LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le loeu è l'anyé- Le loup et l'agneau

par André Coquoz, Les Granges.

 

Illustration : Le loup

play pause

Le loeu è l'anyé

Le loup et l'agneau

La rèijon di ple yó l'è todzo la mèlyoeu.
Ne volin le motrâ èi dzouvëne è èi vyoeu !
La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
On anyé doeu tsótin
Bèvèi à l'éwe d'on torin.
L'arivè on grou loeu, a dzon
Ke tsartchyievè chon dèdzon.non.
Un agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pur.
Un loup survient, à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Fó pâ t'è jèinâ, dë la bétche charvâdze,
Kó t'a balya le drèi dè kontchyie mon éwâdze ?
Te charé pounèi
Por in avèi prèi le drèi !
" Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité. "
Monchiu, rèpon l'anyé,
Tyin mó é ye fé ?
Fó pâ avèi ouna dwë parèire
Ché vènu oeu ru po bèire,
" Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
L'è a tui le torin
A tote bétche, a tote dzin.
È puiskè te, t'é damon
È ke ye ché oeu fon
Pouèi pâ kontchyie ton bèire.
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ;
Et que, par conséquent, en aucune façon
Je ne puis troubler sa boisson. "
Bin, te le kontse . È y a oun' âtre aférè :
T'â mó prèdjà dè mè l'an pachó !
Koumin ari ye fé, y'èire pâ né onko,
" Tu la troubles, reprit cette bête cruelle ;
Et je sais que de moi tu médis l'an passé. "
" Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Y'èire le nâri dè ma mâre.
Che l'è pâ te, l'è ton frâre !
Y'in n'é rin !
L'è katyon dè vèr tè, l'è di tin.
Reprit l'agneau ; je tette encore ma mère. "
" Si ce n'est toi, c'est donc ton frère. "
" Je n'en ai point. "
" C'est donc quelqu'un des tiens,
Voue m'èi proeu fé dè mó
Voue, li bardjyie è li tsin
Mè vindzèrèi, ye le fó.
Adon, le loeu l'akapè, le prin,
Le trèinè darèi on grou bochon
È lé, le mindzè chin fachon.
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers et vos chiens.
On me l'a dit, il faut que je me venge. "
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l'emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.
" Le loup et l'agneau " de Jean de la Fontaine,
adapté en patois par Madèléna
Jean de La Fontaine

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT