LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Illustration : l'école

Mes souvenirs d'école

Par Maurice Coquoz

play pause

Mi chovèni d’èkoule.

Mes souvenirs d'école

D’âtre kou, y avèi pâ dè mèijon d’èkoule. Li-j-èifan l’alâvon vè le réjan è s’instalâvon din chon pèile. Kan l’on tu dèchidó dè férè dè mèijon d’èkoule din tui li vëlâdze, l’on fé koumin l’èvon todzo yu. In intrin di la mèion, y avèi ouna petyouda pieche yó on pindolâvè li-j-ayon, on rètrinjè to chin ke falivè po èikovâ, règrevâ la poeufe, nètèiyie la chala d’èkoule è, di yó on èitsoeudâvè le banyâ avoué li-j-ètale ke tsakon d’èvèi aportâ tui li matin. Autrefois, il n'y avait pas de maison d'école. Les enfants allaient chez le régent et s'installaient dans sa chambre commune. Quand ils ont eu décidé de faire des maisons d'école dans touts les villages, ils on fait comme ils avaient toujours vu. En entrant dans les maisons, il y avait une petite pièce où on suspendait les habits (vestes), on rangeait tout ce qu'il fallait pour balayer, ramasser la poussière, nettoyer la salle d'école et, de là, on chauffait le grand bagnard (fourneau en pierre ollaire) avec des bûches que chacun devait apporter tous les matins.
Le cholan doeu pèile l’èirè fé in chapin to jëste rabotó. Avoué le tin, li bote faré è l’éwe inplèiya po amati la poeufe d’èvan k’èikovâ, li noeu chon chortèi koumin dè drëmale chu li tyinte l’èirè modoué d’alenyie li ban in bou. Chtoeuche, ouje, lëmó, chon tu ranplacha pè d’âtre ple byó, ple moderne dèvan kè lachie la plache a dè trâble è dè chéje koumin on in vèi din tui li buró. Dërè ke le tsandzèmin di ban d’èkoule l’a byin amélioró le chavèi di krouèi, vouèi chuto pâ afirmâ. Le plancher de la chambre était en sapin tout juste raboté. Avec le temps, les souliers ferrés et l'eau employée pour humecter la poussière avant de balayer, les nœuds sont sortis comme des bornes sur lesquelles il était difficile d'aligner les bancs en bois. Ceux-ci, usés, élimés, ont été remplacés par d'autres beaucoup plus modernes avant de laisser la place à des tables et des chaises comme on en avait dans tous les bureaux. Dire que le changement des bancs d'école a beaucoup amélioré le savoir des enfants, je ne veux surtout pas l'affirmer.
Por mè, kan y’é tu katre an, ché aló, po le prèmie kou, a l’èkoula oeutre vè Jëstine dè Vardan avoué Djan Pinote, Ernest a Abrinchi è, Fernand dè La Lé. M’è chovenye ke ne ne chètâvon chu on ban kontre la parèi, ke Jëstine ne kontâvè tui li dzo oun’âtre istouère. Ne j’aprinjèi a èitâ tchèi, a pâ ne tsinkanyie è a vreyie li pâdze d’on vyoeu lèvre chin li-j-èibyâtchie. Po la réste, li chovèni m’è mankon ! In vintè trèi, y’è du alâ a l’èkoule infantine avoué Robert Frachebourg di Marcote koumin réjan. N’èron mèkle din ouna klache amon a la Mèijon dè Koumoune. Lé, y’é aprèi a férè dè bâton chu ouna louje po kouminchie è apré din on kayé lënya. Oh ! pâ che èija dè férè dè bâton drèi, li prèmie l’èron chovin troua lon oeu troua koue oeu pintcha in dedin èbin in dèfoue. M’a falu dè pâdze intyire po avèi le drèi dè férè dè ryon, byin ple modoué kè li bâton l’èron chovin to bochèló ! Ne koudjievon proeu ne j’èidjie in vortoyin la lèiwe dè gotse a drèite èbin le kontrére me, li ryon l’èron todzo atan karó kè ryon. Pour moi, lorsque j'ai eu quatre ans, je suis allé pour la première fois à l'école en-lè chez Justine de Vardan avec Jean à Pinotte, Ernest à Aber Ainsi et Fernand de l'Allée. Je me souviens que nous nous asseyions sur un banc contre la paroi, que Justine nous racontait tous les jours une autre histoire. Elle nous apprenait à rester tranquille, à ne pas nous disputer et à tourner les pages d'un vieux livre sans les déchirer. Pour le reste, les souvenirs me manquent. En vingt trois, j'ai pu aller à l'école enfantine avec Robert Frachebourg des Marécottes comme régent. Nous étions mélangés les garçons et les filles dans une classe en haut à la maison de commune. Là, j'ai appris à faire des bâtons, sur une ardoise pour commencer et, après, dans un cahier ligné. Oh ! pas si facile que çà de faire des bâtons droits ! Les premiers étaient souvent trop longs ou trop courts, trop penchés en dedans ou bien en dehors. Il m'a fallu des pages pleines pour avoir le droit de faire des ronds ! Bien plus difficile que les bâtons ! Ils étaient souvent tout bosselés. Nous essayions bien de nous aider en tournant la langue de gauche à droite, ou bien le contraire, mais les ronds étaient toujours autant carrés que ronds !
Ne portâvon prèskè tui on foeudâ, ouna blouja botenâye din le raté, dè bote faré è dè tsoeufon fé pè la mâre èbin la mérè-gran. D’ëvè, kan fajè byin frèi, n’èvon dè lon tsoeufon ke tenyèvon avoué ouna dzaratère botenâye a la taye è oeu tsoeufon. Oh ! li dzaratère d’adon l’èron pâ koumin chle ke ne vèyin ore din li magajin èbin din li rèklâme poublèiyë on bokon parto. Nous portions presque toujours un tablier ou une blouse boutonnée dans le dos, des souliers ferrés et des bas faits par la mère ou la grand-mère. En hiver, quand il faisait bien froid, nous avions des longs bas qui tenaient avec une jarretelle boutonnée à la taille* et au bas. Oh ! les jarretelles d'alors n'étaient pas comme celles que nous voyons maintenant dans les magasines ou bien dans les réclames publiées un peu partout !
Li kroye l’èron min tsavoeutre kè li krouèi mémoue che y ayèi katyè vouaroeudzon ke l’âyon volu todzo dzoeuyie avoué li krouèi. Les filles étaient moins turbulentes que les garçons même s'il y avait quelques chamailleuses qui auraient toujours voulu jouer avec les garçons.
L’an l’a pachó è, ché tu to fyie d’alâ a l’èkoule amon oeu Planet. L’èrèi la chola èkoula dè vlyue din to le district ke dëyèivon, vèr ne, in Velle. Li ple grou, chloeu ke l’èiron dja èitó on par d’an avoué Léon Grou, ne j’inpoutâvon in dëyin ke po avèi le drèi d’èitedèiyie amon oeu Planet, ne fajèvon pachâ dèjo le pon di katyèire è, dè kou, l’in lachievon tchierè on : Y avèi on chon ! L'année a passé et j'ai été tout fier de pouvoir aller à l'école en haut au Planet. C'était la seule école de valeur dans tout le district, qu'ils disaient chez nous à Salvan-Ville ! Les plus grands, ceux qui étaient déjà allés quelques années avec Léon Gross, nous faisaient peur en nous racontant que, pour avoir le droit d'étudier en haut au Planet, ils nous faisaient passer sous le pont des toilettes et, des fois, ils en laissaient tomber un dedans ; là, il y avait une odeur...
L’è po dërè ke l’è la pouèire oeu vintre ke, on byó dzo, m’è ché alenya oeu fon di-j-ètsèlèi dèvan kè pachâ dèvan le réjan, li motrâ li man di dou lâ por ke l’âyè pu vyie ke l’èron propre, me, la konta doeu pon di katyèire y in é ple avoui prèdjie. C'est pour dire que c'est la peur au ventre qu'un beau jour je me suis aligné au fond des escaliers avant de passer devant le régent lui montrer les mains des deux côtés pour qu'il ait pu voir si elles étaient propres. Mais l'histoire du pont des toilettes, je n'en ai plus entendu parler !
N’èron ouna trintèine din katre divijon. Kan le réjan l’èirè byin okupó avoué chloeu dè la chekonde divijon, démandâvè è ple grou d’aprindrè a lyire è a èkrire è ple dzouvëne. Nous étions une trentaine dans quatre divisions. Quand le régent était bien occupé avec ceux de la second division, il demandait aux plus grands d'apprendre à lire et à écrire aux plus jeunes.
L’èkoula kouminchievè le dou dè novembre tankè a la fin d’avri. Kondja le dedzoeu apré dënâ è, l’è to. A Noël, oeu Boun’an, a Patche, rin. Dè dèvouèi a mèijon, tui li dzo dou oeu trèi. L'école commençait le 2 novembre jusqu'à la fin avril. Congé le jeudi après-midi, c'est tout. A Noël, au Nouvel-An, à Pâques : rien ! Des devoirs à la maison tous les jours deux à trois.
Li dzin dëyon chovin : l’iyèje oeu mèitin doeu velâdze ! Vèr ne, d’âtre kou, l’aron pu dërè : l’èkoula oeu mèitin doeu velâdze !
Din le kartyie, touâvon le kayon, râchievon èbin tsaplâvon dè bou, distilâvon la dzarfan.ne, li pome, li pèrui èbin li cherieje dèjo li fènétre dè l’èkoula, chu noutra plache dè djoua ke, l’èirè dja pâ tan grouche.
Les gens disaient souvent : " L'Eglise au milieu du village " ! Chez nous, autrefois, on aurait pu dire " L'Ecole au milieu du village " ! Dans le quartier, ils tuaient le cochon, ils sciaient du bois, ils distillaient la gentiane, les pommes, les poires ou bien les cerises dessous les fenêtres de l'école, sur notre place de jeux qui n'était pas tellement grande !
Di la rintrâye, fournèi dè prèdjie patouèi. T’èire pounè tui li kou ke t’avouiyèivon tringotchie din chè prèdjie bon po li charvâdze ke deyèivon ! È ora, din le mémoue pèile, l’inchènyon le patouèi koumin d’âtre kou le bon franché ! Dèyode dèi chè vrëyie din cha tchéche ! Depuis la rentrée, fini de parler patois : tu étais puni toutes les fois qu'on t'entendait parler dans ce " parler " bon pour les sauvages ! Et dire que maintenant, dans la même chambre commune, on enseigne le patois comme autrefois le bon français ! Deliaude doit se retourner dans sa caisse !
Oh ! di, Léon, èita tchèi, kalma tè ! Èita koumin t’on boutó oeutre Vè li Kokwe, chu le raté è, atchoeuta mè ! T’â pâ todzo tu èija dè tèni oune èkoula avoué ouna binda dè krouèi dè ouë a tchinje an, din on pèile, oeu chondzon d’on tsalè, intouèi dè rèkâ dèjo li tchintoeu li tsa chè plèijèivon dè mion.na è dè krouatchie kan chè batèivon po ouna tsate in tsalyue. È li fèmale doeu kartyie ke ch’intèrpèlâvon dèvan miedzo, rinkè po t’in.nortchie ! « Adon, Jofine, ke te fé vouè po dëna ? » « Y é boutó chu ouna potó avoué on tornè ke trëpè di chi matin è, vënye d’adzoutâ dè tsou, dè patenale, dou pèrui koyâ è dè trifle. È te ?» « Oh, ye y é pèló dè trifle po férè dè koujené avoué ouna choeuchëche dè la bòrna ! » « Sacré femme ! » È te kloujèi la fènétre. Lé dèchu, pachâvè Le Tchoin in cheblin. Falyivè pâ gran tsouje po ne férè rire ! È, te, Monchiu le réjan : « Alors quoi, vous ne l’avez jamais entendu ? » Oh ! Oh ! Léon, reste tranquille, calme toi, reste comme on t'a mis en-là vers les Coques (lieudit vers le cimetière), sur le dos et écoute moi ! Tu n'as pas toujours eu facile de tenir une école avec une bande d'enfants de huit à quinze ans, dans une chambre commune, au sommet d'un chalet entouré de raccords sous lesquels les chats se plaisaient à miauler et à crier quand ils se battaient pour une chatte en chaleurs. Et les femmes du quartier qui s'interpellaient, avant midi, rien que pour t'ennuyer : " Alors, Joséphine, que fais-tu pour dîner ? - J'ai mis sur le feu une potée avec un jarret qui cuit depuis ce matin et je viens d'ajouter des choux, des carottes, des poires colliard et des pommes de terre. Et toi ? - Oh, moi j'ai épluché des pommes de terre pour faire des pommes lyonnaises avec une saucisse de la cheminée ". " Sacrées femmes ! * Et tu fermais la fenêtre. Là-dessus, le Tchoin passait en sifflant : il ne fallait pas grand chose pour nous faire rire, et toi, Monsieur le régent en bon français : " Alors quoi, vous ne l'avez jamais entendu ? ".
N’èvon dou oeu trèi lèvre ke ne falyivè chovin inplèiyie : le lèvre dè lecture po li pounechon, la gramére po le franché, le dichenére po l’ortographe.
Li prèmie-j-an, n’èron chèparó ; li krouèi amon dèchu è li kròye bâ dèjo. L’è pie di dijènoeu chin trinte ke ne-j-on mèkló è, l’è pâ tu kestion dè volèi folyata èbin dè boutâ le nâ din le petyou Robèi ; n’aron rèchu d’ordre !
Nous avions deux ou trois livres qu'il nous fallait souvent employer : le livre de lecture pour les punitions, la grammaire pour le français, le dictionnaire pour l'orthographe. Les premières années, nous étions séparés : les garçons en haut et les filles en bas dessous avec Angèle. C'est seulement vers 1930 qu'ils nous ont mélangés. Et il n'a pas été question de vouloir fouiller ou bien mettre le nez dans des " Petit Robert " ! Nous aurions eu des ordres !
Po la discipline, t’èire proeu loeu ! On lachievè tchiere ouna folye dè papèi, ouna gòma, on prèdjievè patouèi a la réckréachon, t’avèi on chèpon ke fondèi è ke chè dètatchievè dè la chòka ; t’avèi drèi, te dzapâve : « Prenez votre livre de lecture ! » Kan n’èron pâ prèchó dè rintrâ dè la rékréachon è ke te chavèi pâ ko pouni, te ne fotèi a la fache : « Alors, faut-il aller vous chercher avec un palanquin ? » Pour la discipline, tu étais assez loup ! On laissait tomber une feuille de papier, une gomme, on parlait patois pendant la récréation, on avait un morceau de neige qui fondait à la chaleur de la chambre, on avait droit, tu jappais " Prenez votre livre de lecture ! ".
N’èiron proeu ouna binda d’estrebitche, pâ tan èija a menâ ; d’ako ! Me, chin ke t’è rèprodze l’è d’avèi fé tan plorâ Fernand kan t’i fajèi rèchitâ cha lechon, tui li kou, l’èirè parèi ! Fernand ke la chavèi,ch’è lèvâvè, dÿèi katyè mo, ch’arètâvè, gangavè la téta è chè boutâve a plorâ tan l’avèi pouèire dè tè , è, te, tui li kou : « Assis à copier ! »
Chovèni, chovèni !
Quand nous n'étions pas pressés de rentrer, après la récréation, et que tu ne savais pas qui punir, tu nous foutais à la figure : " Alors, faut-il aller vous chercher avec un palanquin ? " Nous étions assez une bande d'étourdis, pas tellement faciles à mener, d'accord. Mais ce que je te reproche, c'est d'avoir tellement fait pleurer Fernand quand tu lui faisais réciter sa leçon. Toutes les fois, c'était la même chose : Fernand, qui la savait, se levait, disait quelques mots, s'arrêtait, secouait la tête et se mettait à pleurer tellement il avait peur de toi. Et toi : " Assis, à copier ! " Souvenirs, souvenirs ...
Li-j-an amon oeu Planet chon prèmie li ple bale dè ma vya ! Kan chi ché tornó, y’é moujó a tui chloeu ke chi ch’èiron tu avoué mè, l’in chobrè pâ mé tan. Tui chloeu ke chon dja parti oeutre pè dèlé, y in a pâ on ke l’uchè fournèi chu l’échafaud èbin in prèijon koumin te ne j’in menachievè tui li dzo ! Chovèni, chovèni !
Les années en haut au Planet sont parmi les plus belles de ma vie : lorsque j'y suis retourné, j'ai pensé à tous ceux qui y étaient avec moi : il n'en reste pas tellement. De tous ceux qui sont déjà partis de l'autre côté, il n'y en a pas un qui ait fini sur l'échafaud ou bien en prison comme tu nous menaçais souvent. Souvenirs, souvenirs ...
Ah ! y’oublavoue dè voue dërè onko me, m’è fó èitâ tchèi : Léon chè tornó indremi è, vouèi pâ mé le dèrindjie ! Adyu ! Ah ! J'oubliais encore de vous dire ... Oh ! mais il me faut partir et rester tranquille, Léon s'est endormi et je ne veux pas encore le déranger. Adieu...
  * Taille : genre de chemisette courte en tissu solide à laquelle étaient cousus deux boutons afin d'y mettre un élastique qui s'accrochait au bas de laine.
   
Maurice Coquoz

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT