LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


HISTOIRES EN PATOIS

Dë mè - Dis-moi

par Madeleine Bochatay

play pause

 

Dë mè gran mérè-gran
Ke te fajèi kan t’avèi djie-j-an ?
Dis-moi grand mère-grand
Que faisais-tu quand tu avais dix ans ?
Por alâ a l’èkoùla, d‘ëvèi, è a d’âtre chèijon
Boutâve-te ple chovin dè jupe èbin dè pantalon ?
Avèi-te on manté avoué le kapuchon ?
Avèi-te dè ski èbin on lyoeudzon ?
Vouére t’avèi dè lèivre po férè li lechon ?
A lekè te dzoeulyive a la rékréachon ?
Pour aller à l'école en hiver et à d'autres saisons
Mettais-tu plus souvent des jupes ou bien des pantalons ?
Avais-tu un manteau avec le capuchon ?
Avais-tu des skis ou bien une luge ?
Combien avais-tu de livres pour faire tes leçons ?
A quoi jouais-tu à la récréation ?
Oh ! Te, ma petyoùda ! Fëlye dè la fëlye dè mon èifan,
Te voeudrâ chavè koumin l’èirè y a dabo chin-t-an ?
Oh ! toi, ma petite ! Fille de la fille de mon enfant.
Tu voudrais savoir comment c'était il y a bientôt cent ans ?
Por alâ a l’èkoùla boutawe ouna jupe, è dèjo on jupon.
Y’èiwe on manté me l’avèi pâ dè kapuchon,
A la téta boutâwe on motchoeu èbin on bounè, chin ponpon.
Li ski l’èiron rèjarvó a katyè grou garchon,
Li krouèi è li krolye l’èivon on lyoeudzon
Èbin on tapolè, fé to in bou ryon.
Y’èiwe on lèivre po lyierè è férè li lechon
È pouèi le katijiemwe po aprindrè prèiyire è bènèdechon.
Dè to ché tin, y’é tan bon chovenyon.
Kan oeu ple koue di dzo, a la kròya chèijon
A katre oeure è demyie y’ arevawe a mèijon
Po marindâ avoué on bol dè groeubon
Èbin dè pèroui koué batèiya « dè chètson ».
È pouèi kan y èiwe èikri è fournèi mi lechon
(In chèi tin lé, y avèi pâ la télévijon)
Y’èwe le grou plèiji è la chatisfakchon
Dè balyie bèirè è tsevri din le bèlindzon.
L’èirè la ple bàla dè mi rékréachon !
Òra, ma petyoùda ! Fëlye dè la fëlye dè mon èifan,
L’è tâ, klou le foua, ne prèdzèrin dèman.
Pour aller à l'école, je mettais une jupe, et en-dessous un jupon
J'avais un manteau mais il n'avait pas de capuchon.
A la tête, je mettais un fichu ou bien un bonnet, sans pompon.
Les skis étaient réservés à quelques grands garçons,
Les petits et les filles avaient des luges
Ou bien un « tapolet » fait tout en bois rond.
J'avais un livre pour lire et faire les leçons
Et puis le catéchisme pour apprendre prières et bénédictions.
De tout ce temps, j'ai de si bons souvenirs.
Quant au plus court des jours, à la mauvaise saison,
A quatre heures et demie j'arrivais à la maison
Pour goûter avec un bol de greubons
Ou bien des poires cuites baptisées des « chetzons ».
Et puis quand j'avais écrit et fini mes leçons
(En ce temps-là il n'y avait pas de télévision)
j'avais le grand plaisir et la satisfaction
de donner boire aux cabris dans le « bèlindzon » (parc pour cabris)
c'était la plus belle de mes récréations !
Maintenant, ma petite, fille de la fille de mon enfant,
Il est tard, éteins la lumière, nous parlerons demain.
Madèléna

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT