LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

 

Illustration : ancienne photo de la famille Lonfat vers 1900
 
La famille Lonfat de sur le Muret de la Cotze de Finhaut, vers 1900.
De gauche à droite : Marie Virginie Hugon-Gay-des-Combes,née en 1829, avec son petit-fils Aristide Jules ; Louis Joseph Lonfat, et son épouse Rosine Lonfat - Hugon et leur fille Sarah Anne Lonfat; Joseph Valentin Lonfat, né en 1834, surnommé « le préfet de sur le Muret ». Dans le fond à droite, la future maison de commune de Finhaut.
(Photo mise à disposition par Jean-Paul Hugon, fils d’Aristide.)

 

TINDRE CHOVÈNI

Texte de Raymond Lonfat, lu par Madeleine Bochatay

 

play pause

 

Tindre chovèni

 

Nostalgie

 

Di ke y’é koumincha a férè chlë rètsartse, y’é on chintemin ke m’èitrin. Le chovèni d’èitrè tu le darèi di Lonfat dè « dèchu le Mouret » a avèi travalya la tèrra di-j-anfian, le pró à Perrot Unzat, baliya jénérachon apré jénérachon, di milè trèi chin nonantè dou. Un sentiment m’a accompagné durant ces années de recherche. La nostalgie d’avoir été le dernier des Lonfat de « sur le Muret » à avoir travaillé la terre de nos montagnes, le pré de Perrod Unzat transmis de génération en génération depuis 1392.
Kontinuâ chloeu travó fran nèchèchére po pouèi vivrè avoué l’Erba prèche chu chloeu tarin piaru : nètèyie li pró, èipantchie li darbounèire, portâ amon la tèrra dèvan kè fochorâ, dèboutchie li ru avoué la dèlâvre po pouèi arojâ li pró oeu grou doeu tsotin, parti dè gran matin po chèiyie li fin oeu li rèkô, chorti la meùla doeu kovèi, molâ la fó oeu l’intsaplâ chu on tarin due è apremâ, èipantchie le fin, le vrëyie pè vè miedzo, revouadâ li nyole è dèchidâ : « Fó te allâ invalamounâ, férè li-j-andin oeu boutâ in moué ? » Prèparâ li yadze è li portâ chu le palyè tanke à la grandze dè la Cotse oeu dè La Lètchiere – chinti le chon inkre dè la chûe oeuto dè la téta kan on a pojó le yadze -, yoeudjie bâ le fin, pè le ban dè La Groucha Lârje, di le mayen, d’ëvè, avoué le pâpe ke churvèlye. Continuer ces gestes, ce rituel nécessaire pour survivre grâce à l’herbe gagnée sur un sol difficile : nettoyer les prés, étaler les taupinières en remontant la terre, redessiner les ruisseaux d’arrosage, puis faucher au petit jour foins ou regains, sortir la pierre du covet, aiguiser la faux ou la taper sur l’intsaple, étendre le foin, le tourner vers midi, observer le ciel et décider : « Faut-il le mettre en valamonts, en rouleaux ou en tas? », préparer les voyages et les porter sur le dos avec le paillet à la grange de la Cotze ou à celle de la Léchère – l’odeur âcre de la transpiration accumulée sur le tour de tête du paillet –, redescendre l’herbage du mayen en hiver sur les luges par le ban de la Grosse Larze sous la surveillance de papa.
Vouardâ li tchievre, portâ on klouè dè folye a chle ke chon chobré oeu boeu.
« Dèman ne boutin in chin’ne eu pró dè La Râche ! » Vouardâ la vatse èbin li vatse, in’narpâ apré ètrè ètó kâtiè tin oeu mayen, pënyie li bétche avoué l’ètrëlye è la broche, li mouèdrè, dèjarpâ, portâ le lafé à la lètèrie, kolâ le lafé, férè le boure din la petyouda bourère à man, règrevâ le chotie po chotèrdrè d’ëvè, èidjie li tchievre a tsèvryâ, li vatse a vélâ, raclâ la lèija di tchievre è di vatse, chorti le fèmé din la kourtëne, le portâ oeu kourti, èi tsan, èi pró – la kavagne djuerè oeu fon doeu raté.
Garder les chèvres, amener des feuilles à celles restées à l’écurie. « Demain, on va manger le pré de la Rasse. » Garder la ou les vaches, monter à l’alpage après avoir transité par le mayen, étriller, brosser les bêtes, les traire, désalper, porter le lait à la laiterie, le couler, fabriquer le beurre dans la petite baratte à main, ramasser la litière pour l’hiver, aider les chèvres à tsevier, les vaches à vêler, racler les léjas des chèvres et des vaches, sortir le fumier dans la fumassière, le porter aux jardins, champs et prés la hotte coule dans le fond du dos.
Rachyie dè grou-j-abre avoué le fè, pâ chè férè prindrè le pya dèjo la yeudze kan on ménè ché bou bâ oeu velâdze, findrè li fonde avoué li koin, pâ bouchie chu li noeu – avoui le bou ke fin, ke ch’èbyatsè- intètchie ché bou brawe ,adrè, avoué le kordé. Treyie foue li vioeu klou inruya di li vioeu lan po li tornâ drèfyie, li grachyie avoué dè choeu po pouè li tornâ inplèyie. Scier les gros arbres au fer, ne pas se laisser prendre les pieds sous la luge en les descendant au village, fendre les troncs avec les coins en évitant les nœuds – le bruit du bois qui se déchire –, l’entasser au cordeau. Extraire les clous rouillés des vieilles planches pour les redresser, les graisser avec du saindoux pour pouvoir les utiliser à nouveau.
È pouè onko, touâ li bétche, lavâ li boué, li kopâ prin po férè dè trëpe, prèparâ li cheuchëche dè tchievre koumin douètchievè Eugène à Borle. – le tin pâchè to tsopou -. Mais encore, tuer les bêtes, laver les boyaux, les découper pour faire les tripes, préparer les saucisses de chèvre en suivant les instructions d’Eugène à Borle le temps s’écoule lentement.
Èdjie oeu kourti, allâ à la pekorie, krojâ li trifle, chinti onko le pèi dè chle chatchë chu le raté. Aider au jardin, cueillir les petits fruits, creuser les pommes de terre, encore sentir leur poids sur le dos.
Pâ oublâ d’èitindrè li trape po akapâ li darbon, portâ li kavoue a la koumoune, l’in balyivon karante chantime è, dènitchie li wipére aspic ke raportâvon on fran po tsakè téte kopâye. Sans oublier de piéger les taupes, ramener la queue à la commune qui offrait en échange de ces trophées quarante centimes, et dénicher les vipères aspics qui, elles, rapportent un franc par tête coupée.
Oeu bon dè l’ëvè, remindâ li chardze, férè dè din po li raté. Pendant l’hiver, réparer les sarges et faire les dents des râteaux.
Nètèyie li pró, èpantchie li darbounère, portâ amon la tèrra ... Nettoyer les prés, étaler les taupinières en remontant la terre ...
Bouto in patouè pè Madèléna Raymond Lonfat

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT