LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Le Kroeu  Loeu - Le Creux du Loup

par Madeleine Gross, Le Trétien

play pause
Le Kroeu  Loeu Le Creux du Loup
Chin chè pachó katyè dzo dèvan Tsalinde. Cela s'est passé quelques jours avant Noël.
Ché an lé, y'avèi pâ dè nèi me, fajèi frèi. Ouna groucha frèi ! Ouna frèi dè loeu ! D'ayoeu, on li-j-avèi yu, li loeu, in refatâ pè dèjo li rèkâ è neflâ pè le tô di boeu ! Cette année là, il n'y avait pas de neige mais il faisait froid. Il faisait très très froid ! Il faisait un froid de loup ! D'ailleurs, on les avait vu, les loups, ils rôdaient sous les raccards, ils reniflaient autour des écuries !
On noué, li-j-omwe doeu velâdze chè chon prèdja è, chon parti le lindèman matin, avoué pëtse è pâle por alâ krojâ on Kroeu Loeu. Un soir, les hommes du village, se sont réunis, ils ont parlé et, le lendemain matin, ils sont partis avec pioches et pèles pour aller creuser le Creux du Loup !
A la lije dè la djue, l'on krojó on trou  chu ouna londjue d'inveron on bon métre è, dou bon métre d'ótyue. L'on kouvèi to chin avoué dawe oeu trèi brantse dè vouânye por k'on chin dèbetechè pâ,  k'on vèyechè rin ! Aux abords de la forêt, ils ont creusé un trou d'une longueur d'environ un mètre et de deux bons mètres de hauteur. Ils ont recouvert tout çà avec des branches d'épicéa afin qu'on n'aperçoive pas ce trou, qu'on ne voit rien.
Ora y'a ple kè a atindrè ke Monchiu Loeu venyechè chè promenâ par intche, avoué la vintraye ke l'on pojó oeu fon doeu trou, chon chiue dè pâ atindrè grantin ! Maintenant, il n'y a qu'à attendre que Monsieur Loup vienne se promener par ici. Avec les appâts qu'ils ont posés au fond du trou, ils n'auront pas à attendre longtemps !
Din  le mémoue tin, y'avèi le manyin ke fajèi cha tornó d'oeuton. Dans le même temps, le rétameur passait dans la région. Il était le bienvenu dans les villages lui qui proposait ses services pour arranger et raccommoder chaudières, casseroles et beaucoup d'autres objets.
L'èirè bin vènu din li velâdze, lui ke chavèi to férè, aloeuyie li tsoeudère, remindâ li po è li kachèroule, l'èirè atindu ! Ce soir là, il s'était attardé un peu trop longtemps au café du village qu'il traversait et, il pressait le pas pour arriver au village voisin avant la fin de la veillée.
Ché noué, le manyin, l'èirè chobró troua grantin pè la pinta a bèire on vére è, chè dèpatchievè dè rintrâ por arevâ oeu velâdze dèvan la fin dè la vèya. Avec tout son attirail suspendu à ses épaules, louches, casseroles et petits pots, il faisait un gros tintamarre !
Avoué to chon artinbale pindoló pè li-j-èpóle, potse, kachon, kachèroule è potson, fajèi on tintamârre èinorme ! Pour aller plus vite, il a pris le raccourci qui passe par la forêt. Il faisait sombre, notre rétameur n'a pas vu le piège et, il est tombé dans le Creux du Loup !
Por alâ  ple vite, l'a prèi la kourte è pachó pè la djue. Koumin l'èirè dja topwe, l'a rin yu, è, mouchè bâ din le Kroeu Loeu ! De suite, il a fait le point de la situation et a pensé qu'il serait possible que, durant la nuit, il ait un compagnon ! Cà n'a pas manqué !
L'a proeu moujó dètire chin ke l'èirè è, chè dëyèi  ke l'arë pètétrè tu on konpanyon avoué lui po pachâ la noué ! L'a pâ mankó ! L'a avoui ulâ le loeu doeu trè kou è PLOUF ! Dèvan lui l'a yu li dou-j-ouèi  koumin dè brâje. L'a fé ouna rèkanpó è adon l'è le loeu ke l'a rèkanpó avoué le tsarivari ke fajè l'âtre ! Il a entendu le loup hurler deux, trois fois et PLOUF !  Devant lui, il a vu les deux yeux du loup, rouge comme la braise. Il a sursauté et reculé et alors, apeuré par le tintamarre, c'est le loup qui a reculé !
Tota la noué l'on vriya in rion. Kan le manyin vèiyèi li brâje ke l'arevâvon  chakovèi li-j-èpóle. Adon l'è le loeu ke rèkoulâvè è, totà la noué chè chon mófió l'on dè l'âtre. Toute la nuit ils ont tourné en rond. Lorsque le rétameur voyait arriver les braises, il secouait ses épaules, le loup reculait, toute la nuit ils se sont méfié l'un de l'autre.
Oeu matin, li-j-omwe doeu velâdze chon vènu revouadâ è, l'on avoui di on grou trë  ke katyè tsouje chè pachâvè. Au matin les hommes du village sont venus contrôler le piège. De loin ils ont entendu que quelque chose se passait.
Kan l'on yu le manyin ke l'in pouèi ple dè frèi è dè fan chon vite aló kèri on kordé po le chorti dè lé è, menó a mèijon po le rètsoeudâ avoué ouna tache dè kâfé tsó è dè garjin. Lorsqu'ils ont découvert le rétameur à bout de force, ils se sont empressés d'aller chercher une corde pour le sortir d'affaire puis l'ont amené à la maison pour le réchauffer avec une tasse de café chaud et de l'eau de vie.
Tyinta matenô ! Quelle matinée !
Le loeu ! Ah ! Le Loeu ! Pâ tornó vyie, pâ tornó avoui prèdjie ! Le Loup ! Ah ! Le Loup ! On ne l'a pas revu, on n'en a plus entendu parler !
Boutó in patouè dè Charvan pè Madèléna. Tiré d'un conte de M. Ançay.

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT