LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le choulon è cha fèna - L'ivrogne et sa femme

par André Coquoz, Les Granges

 

Illustration : l'école

 

play pause

 

Le choulon è cha fèna

Tsakon l'a chi dèfó.
L'arivè a tui dè pâ férè koumin fó.
Le mâlyue l'è k'on fichè todzo li méme tronye
Chin jamé in avèi dè vargonye.
Che dëye chin,
L'è ke l'é yu proeu chovin !

L'è la konta d'oun'omwe, on choulon,
Ke lachievè chovin chon èspri din le vére,
Le fèdze è l'estòma tsopou chovèivon,
Le travalye l'èirè todzo à férè.
L'avèi dè grantin ple rin din le borchon
Dèvan k'avèi fournèi tote li komechon.
On dzo ke l'avèi chifounó le bochè pè la bonde
Ke chavèi ple yó l'èirè ni din tchin monde
Cha fèna l'a trovó
A reba chu li tró.
Adon, l'a moujó li férè pouèire ;
- Ke chin charë dè bouna djèire.
L'a intouèi din le linfouë di mô,
L'a âyó dè tsandèile pè le to
È l'a dzu pè tèrre
Po k'a chon éje, puichè kuvâ chon bèire.
Oeu bè d'ouna ouarba, l'è tornâye
Koumin ouna chandroye inkamintrenâye.
Portâvè ouna marmita inmodinta
D'ëna grâcha chopa dè tsèi , plèina.
Kan l'omwe l'a yu chin, kan l'è tu dèchondja,
L'è tu chiu d'èitrè in Infèi è, po le chiu, to bâ.
" Kó té te ? " Dèmandè à ché ke vin d'intrâ.
In kontrefajin le ton,
Cha fèna li rèpon :
" Ché la klavandjire dè chi loua
È porte à mindjie èi prèjenèi dè la kâva nère "
È, l'âtre, chin moujâ, li de : " Te loeu porte pâ à bèire ? "

Boutó in patouèi pè Madèléna

L'ivrogne et sa femme

Chacun a son défaut, où toujours il revient :
Honte ni peur n'y remédie.
Sur ce propos, d'un conte il me souvient :

Je ne dis rien que je n'appuie
De quelque exemple. Un suppôt de Bacchus
Altérait sa santé, son esprit, et sa bourse :
Telles gens n'ont pas fait la moitié de leur course
Qu'ils sont au bout de leurs écus.
Un jour que celui-ci, plein du jus de la treille,
Avait laissé ses sens au fond d'une bouteille,
Sa femme l'enferma dans un certain tombeau.
Là, les vapeurs du vin nouveau
Cuvèrent à loisir. A son réveil il treuve
L'attirail de la mort à l'entour de son corps,
Un luminaire, un drap des morts.
" Oh !dit-il, qu'est-ce-ci ? Ma femme est-elle veuve ? "
Là-dessus, son épouse, en habit d'Alecton,
Masquée, et de sa voix contrefaisant le ton,
Vient au prétendu mort, approche de sa bière,
Lui présente un chaudeau propre pour Lucifer.
L'époux alors ne doute en aucune manière
Qu'il ne soit citoyen d'enfer.
" Quelle personne es-tu ?dit-il à ce fantôme.
- La cellerière du royaume
De Satan, reprit-elle ; et je porte à manger
A ceux qu'enclos la tombe noire. "
Le mari repart, sans songer :
" Tu ne leur portes point à boire ? "

 

Jean de La Fontaine.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT