se diriger. Lorsqu'ils arrivent à la Place des Peutex, ils aperçoivent l'ours assis dans la petite clairière de La Clousettaz ! A cette distance et avec les fusils de l'époque, il ne fallait pas songer le tirer ! Ils poursuivent donc leur marche du côté du plantigrade qui, les ayant vus, prend sa course et disparaît. Puis, arrivés à La Pierre de l'Essert des Champs, ils remarquent les pas de l'animal sur le sentier. Voyant qu'ils sont sur la bonne piste, ils remontent le chemin d'Emanay qui passait, alors, derrière La Lé. Quelques moments plus tard, ils voient à nouveau l'ours qui était assis au bas de La Teppa des Mas.

Jean Revaz se dissimule et arrive à bonne portée de l'ours qu'il abat du premier coup !

La peau fut vendue un louis !

Tiré des écrits de Denis Coquoz.

Mille mercis à Benjamin Revaz historien et généalogiste qui, par ses recherches, à permis de dater cette chasse mémorable ! Madeleine

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT