LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Les pâturages de chez nous
Emaney

par Jean Bochatey, du Trétien

 

Illustration : emaney

 

play pause

Li patyie dè vèr ne
Èmaney

Les pâturages de chez nous
Emaney

Le bió patyie d’Èmaney, yo pouchè ouna tan boune erba l’è travarchó pè l’éwe doeu Triedze. Li lëmëte, marké pè la krouè dè Chin Mouri, ne lâchon à moujâ ke, d’âtre kou, Èmaney l’èirè è man di- j-Abbé dè Chin Mouri.
Le beau pâturage d’Emaney ou pousse une si bonne herbe comme il n’y en a nulle part ailleurs, est entouré de hautes montagnes sauf du côté ou le soleil se lève. Ce plateau est traversé par l’eau du Triège. Les limites de ce pâturage, marquées par la croix de St. Maurice, nous indiquent qu’autrefois, Emaney était propriété de l’Abbaye de St. Maurice.
Li koncho ke li boutâvon lyeu bètalye payievon à l’Abbaï ouna rèkonyèchanche, réguliéramin, d’ouna mota dè dou dzo è on tchinto dè boure.
Les consorts qui y mettaient paître leur bétail payaient à l’Abbaye une redevance régulière d’un fromage de deux jours et d’un quintal de beurre.
In milè ouë chin voutantè vouë, vintè katre koncho l’on atsètó à l’Abbaï li drèi è li rèkonyèchanche doeu patiye. Tsakè koncho l’avè on fon è, ye pouèi boutâ katre vatse in pâteure dè tsotin è, dè kou, ouna fintïema « chu l’étre ».
En 1888, 24 consorts achetèrent à l’Abbaye les droits et reconnaissances du pâturage. Chaque consort reçu un droit lui permettant d’inalper 4 vaches et éventuellement une cinquième dit « Chu l’étre. »
Di chèi an lé, le konchortâdze l’a dèchidó dè férè ouna lètèri . Dèvan, tsakon fajè chon frui din chon tsalè. L’è di adon que l’on nomó li govarnyoeu. Chleu, l’èvon a tâtse d’ingadjie li bardjie, le fruitchie, le cherachie, li kuraboeu, li tsaroton, le chodjie, li ranfo è, li chècordzon di vatse è di vé. Depuis cette année là, il a été décidé de faire une seule laiterie. Avant, chacun faisait son fromage dans son chalet. A cette époque, l’assemblée des consorts à nommé un « gouverneur » pour l’alpage. C’est lui qui à pour tâche d’engager les bergers, le fromager, celui qui fabrique le sérac, les domestiques qui mettent en ordre les écuries et font les gros travaux, les renforts, les aides bergers ( ceux des vaches et ceux des veaux).
Le dzo dè l’in.nerpa, le métrè bardjie rèchèvèi, doeu konchortâdze, on fouè, koumin chëgne doeu komandèmin. L’èirè lui le métre doeu tropé. L’è lui ke dèchidâvè doeu dzo dè la dèjerpa. « L’a rindu le fouè ! »

Le jour de l’inalpe, le maître berger recevait du consortage, un fouet comme symbole du commandement. C’est lui qui décidait du jour de la désalpe « Il a rendu le fouet ! »

Apré la dèjerpa, a Èmaney, y a pâ mé gran brui. Li chobrè ple kè katchè plate ke fon lyeu ni è, katchè tsamo que venyon akapâ li trëtse d’erba que li vatse l’on lacha ! L’è a chè momin ke li brakounyie venyèvon è, venyon pètétre adé, férè lyeu-j-inplèite ! Fo ke chè mófyechon, le garde l’a bouna pyouta è va proeu chovin amon !

Après la désalpe, à Emaney, il n’y a plus beaucoup de monde. Seuls restent quelques marmottes qui font leur nid et quelques chamois qui viennent manger les touffes d’herbe que les vaches ont laissées. C’est à ce moment là que venaient et, viennent peut être encore , les braconniers pour y faire leurs emplettes ! Ils doivent se méfier ; le garde chasse marche très vite et monte à l’alpage très souvent !
On kou, y a dè chin on bon pâr d’an, on charvagnou chè dèpatcha dè parti po Èmaney por alâ a la tsafe. Fajèi frèi, y avèi la nyole. Fran on tin po pâ èitrè yu ! Le fouji katcha dèjo chon gran palètó, l’alâvè d’on bon pâ. L’è arrevó amon à Èmaney, lèirè fran noué. Vite chè incondu din le tsalè yo, eureujamin, l’a trovó dè bou chè po atijie on bon foua. Apré dè chin, l’a prè din le cha on bokon dè pan è dè bacon è pouè, bien kotó chu ouna palyafe,l’a lacha allâ li-j-ouèi.

Une fois, il y a de cela déjà bien quelques années, un samedi soir d’arrière automne, un salvanin se pressait de monter à Emaney pour chasser. Il faisait froid, il y avait du brouillard ; le temps rêvé pour ne pas être vu ! Le fusil caché sous sa grande veste, il allait d’un bon pas. Il arrive à Emaney, il faisait nuit noire. Vite, il rentre dans son chalet où il trouve du bois sec pour allumer un bon feu. Ensuite il tire de son sac un morceau de pain et de lard et puis, s’appuyant contre la paillasse, il ferme doucement les yeux.
To pèr on kou , ye vè, chètó chu le tsaplabou oun omwe, afroeu poue, avoué la fache tota nère è, dou-j-ouè koumin dè braje ke le revouadâvon chin jamé bâchie. Le tsafieu l’arë volu prèdjie me, pouè pâ chorti on mo. L’a moujó dè li balyi ouna tranche dè pan. L’âtre l’a prèi è l’a fé grilyie koute le foua è, l’a mindja dè boun apèti. On chekon kou, le tsafieu li a balyia ouna tranche dè pan è, l’âtre l’a fé le mémoue aférè. Chè chon revouadó, l’on, l’âtre, ouna bouna ouarbe, chin pouè prèdjie. Le tsafieu ke dondâvè li a balya onko on morché dè pan ke l’âtre l’a mé avaló avoué plèiji ! Kan le dzo l’è arevó, le tsafieu chè trovó cholè. Chèi dè la pouta fache l’èirè ya me, le tsafieu l’avèi ple dè pan !
Tout à coup, il voit, assis sur le tronc qui sert à couper le bois, un homme très laid, avec une figure complètement noire et deux yeux de braise qui le fixaient. Le chasseur voulait parler mais, il ne pouvait pas sortir les mots. Il a pensé donner à cet homme une tranche de pain. L’homme l’a prise, l’a grillée près du feu et l’a mangé de grand appétit. Une seconde fois, le chasseur lui a donné du pain, l’homme a fait la même chose. Ils se sont regardé l’un, l’autre, un moment sans pouvoir parler. Le chasseur qui somnolait, lui a encore donné un morceau de pain que l’homme avala avec plaisir. Quand le jour est arrivé, le chasseur s’est retrouvé seul. L’homme au visage noir était parti mais, le chasseur n’avait plus de pain … !
Metchè, chè moujó : « Ora, dèvan kè parti bâ mè fó treyie katchètsouje. La fëne è li j’èfan m’atindon è, charon benéje d’avè on morché dè tsè !

Il pensa : « Maintenant, avant de partir, je vais tirer quelque chose. ! Ma femme et mes enfants m’attendent et seraient bien heureux d’avoir un morceau de viande ! »
Adon, l’a revouado pè dèfoue, l’èirè le bon momin po vyie dè bétche ! Veilyè beudjie, lé, darèi la groucha pyïere, chè avanchâ dè ple pré è, l’a yu, lé, le garde… chètó ke mindjievè on morché dè pan è dè frui è, l’avè onko ouna botèlye, lé, chu la pyïere ! Noutre tsafieu l’a ajësto la botèilye è l’a fé foua !
Alors il est sorti ; c’était le bon moment pour voir les bêtes !
Il voyait quelque chose bouger derrière la grande pierre, il s’avança, lorgna de plus près et alors il a vu …le garde chasse assis qui mangeait pain et fromage et avait une bouteille posée sur la pierre. Notre chasseur ajuste le coup sur la bouteille et fait feu. !
Le garde l’a tan tu pouèire, l’a prèi chon cha è, ya, à tsó dè tsafe, le palètó plan darè tan l’alâvè vite.

Le garde chasse a eu tellement peur, il a pris son sac et est parti en courant aussi vite qu’il pouvait, la veste paraissait comme une grande aile tant il courait.

Chleu ke l’èiron in Velle l’on dë ke l’èivon yu a la mècha ; lèirè tot ècharvadja !


Ceux qui étaient à Salvan-Ville ont dit qu’ils l’avaient vu à la messe, ce matin là, tout apeuré !
Madèléna
Renseignements : Marianne Müller
Conte : Denis Coquoz

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT