LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le tséne è le dzon - Le chêne et le roseau

par Monique Frachebourg, Les Marécottes

 

Illustration : le chêne et le roseau

 

play pause

 

Le tséne è le dzon

On matin, on bió tséne, krëyè le dzon
È li dë dinche , to dabon :
--T'a proeu a tè plindrè dè ton chô,
Por tè, le Bon Dyu l'a pâ tu dè bon chècó !
Le ple petyou choflè ke fé li goyè plèitâ,
Tè fé férè la kolanda è la téta korbâ !
Le ritola, por tè, l'è on grou yadze,
Tandi kè ye, ye ke ché achë gran kè le Mon dè La Barma
Féje, dè tsotin, l'ombra a to le velâdze
È, d'evè, è chi li ple fo, bare tsâcha !
Por tè, to-t-è voeura, por mè, l'è bejolè !
Che t'uche la kotëme dè krètrè dèkoute mè, pori t'èdjie,
Din mon vejenan t'arâ pâ tan a chefri.
Me, te krè todzo oeu lon di ru,
A tui frèi, tote chije, dèpoya, preskè nu !
Ah ! t'a proeu a tè plindrè doeu Bon Dyu,
On vè ke, dè to tè, t'é pâ tu le binvènu !
-- Gran machi, dë le dzon
D'avèi por mè, tan dè konpâchon !
Me, voue fó pâ avèi dè porchoin,
Pouè rèjistâ, ché fé por chin.
Korbwe la téta me, krapwe pâ, voue vède !
Yé pâ fota d'èidje.
Voue-j-è tank ora rèjistó dè tui byie
Me, mofiâ voue ,on châ pâ ke poeu vèni !
L'a pâ tu dë chin ke, l'è chortèi oun' oura
Di pè darè Li Tsanté di Râfo,
Dè chle-j-oure ke fon to tchiere è to kreblâ.
Le tséne, fie, fé chi-j-èfô,
Le dzon plèiyè me, krapè pâ.
Pouèi, chô ouna vintoló,
Prin le tséne dèchu, prin le tséne d'avó,
Le prin dè tui li lâ, le virè, è le fé djirè !
Ché ke, dè la téta rèkontrâvè li nyole,
L'a karècha la tèrra di davoue-j-èpóle !

Madèléna

Le chêne et le roseau

Le chêne un jour dit au roseau ;
-Vous avez bien sujet d'accuser la nature ;
Un roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon,
Tout me semble Zéphir.
Encore si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
-Votre compassion, lui répondit l'Arbuste,
Part d'un bon naturel ; mais quitter ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque là dans ces flans.
L'Arbre tient bon; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.

Jean de La Fontaine.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT