LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

La mérè-gran - La grand'mère

par Madeleine Bochatay, Les Granges

 

Illustration : grand-mère

 

play pause

 

La mérè-gran

Dreme-te ? Dèchondze - tè, mâma dè noutra mâma !
Té pas dinche dè kotëme ,
On porë moujâ ke te prèyë kan te drëme.
Me ané,on dërë Noutra Dama dè pyïera,
Te beudze pâ ,
On t' avoui pâ choflâ.
Porkè la téta tan korbâ ?
T ' in ne fé dè mó ,ke te volëche ple ne-j-anmâ ?
Revouâda la lanpyë, le foua ke tejënè oeu tsemenó !
Che te ne prèdze pâ, la lanpyë, le foua, è tui dou, ne charin mô.
Te ne treuvèré dzu oeu cholan
Kan te tè dèchondzèré, mérè-gran.
Po ne tornâ èitsoeudâ,
Tè fódrè byin ne frichenâ,
Vouarba kontre tè ne charrâ
È, férè tote li prèyïre ke te châ.
Fé ne vyie le Grou Lèvre avoué L ' Èfan Jésus
Ke revouâdè cha mamâ tota vètya dè blu
È li petyou-j-andze ke porton li flüe
Amon chu li nyole tankè vè le Bon Dyu.
Mâma, t' â tan frèi è man ;
Oeuvre li-j-ouè, mérè-gran !
D' âtre kou, te delyèi ke ne fó tui tsemenâ
Chu dè tsemin troua koue po li-j-on,
Po d' âtre dè gran proeu lon.
Ke n' àlin vè on loua di yo on tornè pâ .
Lè-te chin dè mouri ?
Mérè-grand , t' a pâ avoui ?
Kan l' ârba lè vènoua,
La mérè-gran lèirè pas dèchondja .
La klotse l' a chënó po tui avarti
K' oune âma in chèi dzo l' intrâvè oeu Paradis .
In ché frèi matin, pè la porte intr' oeuverte
Dèvan le Grou Lèvre è l' anfian.ne indremète,
On a yu dou petyou k' in chè balyin la man
Plorâvon è prèyïvon dèvan la mérè-gran.

 

Boutó in patouè pè Madèléna

La grand’ mère

Dors-tu ?… Réveille - toi, mère de notre mère !
D' ordinaire, en dormant, ta bouche remuait ;
Car ton sommeil , souvent, ressemble à ta prière.
Mais, ce soir, on dirait la madone de pierre :
Ta lèvre est immobile et ton souffle est muet .
Pourquoi courber ton front plus bas que de coutume ?
Quel mal t' avons- nous fait pour ne plus nous chérir ?
Vois, la lampe pâlit, l' âtre scintille et fume ;
Si tu ne parles pas, le feu qui se consume,
Et la lampe, et nous deux, nous allons tous mourir .
Tu nous trouveras morts près de la lampe éteinte ;
Alors, que diras-tu quand tu t' éveilleras ?
Tes enfants, à leur tour, seront rendus sourds à ta plainte.
Pour nous rendre à la vie en invoquant ta sainte,
Il faudra bien longtemps nous serrer dans tes bras !…
Montre-nous donc ta Bible et les belles images,
Le ciel d' or, les saints bleus, les saintes à genoux,
L' Enfant Jésus, la crèche, et le bœuf, et les mages ;
Fais-nous lire du doigt dans le milieu des pages,
Un peu de ce latin qui parle à Dieu de nous…
Dieu ! que tes bras son froids ! rouvre les yeux…
Naguère, tu nous parlais d' un monde où nous mènent nos pas,
Et de ciel et de tombe, et de vie éphémère ;
Tu parlais de la mort !… Dis-nous, ô notre mère !
Qu' est-ce donc que la mort ? - Tu ne nous réponds pas… ?
Leur gémissante voix longtemps se plaignit seule.
La jeune aube parut sans réveiller l' aïeule.
La cloche frappa l' air de ses funèbres coups ;
Et, le soir, un passant, par la porte entr' ouverte,
Vit, devant le saint livre et la couche déserte,
Les deux petits enfants qui priaient à genoux.

Victor Hugo, Odes et Ballades

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT