LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


HISTOIRES EN PATOIS

Di l'Anonchiachon tankè a la Pentecôte

Par Geneviève Gross

Geneviève Gross    Née en 1934 dans le paisible village Des Marécottes, Geneviève Gross a toujours eu un très grand respect pour les paysages et la nature qui l'entouraient et aussi pour le patois de son village, le parler de ses pères. Personne d'une grande piété, disparue trop tôt, elle a traduit, dans ce savoureux langage, et raconte pour nous, les étapes de la vie de la Vierge Marie. Sa foi nous transporte dans une belle Méditation !

play pause

Di l'Anonchiachon tankè a la Pentecôte

De l'Annonciation à la Pentecôte

Li mèchadjie d'adon l'èrè li-j-andze. L'arevâvon pâ din li mèjon avoué dè bouète, dè machine è dè métrè dè fi. Le voutre, Bouna Marie, l'è arevô tsopou è l'è tu drè, lé, oeu mètin doeu pèle. Voue-j-a dë :
- Bondzo Marie, le Bon Dyu voue dèmandè d'ètrè cha mâma! Oh !, voue-j-è pâ fota d'avè pouère, ché ke poeu to La moujô in voue di to tè è l'è intuika pâ ora ke vœu voue-j-abandenâ.
Voue-j-è rèpondu:
- Ché la chorvinta doeu Sènyoeur, ke m'è chè fé koumin voeudrè lui !
Les messagers de l'époque étaient les anges. Ils n'arrivaient pas dans les maisons avec des boîtes, des machines et des mètres de fil. Le vôtre, Bonne Marie est arrivé tout doucement et a été debout, là, au milieu de la chambre. Il vous a dit:
- Bonjour, Marie. Le Bon Dieu vous demande d'être sa maman ! Oh ! vous n'avez pas a avoir peur, Celui qui peut tout a pensé à vous depuis toujours et ce n'est pas maintenant qu'il veut vous abandonner! Vous avez répondu :
- Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait comme Il voudra Lui !
Voue-j-è dë ouè, chin kalkulâ, chin rèflèchi che charë tu modoué èbin pâ. Voue-j-è pou prèdja, chin ouè, me voue-j-éte todzo tu ïntche yo falyievè è kan falyievè. Vous avez dit Oui sans calculer, sans réfléchir si ce serait difficile ou pas. Vous avez peu parlé, c'est sûr, mais vous avez toujours été là où il fallait et quand il le fallait.
Kan voue-j-è chu ke voutra koujëna Jabeth l'atindè famëye è ke chè konparâvè voue j'éte partia è, dëyon mémamin ke voue-j-éte partia a kouète.
Chin ke voue-j-è moujô in tsemin, ne poin le chupojâ parskè, kan voue-j-éte arevâye vè voutra koujëna Jabeth è vè Zacharie, voue-j-éte tu prète por antenâ le Magnificat.
Me, l'è te pâ jëstamin dè voutra koujëna Jabeth ke ch'akordâvon tui po dërè k'intuika l'arë jamé pu avè d'èfan è, chuto pâ a chon âje. Chin, ètrè, charè proeu po ne férè dërè ke ya rin ke puichè pâ férè ! Enfin, to chè bin pachô, Dyu chè bèni, è, Djan le Batèyoeu l'in è tu on, l'a chu govarnâ li binfé doeu Saint Esprit.
Lorsque vous avez su que votre cousine Elisabeth attendait de la famille et qu'elle avait des difficultés, vous êtes partie lui rendre visite et, on dit même que vous êtes partie très vite. Ce à quoi vous avez pensé tout au long du chemin, nous pouvons le supposer car, lorsque vous êtes arrivée chez Elisabeth et Zacharie, vous avez été prête pour entonner le Magnificat!
Mais, n'est-ce-pas justement de votre cousine Elisabeth que tous s'accordaient à dire qu'elle n'aurait jamais pu avoir d'enfant et, surtout pas à son âge ! Cà, bien sûr, c'est pour que l'on puisse dire qu'il ny a rien qu'il ne puisse faire! Enfin, tout c'est bien passé, Dieu soit béni, et, Jean Le Batiste a su distribuer les bienfaits du Saint Esprit.
È te, Bethléem, petyou velâdze oeu payi dè Juda, t'é pâ le mindre dè tui piskè l'è dè tè ke dè vèni la lumyire doeu monde. Et toi, Bethléem, petit village au pays de Juda, tu nes pas le plus petit de tous puisque c'est de toi que doit venir La Lumière du monde !
Po ke chin chè réalijëche, l'a falu ke Quirinus ke l'èrè govarnyoeu dè la Judée; ch'in mèklëchè : oh ! to chinplamin, volè chavè ouére dè dzin le payi kontavè.
Avoué Jojè ke l'èrè aparintò a la famëye dè David, voue-j-éte vènu di Bethléem tankè a Nazareth po voue-j-inskrire. Voue-j-èra chu le poin d'atchoeutchi è, l'a fèru jëste a chè momin lé.
Pour que cela se réalise, il a fallu que Quirinus qui était gouverneur de la Judée s'en occupe. Oh ! tout simplement. Il voulait savoir combien d'habitants comptait le pays.
Avec Joseph qui était apparenté à la famille de David, vous êtes venu de Bethléem à Nazareth pour vous inscrire. Vous étiez sur le point d'accoucher et, cela s'est ajusté à ce moment là !
Voue-j-éte alô vie lé, a la mèjon ke l'èvon amènadja po rèchèvrè dè dzin è, lé, l'on jëste introeuvè la porta po voue dërè ke y avè pâ mé dè plache. Adon, kè férè? On bokon ple loin lé, oeu tsavon dè la rian/na voue-j-è trovò ouna chota è, lè lé ke voutre èfan l'a yu le dzo. Voue l'è inmayotô, voue l'è instalô doeu mioeu ke voue-j-è pu din ouna rèfe. Oh ! te parè, te parè ! Koumin le darè di poure è portan to dispojô a balyie a plèna man to mioeu è to mé ke to chin ke ne poron imajinâ. Vous êtes allée voir, à la maison qu'on avait aménagée pour recevoir tout le monde et, là, on a à peine ouvert la porte pour vous dire qu'il n'y avait plus de place. Alors, que faire ? Un peu plus loin, au bout de la ruelle, vous avez trouvé un abri et, c'est là que votre enfant a vu le jour. Vous l'avez emmailloter, vous l'avez installé du mieux que vous avez pu dans une crèche. Oh ! tout de même, tout de même ! Comme le dernier des pauvres et, pourtant, tout disposé a donner à pleines mains beaucoup mieux et beaucoup plus que tout ce que nous pourrions imaginer.
Li bétche li on balyia lyoeu chofle tsô. Jojè l'èrè on bon èpoeu, on bon pâpe, è voue, Bouna Marie, in bouna mâma ke voue-j-éte voue-j-è to balyia.
Pè bonyoeu ke voue-j-éte ïntche ! Avoué le prophète Isaï, ne poin dërè : N'in yu tsalenâ ouna groucha lumyiere, on èfan ne j'è tu balyia, on sauvoeu è cha mâma ne chon tu balyia !
Les bêtes lui ont donné la chaleur de leur souffle. Joseph était un bon époux, un bon papa et, vous, Bonne Marie, en bonne maman que vous êtes, vous avez tout donné! Par bonheur, vous êtes là !Avec le prophète Isaïe nous pouvons dire: - Nous avons vu étinceler une grande lumière, un enfant nous a été donné, un Sauveur et sa maman nous ont été donnés !
È, kan voutre èfan l'èrè to petyou, oh ! bon l'èrè adé oeu bryie ; on dzo ke Jojè l'avè rètrin la godze, la baranye, la varlope; parskè l'èrè mènujie dè chon mètchie, voue-j-è prè l'èfan è, in famëye voue-j-éte partè a l'iyèje. È, lé ko lè ke voue-j-atindè ? Siméon.
Oh ! che y in avè on ke l'èrè prè a voue rèchèvrè l'è proeu ché. D'ailloeu, li dèvantè rèkordâvon ke chè lachievè byin djidâ pè le Saint Esprit ; è, chin, mi poure voue, chè dë in pachin, don, l'è on biô dërè me, l'è le ple chyiu moyan dè pâ férè fofa rota !
Et, lorsque votre enfant était tout petit, oh ! il était encore au berceau ; un jour, Joseph avait rangé la gouge, la scie égoïne, la varlope; parce quil était menuisier de son métier, vous avez pris l'enfant et, en famille, vous êtes partis à l'église et, là, qui est-ce qui vous attendait ? Siméon ! Oh! si quelqu'un était prêt à vous recevoir, c'était bien lui! D'ailleurs, les prophètes rapportaient qu'il se laissait guider par le Saint Esprit et, ça, mes chers amis, soit dit en passant, c'est bien dit et c'est le plus sûr moyen de ne pas faire fausse route!
Po j'in rèvèni a chè dzo, Siméon l'a prè l'èfan din chi bré è, chè chon revouadò, mon Dyu chè chon bin revouadô. L'è ke l'èrè dja èpargeya voutre petyou. È voue, Bouna Marie, voue-j-èra lé, ètrinche pè l'èmochon, voue-j-è rin pu dërè, è pouè, y a dè ouarbe din la via yo li mo voeulon frantsemin rin dërè ! È pouè voue-j-è lacha prèdjie Siméon ke, l'a tan bin chu dërè : - Ora, yé yu chè ke volèvoue vie chu la tèra di vivin. Che lè achë byo kè chin pè dèlé, voutre èfan l'è prè a férè le gran voyadze !
Pour en revenir à ce jour. Siméon a pris l'enfant dans ses bras et, ils se sont regardés, Dieu! Qu'ils se sont regardés! C'est qu 'il était déjà éveillé votre petit. Et vous, Bonne Marie, vous étiez là la gorge serrée par l'émotion, vous n'avez rien pu dire et puis, il y a des moments dans la vie ou les mots ne veulent franchement rien dire! Vous avez laissé parler Siméon qui, lui, a si bien dit: - Maintenant, j'ai vu Celui que je voulais voir sur la terre des vivants. Si c'est aussi beau dans l'au-delà, je suis prêt à faire le grand voyage.
È pouè lé, y avè onko Anne. Chin, l'intindu, l'avè ouetantè katre an, l'èrè vèva di grantin. L'avè chouèji d'ètâ lé, a l'iyèje, fajè le mènâdze, rèchèvè li dzin, prèyivè è dzon/nâvè. L'é alâye vèr voue è, voue-j-a dë : - Ma dolinta, m'in kotè dè tè dërè chin ke yé a tè dërè me, ché forche dè tè dërè ; a kòja dè ton petyou t'aré byin a chefri !
Et puis, il y avait aussi Anne! Elle, bien sûr, elle avait huitante quatre ans, elle était veuve depuis longtemps. Elle avait choisi de rester là, à l'église, elle faisait le ménage, recevait les gens, elle priait et jeûnait. Elle est allée vers vous et vous a dit: - Jeune femme, il m'est difficile de dire ce que j'ai a dire mais, je suis obligée de le dire : à cause de ton petit, tu auras beaucoup à souffrir !
Adon voue-j-è charô le petyou kontre voue in moujin : - Chè peu te oune aférè parè ? Enfin, por vouè ne chin in féta, pèr apré, a la grâche dè Dyu ! L'inpatsè ke chin voue-j-è aló in/nan ! Alors, vous avez serré le petit contre vous en pensant : Est-ce possible une chose pareille ?
Enfin, pour aujourd'hui nous sommes en fête, pour la suite, à la grâce de Dieu ! Il n'empêche que cela vous a profondément ému !
È le kou ke voue-j-èrâ a nofe a Cana ! Kan voue-j-è yu ke l'èvon ple dè vin!
Voue-j-è moujò: oh! chëche dzoeuyè pâ, che, mè fó èprovâ d'intervèni. Adon, voue-j-è dë a voutre èfan : - Me didon, Jésus, â te yu ke l'on ple dè vin ? - Ouè, mâma, me mon oeura lè pâ vènoua.
Et lorsque vous étiez aux noces de Cana ! Lorsque vous avez vu qu'ils n'avaient plus de vin !
Vous avez pensé: - Oh ! ceci ne joue pas, il faut que j'essaye d'intervenir. Alors vous avez dit à votre enfant : - Jésus, as-tu vu qu'ils n'ont plus de vin ? - Oui, maman, mais mon heure n'est pas venue !
A noutre intinchon a tui, voue-j-è ajoutô ;
- Féde to chin ke voue dërè !
L'è pou, ne chin byin d'akò me, kan on y rèflèchè, l'è te pâ amachi proeu ?
Ne châvin tui ke l'éwe prèche a l'intse lè dèvènoua on to bon vin !
A notre intention à tous, vous avez ajouté: - Faites tout ce qu'il vous dira !
C'est peu, nous sommes bien d'accord mais en y réfléchissant; n'est-ce pas bien assez ?
Nous savons tous que l'eau prise au goulot de la fontaine est devenue un très bon vin.
È, kan voutre èfan chefrivè po ne tui oeu Calvére chu la krouè ?
Voue-j-èra lé, drète oeu pya dè la krouè è, yé l'idée ke ne poin afarti chin ne tronpâ ke voue-j-è mé chinti kè yu.
Et, lorsque votre enfant souffrait pour nous tous sur la croix au Calvaire ?
Vous étiez là, debout au pieds de la croix et, je pense que, nous pouvons affirmer sans nous tromper que vous avez plus ressenti que vu !
È le dzo dè La Pentecóte, Voue-j-èra avoué li-j-apótre oeu cholan dèchu d'ouna mèjon ke l'on apèlô, èbin ke ch'apèlâvè Le Cénacle. Ouè, li-j-apótre l'èvon pouère, l'èvon vèreya li porte, l'èron blan koumin dè pate, rèkanpâvon stou ke l'avouiyèvon krenâ le cholan me, chuto, l'èron lantarnô pè to le vètchu doeu termoue pachô. L'évon fota dè chè rètrovâ, dè rèflèchi, tsartchievon a konprindrè me, konprinjèvon pâ !
Oeu dzo dè ouè ne deron ke l'èron in rètréta.
Et le jour de La Pentecôte ? Vous étiez avec les apôtres à l'étage d'une maison qu'on a appelé ou qui s'appelait Le Cénacle. Oui, les apôtres avaient peur, ils avaient fermé la porte à clé, ils étaient pâles comme des chiffons, ils sursautaient chaque fois qu 'ils entendaient crisser le plancher mais, surtout, ils étaient choqués par le vécu des jours précédents. Ils avaient besoin de se retrouver, de réfléchir, ils cherchaient à comprendre mais, ne comprenaient pas !
Maintenant, on dirait qu'ils étaient en retraite.
Fô dërè ke chè dzo, a Jérusalem, y avè on grou rafinblèmin. Deyon mémamin ke y avè dè rèprèjintin dè tote li nachon ke chon chu la tèra. L'é dërè che li èrè abitô è, po le chiu prèdjievon pâ tui le mémoue patouè ! Il faut dire que, ce jour là, à Jérusalem, il y avait un grand rassemblement. On dit même qu'il y avait des représentants de toutes les nations de la terre. C'est dire si il y avait du monde et, pour sûr, ils ne parlaient pas tous le même patois !
È voue, Bouna Marie, voue j'èrâ lé, voue prèdjiev a voutre èfan koumin che chè tu lé, dèvan voue !
Voue-j-è moujô : - Ya ouna chènan/na t'é partè po li-j-è in ne dëyin: - Ché avoué voue tui li dzo dè voutra via tanke a la fin doeu monde.
-Te châ, mè chinblè kè li-j-apôtre, chi termoue l'on byin tsemenô me, chbn pouèroeu, l'aron fota dè forche, l'aron fota dè kation po li-j-inpindrè, ch'on dèkotô, l'aron fota dètrè afarmi. Voeudron tan konprindrè me, konprinjon pâ. L'aron fota dè kation po li douètchi. È pouè, vouè, ke ya to chi monde par intche le to, chare te pâ la bouna ouarba po tè motrâ? Férè kakètsouje ?
Et vous, Bonne Marie, vous étiez là, vous parliez à votre enfant comme si Il avait été là, devant vous ! Vous avez pensé :
- Il y a une semaine, Tu es parti pour le ciel en nous disant: - Je suis avec vous tous les jours de votre vie jusqu'à la fin du monde.
- Tu sais, je crois que les apôtres, ces temps derniers, ont marché péniblement, ils sont peureux, ils auraient besoin de force, ils auraient besoin de quelqu'un pour les revigorer, ils se sentent seuls, ils auraient besoin d'être affermis. Ils voudraient tellement comprendre mais, ils ne comprennent pas. Ils auraient besoin de quelqu'un pour les enseigner ! Et puis, aujourd'hui, avec tout ce monde qu'il y a ici ; ce serait le bon moment pour te montrer ? Faire quelque chose ?
Voue-j-è pâ tu fournè dè moujâ a to chin ke, voue-j-è chinti oun oura a oeuvri bornyon è porte, voue-j-è yu tsalenâ è, dè luijintale chè chon pojé chu la téta dè tui li-j-apôtre.
Chè chon revouadò è, loeu-j-è tornô :
- Alâ, douètchi tote li nachon !
In mémoue tin chon tu foue chu la tinda. Li dzin ke l'èron pè li rian/ne dè Jérusalem l'on yu tsalenâ, l'on chinti l'oura, chon tu klouò chu plache è, forche l'oeu-j-è tu dè revouadâ amon.
Apré chè chon afinblô lé, chu la plache, dèjo la tinda è, Piyere loeu-j-a invoya chon prèmie chormon :
Sitôt que cette pensée vous eût quittée , vous avez senti un vent à ouvrir fenêtres et portes, vous avez vu un grand éclair et des étincelles se sont posées sur la tête de tous les apôtres. Ils se sont regardés et une phrase leur est revenue en mémoire:
- Allez, enseignez toutes les nations ! En même temps, ils sont tous sortis sur le balcon. Les gens qui étaient dans les ruelles de Jérusalem ont vu l'éclair, ils ont senti le vent, ils ont été cloués sur place et ont été obligés de regarder en haut du côté du balcon ou se tenaient les apôtres. Ils se sont assemblés sur la place, sous le balcon , et Pierre leur a envoyé son premier sermon :
- Brave dzin, atieutâ byin ! Le prophète Joël l'avè anoncha ke le Saint Esprit chè pojèrè chu tui chi chorvin è chi chorvinte. Jésus dè Nazareth ke l'è tu invoya pè le Bon Dyu poeu férè dè merâkle. L'è tu klouô a ouna krouè è, in balyin cha via por ne tui, l'a dë: - Pâpa, pardone loeu parskè chavon fran pâ chin ke fon !
Ora, to-t-è akonplè, din ti man boute mon esprit !
Me, le Bon Dyu la rèchuchitô è, ne l'afartin è, vouè, ne ne rèdzoeuyin parskè ne-j-a invoya le Saint Esprit chu ne !
- Braves gens, écoutez bien ! Le prophète Joël avait annoncé que le Saint Esprit se poserait sur ses serviteurs et ses servantes. Jésus de Nazareth qui a été envoyé par le Bon Dieu, peut faire des miracles. Il a été cloué sur une croix. En donnant sa vie pour nous tous, Il a dit :
- Papa, pardonne leur parce qu'ils ne savent absolument pas ce qu'ils font !
Mais Le Bon Dieu est ressuscité, nous l'affirmons, et nous nous réjouissons parce qu'il a envoyé le Saint Esprit sur nous !
In avouyin chin, li dzin chon tu rèboulè è, l'on dèmandô :
- Frarè, ke ne fô te férè ?
- Èbin, konvarti voue è féde voue bâtèyie
En entendant cela, les gens ont été troublés et ont demandés :
- Frère, que faut-il faire ?
- Et bien, convertissez-vous et faites-vous baptiser!
Ouè, Bouna Marie, n'in onko byin a aprindrè dè voue. Oui, Bonne Marie, nous avons encore beaucoup à apprendre de vous.
Voue poeude voue j'inplèyie a ne douètchie a fére adrè din la via dè tui li dzo ke lè pâ todzo èja, voue-j-in konvindrè è pouè, kan vindrè por ne le momin d'inmandjie li lâpye, voue vindrè geya ne rèkori kâ, a chè momin lé, krèye pâ ke ne puichon dërè, in tota vèreto, ke n'in fé to, è rinkè chin ke ne-j-a douètcha ! Vous pouvez nous enseigner à faire bien dans la vie de tous les jours qui n'est pas toujours facile, vous en conviendrez et puis, quand viendra pour nous le moment de passer de l'autre côté, vous viendrez s'il vous plaît, assurément, nous secourir car, à ce moment là, je ne crois pas que nous puissions dire, en toutes vérités, que nous avons toujours fait que ce qu'il nous a enseigné!
Dinche ne chè fé ! Ainsi soit-il.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT