LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La féta doeu kayon - La fête du cochon

par Madeleine Bochatay

play pause

 

Ouèi, ouèi, la féta doeu kayon,
Voue-j-in prèdjie a voùtra fachon !
Kó l’è ke pâyè le flakon ?
L’è ye, voutre byó kayon !
Oui ! Oui ! la fête du cochon.
Vous en parlez à votre façon !
Qui est-ce qui paie le flacon ?
C'est moi, votre beau cochon !
Kan dè gran matin, y’é yu le tsoeudèron
Plin d’éwe ke boulëkè ; y’é tu li frefon !
M’è ché dë : « Mon ami, voeulon ti jambon
È tota la résta po boutâ in choeuchechon ! »
Quand, de grand matin, j'ai vu le chaudron
Plein d'eau qui cuisait fort, j'ai eu des frissons !
Je me suis dit : « Mon ami, ils veulent tes jambons
Et tout le reste pour mettre en saucissons ! »
Ché proeu ke ma vyia fé pâ katre chèijon,
Mi-j-anfian m’on douèitcha parèire abnégachon.
Ché-tu boutó chu tèrra pè le Métrè dè la kréachon
Po charvi è nëri tote li populachon.
Je sais bien que ma vie ne dure pas quatre saisons,
Mes anciens m'ont enseigné pareille abnégation.
J'ai été mis sur terre par le Maître de la création
Pour servir et nourrir toutes les populations.
Dèvan kè parti, mè fó voue dërè chin fachon
On gran machi por tote voutre afekchon.
Por mè, voue-j-éte todzo tu byin janti è byin bon
A toletin voue-j-intchétâ dè ma chanté è dè ma boùna dijestyon !
Avant de partir, je dois vous dire sans façon
Un grand merci pour toute votre affection.
Pour moi, vous avez toujours été bien gentils et bien bons
A tout le temps vous inquiéter de ma santé et de ma bonne digestion.
Kan, intrè dou garjin, din on petyou bokon,
Li man din la pèilyache, voue mè balyèrèi mon darèi chavon,
Voue-j-ërèi a davi , voue farèi atinchon
Fodrè pâ m’inmourti, yë ché to byó, to bon !
Quand, entre deux eaux de vie, dans un petit moment,
Les mains dans la poix, vous me donnerez mon dernier savon,
Vous ferez attention :
Il ne faudra pas me meurtrir, je suis tout beau, tout bon !
Yë ché ke voue m’anmâ di le more è pyouton,
Vouèidri ke mon trépâ chèi chatisfakchon
Po li grou, li petyou, li fëlye è li garchon
Ke tsâkon moujëchè : « Maloeu chin ke l’è bon » !
Je sais que vous m'aimez du nez jusqu'aux pieds
Je voudrais que mon trépas soit satisfaction
Pour les grands, les petits, pour les filles et les garçons,
Que chacun pense : « Malheur, ce qu'il est bon ! »
L’è ma darèire dèvochon ;
Yë vouèi ke tui vouardëchon dè mè bon chovenyon.
Ke la famëlye chè rèdzoeulyechè oeuto dè mon bakon,
Ke tui puichon dërè : « L’è-tu bàla la féta doeu kayon » !
C'est ma dernière dévotion
Je veux que tous gardent de moi un bon souvenir.
Que la famille se réjouisse autour de mon lard.
Que tous puissent dire : « Elle a été belle, la fête du cochon ! »
Madèléna

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT