LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Illustration : un mulet au travail

 

Le moulè doeu pérè-gran. - Le mulet de grand-papa

par André Coquoz, Les Granges

play pause

On pérè-gran ke l'èitâvè amon pè damon Chon, l'avèi on grou trin dè kanpanye. L'avèi dè bin in plan.na è, to-t-amon tank'a la djue. Po l'èidyie, l'avèi on bon domestitye è ouna chorvinte. Un grand-père qui habitait un village en amont de Sion, avait un grand train de campagne. Il avait des biens en plaine et tout en haut jusqu'à la forêt. Pour l'aider, il avait un bon domestique et une servante.
Chè an lé, d'oeuton, l'èirè chobró oeu mayin po férè chon bou avoué le moulè è le domestitye. La chorvinte l'èirè tornâlye in plan.ne. Cette année là, en automne, il est resté aux mayens pour faire son bois avec le mulet et le domestique. La servante est retournée en plaine.
Tui li dzo, dè chon pâ, le pérè-gran l'alâvè a la djue chorti dè bëlyon avoué le moulè. L'è bin aló dou dzo. Le trèijieme matin, le moulè l'in pouèi ple, l'èirè fran rindu. Le pérè-gran chè dèmandâvè ke l'è ke chè pachó ! Konyèchèi chon moulè, l'èirè ouna bouna bétche. Tous les jours, de son pas, le grand père allait dans la forêt tirer des billes de bois avec le mulet. Pendant deux jours, tout c'est bien passé. Le troisième matin, le mulet n'en pouvait plus, il était très, très fatigué. Le grand-père se demandait ce qui s'était passé. Il connaissait son mulet, c'était une bonne bête.
Adon le prèmyie dzo l'a moujó dè li balyie dè fin bèni. Me chin l'a rin valu, le lindèman l'èirè toton. Le jèkon dzo, li a boutó on tsapèlè, me chin li a rin valu, le matin l'a trovó le tsapèlè krapó pè tèira. Le pérè-gran l'a moujó ke l'èirè le Follaton ke venyèi. Adon l'a boutó on scapulére oeu moulè; dinche l'èirè chyue ke le Follaton charë pâ tornó. Me le matin, le moulè l'èirè onko ple lanya kè le dzo dè dèvan è, le scapulére l'èirè èitracha oeu cholan. Alors, le jour suivant, il a pensé lui donner du foin béni. Mais, ça n'a rien valu, le lendemain, c'était pareil. Le second jour, il lui a mis un chapelet. Mais ça n'a rien valu, le matin, il a trouvé le chapelet cassé par terre. Le grand-père a pensé que c'était le Follaton (esprit folâtre) qui venait. Alors il a mis un scapulaire au mulet : il était sûr qu'ainsi le Follaton ne serait pas revenu. Mais, le matin, le mulet était encore plus fatigué que le jour précédent et le scapulaire était déchiré sur le plancher.
Le pérè-gran chavèi ple kè férè, chin li balyivè a moujâ, è pouèi ple dremi le noué. On noué ke dremivè pâ, l'èirè pè vèi trèi-j-oeure doeu matin, l'è aló bâ oeu boeu, po vyie ke fajèi le moulè. L'è arevó oeu boeu ; pâ dè moulè ! ! Le pérè-gran l'èirè tan èibayi, chè chètó oeu koin doeu rèfi è, moujâvè ! Le grand-père ne savait plus que faire. Tout ça lui donnait à penser et il ne pouvait plus dormir la nuit. Une nuit ou il ne dormait pas, c'était vers trois heures le matin, il est allé en bas à l'écurie pour voir ce que faisait le mulet. Il est arrivé à l'écurie, pas de mulet ! ! Le grand-père était très étonné, il s'est assis au bord de la crèche et réfléchissait.
L'è adon ke, to pèr on kou, l'a avoui : Tatic tatac, tatic tatac,… L'èirè le moulè ke l'arevâvè amon pè le tsemin dè la montanye, è le domestitye l'a choeutó bâ è l'è aló yètâ le moulè oeu boeu. L'a pâ yu le pérè-gran tankè chè rèvreya po chorti. C'est à ce moment qu'il a entendu : Tatic tatac, tatic tatac… C'était le mulet qui arrivait en haut par le chemin de la montagne et, le domestique sauta à bas et alla attacher le mulet à l'écurie. Il n'a pas vu le grand-père jusqu'à ce qu'il se soit retourné pour sortir.
Adon, chè chon revouadó tui dou, è chè chon boutó a rire. Le pérè-gran l'a proeu dèkouvèi ke le domestitye l'alâvè bâ in plan.na frèkantâ la chorvinte è tornâvè amon trantchilamin chu le moulè. Le pérè-gran li in a pâ volu ! Alors les deux se sont regardés et se sont mis à rire. Le grand-père a bien vite compris que le domestique allait en bas en plaine pour fréquenter la servante et revenait tranquillement en haut sur le mulet. Le grand-père ne lui en a pas voulu.
Le domestitye è la chorvinte chè chon maryó kâtyè tin apré. Le domestique et la servante se sont mariés quelque temps après.
Boutó in patouèi dè ver ne pè : Madèléna. Texte retrouvé et retranscrit par Madeleine

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT