LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le voyadze dè Jojèko - Le voyage de Jojèko

par Madeleine Bochatay, Les Granges

play pause
Le voyadze dè Jojèko Le voyage de Jojèko
L'èirè le ouë dè juin milè ouë chin ouëtantè cha. C'était le 8 juin 1887.
Ché matin lé, Jojèko chè lèivè, l'èirè pâ tan dè bouna vale, revouâdè pè la fènétre, plovenyèi. Ce matin là, Jojèko se lève, il n'était pas de bonne humeur, il regarde par la fenêtre, il pleuvinait !
La vèlye, l'èirè èitó in kotyie vèi ouna dzinta dolinta ke li plèijèi byin è, vouèi, l'inbétâvè dè parti ! La veille, il avait passé la veillée chez une aimable jeune fille qui lui plaisait beaucoup et, aujourd'hui, ça l'embêtait de partir !
(Koumin, Jojèko, arâ te le chinblalon ? Alé, alé, te la tornèré proeu vyie ! ) Ouèi me : kan ? (Comment, Jojèko, aurais-tu l'ennui ? Allons, allons,  tu la reverras bien ! Oui mais quand ?)   
Jojèko dèi parti vouèi po l'Algérie po dètartrâ dè monstre tëne din dè grouche kave, ingadja ke l'è pè on martchan dè vin. On voyâdze dinche è to le travalye ke fódrè férè, y'in a oeu min po katre mèi che l'è pâ fin ! Jojèko doit partir aujourd'hui pour l'Algérie pour détartrer des tonnes dans de grandes caves, engagé qu'il est par un marchand de vin ! Un voyage comme ça et tout le travail qu'il faudra faire, il y en a au moins pour quatre mois si ce n'est pas cinq !
L'è ke, l'è bon dè menâ on bokon d'ardzin, chuto che on vœu montâ mènâdze ! L'è por chin ke partè Jojèko ! C'est qu'il est bon d'amener un peu d'argent, surtout si on veut se mettre en ménage. C'est pour ça qu'il part Jojèko !
Kan on è dè grouche famëlye, li tsan è li pró chon rin troua grou par intye. On dè chloeu-j-an pachó, d'oeuton, le moué di trifle totchievè a la voùta dè la kàva èbin, kan on a pu krojâ li partinchive, y'avèi vouârba ke la tètse l'èirè mindja ! Quand on est une grande famille, les prés et les champs ne sont pas assez grands par ici. Une de ces années passées, en automne, le tas de pommes de terre touchait à la voûte de la cave, et bien, quand on a pu creuser les printanières, il y avait longtemps que le tas était mangé !
Jojèko, vin dèdzon.nâ avoué ne dèvan kè parti ! (chin, l'è la mâma ke le krëlyè). Jojèko, viens déjeuner avec nous avant de partir ! (Ca, c'est la maman qui l'appelle.)
Jojèko plakè chi tëmachèri è, va dèdzon.nâ. (Te parèi, l'è bon dè chè chinti inparó pè li chin kan on a dè pèina !)       Jojèko cesse ses sombres pensées et va déjeuner. (Tout de même, c'est bon de se sentir soutenu par les siens quand on a de la peine).
Dèdzon.nè avoué dè kâfé è dè koujené akonpanya ke l'è pè la mâma è ouna di chouèire, chla ke li a koju ouna fàta doeu lâ drèi doeu palètó  Kan on voyadze fó avèi to chu chè è, pâ to doeu mémoue lâ ! Il déjeune avec du café et des pommes de terre rôties en compagnie de la maman et d'une sœur, celle qui lui a cousu une poche du côté droit du veston. Quand on voyage, il faut avoir tout sur soi mais pas tout du même côté !
Apré avèi dë arèvyie, Jojèko prin chon cha èi-j-èpóle, dedin li a mètu d'ayon po le tsandze, on morché dè pan dè chèile, dè frui è on bokon dè bakon. Après avoir dit au revoir, Jojèko prend son sac à dos, dedans, il a mis des habits de rechange, un morceau de pain de seigle, du fromage et un peu de lard.
Le dzo dè la Chin Médâ, partè pè le Mon por alâ prindrè le trin bâ a Martenyie ! In alin bâ, l'a to leji dè moujâ a chla dzinta dolinta è a chon tsemenèmin tankè in Algérie. Le jour de St. Médard, par la pluie, il part en bas par le chemin du Mont pour aller prendre le train en bas à Martigny ! En descendant, il a tout le temps de penser à cette aimable demoiselle et aussi à son cheminement jusqu'en Algérie.
Po prindrè le trin, l'avèi d'ardzin d'on lâ di chon darè ingadzèmin. Pour prendre le train, il avait mis de l'argent de côté depuis son dernier engagement.
Di Martenyie prindrè le trin tankè oeu Bovèrè pouèi di Chin-Jindjoeu prindrè le Paris  Lyon Méditerranée ke pâchè pè Evian, Annemasse, Lyon,  Grenoble, Marseille.  Chin li fé plujyue dzo a vyie dèfelâ dè trante èinorme dè pró, dè djue, dè tsan chin vyie ouna brâva bèke è pouèi,  la mèi !                                                                De Martigny, il prendra le train jusqu'au Bouveret et puis de St-Gingolph il prendra le Paris Lyon Méditerranée qui passe par Evian, Annemasse, Lyon, Grenoble, Marseille. Ca lui fait plusieurs jours à voir des étendues immenses de prés, de forêts, de champs sans voir une belle montagne et puis, la mer !    
Adon, lé, fódrè trovâ ouna plache chu on bató. Chin li prindrè on dzo oeu dou. Li balyèrè le tin dè vejatâ ouna groucha vëlle è, achebin dè bèirè ouna kouèsta ke l'on bâ par lé. Chinblè a chla ke n'in vèr ne. Alors là, il faudra trouver une place sur un bateau. Ca lui prendra un jour ou deux.
Di ke charè chu le bató fódrè kontâ, po le min, dou oeu trèi dzo, chin dèpin le tin ke fé ! Ca lui donnera le temps de visiter une grande ville et aussi de boire une absinthe qu'ils ont par là-bas. Elle ressemble à celle qu'on a chez nous !
Kan l'arè pachó la mèi, chloeu ke l'on ingadja, li on promètu dè le vèni kèrri avoué ouna kavàla. Depuis qu'il sera sur le bateau, il faudra compter pour le moins deux ou trois jours, ça dépend du temps qu'il fait. Quand il aura passé la mer, ceux qui l'ont engagé viendront le chercher avec une jument.
Kan, d'oeuton, Jojèko l'è tornó amon pè Le Mon, l'avèi ouna bouna mantcha din la fàta doeu lâ drèi doeu palètó è, doeu lâ gótse on bió trèjô : ouna brâva lettra dè chla dzinta dolinta yó l'èirè èikri : Jojèko y'atinde vèlye dè tè tornâ vyie!   Quand, en automne, Jojèko est revenu en haut par Le Mont, il avait une jolie poignée d'argent dans la poche du côté droit du veston et, du côté gauche, dans la poche, un beau trésor : une belle lettre de cette aimable jeune fille où il était écrit : Jojèko, j'attends avec impatience de te revoir !
Vœu-te krire ke l'on fé li nofe dèvan Tsalinde ?  !                                     Madèléna        Veux-tu croire qu'ils ont fait les noces avant Noël !

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT