LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Bâ oeu Pèrey / En Bas à Plan-Cerisier

Par Frinky Lonfat

play pause

Chu li bèke, dè tui li lâ, la nèi ch'in va, tarpolè parto. Le foryie l'è ïntche, l'è le momin dè parti bâ oeu Pèrey. Sur les montagnes, de tous les côtés, la neige s'en va. Des touffes d'herbe se forment partout. Le printemps est là. C'est le moment de partir en bas à Plan-Cerisier.
Stou ke kamintran l'è pachó, li charvanyou ke l'on dè vënye oeu Pèrey, parton bâ po férè li travó dè la vënye, dè la kâva è doeu mâjo. Fó kouminchie pè instalâ mèinâdze. Li fèmale chon èité amon in Charvan po vouardâ mèijon, ch'okupâ di krouèi ke von a l'èkoula è, férè oeu boeu kan l'è le momin. Sitôt que le carnaval est passé, les salvanains qui ont des vignes à Plan-Cerisier partent en bas pour faire les travaux de la vigne, de la cave et du mazot. Il faut commencer par installer le ménage. Les femmes sont restées à Salvan pour s'occuper de la maison, des enfants qui vont à l'école et s'occuper du bétail quand c'est le moment.
Fó férè on to pè la kâva, arevouadâ ke chèi tot in ordre. Le lindèman, fó kouminchie a tayie la vënye, portâ li charmin oeu mâjo po férè le foua. Kan vin le noué, on è proeu lanya me, on revouade che y a dè foua vè le vejin. Ah ! Te ! Djan l'è vènu bâ po férè le mémoue aférè kè mè ! Adon, on chè krëyè, on chè rèkontre, on bèi on vére oeu dou, oeu trèi, infinble, on diskute on bokon dè to. Dè kou, on óchè le ton, chovin, on ri è, la vèya pâchè troua vite. Il faut faire un tour à la cave et regarder que tout soit en ordre. Le lendemain, il faut commencer à tailler la vigne, apporter les sarments au mazot pour faire du feu. Quant vient le soir, on est assez fatigué mais on regarde s'il y a de la lumière chez le voisin. Ah ! Vois-tu, Jean est descendu pour faire le même travail que moi. Alors on s'appelle, on se rencontre, on boit un verre ou deux ou trois ensemble. On discute un peu de tout. Des fois, on hausse un peu le ton. Souvent on rit et la veillée passe trop vite.
Kan la taye l'è féte, fó fochorâ avoué la trépiche è portâ amon la tèrra avoué la kavanye. Apré, fó atindrè ke pouchëchè, è pouè, fó èibordzenâ, yètâ oeu paché. L'è chovin li fèmale ke fon ché travalye. L'on li dèi ple petyou è pouè, fó dërè ke l'on mé dè byie por chin.
Quand la taille est terminée, il faut fossoyer avec la triandine et apporter la terre au sommet de la vigne avec la hotte. Après, il faut attendre que ça pousse. Et puis, il faut ébourgeonner, attacher à l'échalas. C'est souvent les femmes qui font ce travail : elles ont les doigts plus petits et puis il faut dire qu'elles sont plus adroites pour çà.
Kan vin a la fin doeu mèi dè mé, li flue kouminchon a chorti. A chè momin, fodrë pâ ke fichè frèi. Fó pâ ke li flue dè la vënye vèyëchon la nèi chu li bèke pè le tó ; d'ayoeu, li-j-anfian le dÿèivon proeu. Fó achebin chulfatâ avoué le chofre è le tyoeuvre po konbatrè li maladie dè la vënye koumin l'odium. Fó chulfatâ inveron fin kou. Quand vient la fin du mois de mai, les fleurs commencent à pousser. A ce moment, il ne faudrait pas qu'il fasse froid. Il ne faut pas que les fleurs de la vigne voient la neige sur les montagnes alentours. C'est d'ailleurs ce que disaient les anciens. Il faut aussi sulfater avec le souffre et le cuivre pour combattre les maladies de la vigne comme l'oïdium. Il faut sulfater environ cinq fois.
È pouè, li travó dè la vënye kontinuon. Fó alâ yètâ li charmin ke l'on pouchó, kopâ li bè, tornâ chulfatâ kontre li varmé dè la rape. Kan kouminchè a vreyie è ke li rape chè formon, fó kontâ chin dzo tankè a la vènindze. Adon a chè momin, on poeu choflâ on bokon. Fó lachie férè le cholèi. Fó atindrè ke le rejin chè moue !
Et puis les travaux de la vigne continuent. Il faut attacher à nouveau les sarments qui ont poussé, couper les bouts, sulfater encore contre les vers de la grappe. Quand les grappes commencent à se former, il faut compter cent jours jusqu'à la vendange. Alors, à ce moment, on peut souffler un peu. Il faut laisser faire le soleil, il faut attendre que le raisin soit mûr.
Pindin ché tin, fó ch'okupâ dè la kâva. Fó transfajâ la rèkolte dè l'an dè dèvan, fó prèparâ li botèlye, fó filtrâ le vin è le boutâ in flakon. Pendant ce temps, il faut s'occuper de la cave ! Il faut transvaser la récolte de l'année précédente, il faut préparer les bouteilles, il faut filtrer le vin et le mettre en flacons.
Kan le mèi d'oktobre l'arivè, on poeu to prèparâ po li vènindze. Po ke yuchè pâ dè krolye choprèche, li-j-otorité dè Martegny-Krouèi bouton a ban tote li venye doeu Pèrey. Nyon l'a le drèi d'alâ din la venye chin avèi on belyè chenya doeu prèjidan ! Le garde ke l'è chu plache boutè a l'amanda chloeu ke l'on pâ tènu kontche doeu rèiyèmin. Oeu dzo dë, l'è la dèbandja è, to le monde partè è vènindze : l'è koumin on dzo dè féta ! Chè momin l'è inportan po le Pèrey è po tui li charvanyou ke li on dè venye. To le monde chè rèdzoeuye è, li-j-èfan onko mé dè pouèi mindjie dè bale rape dè rejin plèine dè cholèi.
Pour qu'il n'y ait pas de mauvaises surprises, les autorités de Martigny-Croix mettent à ban toutes les vignes de Plan-Cerisier. Personne n'a le droit d'aller dans les vignes sans avoir un billet signé du président, le garde qui est sur place met à l'amende ceux qui ne tiennent pas compte du règlement. Au jour dit, le ban est levé et tout le monde part aux vendanges. C'est comme un jour de fête. Ce moment est important pour Plan-Cerisier et pour tous les salvanains qui y ont des vignes. Tout le monde se réjouit et les enfants encore plus de pouvoir manger de belles grappes de raisin pleines de soleil.
Oeu Pèrey, la vya l'è tota difèrinte por tui. Li-j-èfan l'èidjon pè la vënye, pè le mâjo, chè lâvon on bokon oeu boui è, le noué, chè rèdzoeuyon dè ch'in.nitchie tui infinble oeu bardè, li parin chu la tchoeutsa óte. Li famëlye chè rètroeuvon. La parintó, li-j-ante, li koujin ke chon parti dè Charvan tornon po èidjie è vènindze. To le monde l'a tèlamin dè jouèi k'on avoui rinkè rire è tsantâ pè chloeu mâjo è chle rian.ne. L'è la féta ! Mémoue ke le travalye ke fó férè abcholumin l'è pâ to d'orgwè.
A Plan-Cerisier, la vie est toute différente pour tous. Les enfants aident aux vignes et au mazot, ils se lavent un peu au bassin et, le soir, se réjouissent de se mettre au lit (bardet) tous ensemble, tandis que les parents dorment sur le lit haut. Les familles se retrouvent. La parenté, les tantes, les cousins qui sont partis de Salvan, reviennent pour aider aux vendanges. Tout le monde a tellement de joie qu'on entend partout chanter dans ces mazots et ces ruelles. C'est la fête même si le travail qu'il faut faire absolument n'est pas toujours facile.
Li fèmale è li krouèi kouyon li rape chin oublâ ouna gran.ne. Che on brintâ dèkrevè ouna rape oublâye dèjo ouna folye, l'a le drèi dè férè mimi a la dolinte ke l'a oubló. Oh ! dërèi proeu ke, y in a, dè kou, fon exprè d'oublâ !
Les femmes et les enfants cueillent les grappes sans oublier une graine. Si un brantard découvre une grappe oubliée sous une feuille, il a le droit d'embrasser la jeune fille qui l'a oubliée. Oh ! Je peux vous dire qu'il y en a parfois qui font exprès d'oublier !
Li-j-omwe li ple dzouvëne è li ple fô, tsarèiyon to le dzo li brindé chomoté a la vënye. L'è pâ to plan pè le Pèrey ! È pè dèchu chloeu krouèi moue, fó pâ avèi li dzonè ke kreblon ! Portan, dè kou, kan vin pè dèvèi le tâ, on a tu l'okajion dè bèire dou trèi vére è ke, adon, li pyire venyon óte, fó chè chatyoeurè è tèni drèi !
Les hommes les plus jeunes et les plus forts transportent, tout le jour, les brantées de raisin écrasé. Le terrain n'est pas tout plat à Plan-Cerisier et au bord de ces petits murs ! Il ne faut pas avoir les genoux qui tremblent. Pourtant, parfois, quand vient la fin de l'après-midi, on a eu l'occasion de boire deux ou trois verres et, alors, les pierres deviennent hautes, il faut se secouer et se tenir droit.
Portâ bâ a la kâva po prèparâ chu li tró li bochè po boutâ la novala rèkolte. Fó prèparâ le trouèi, fó rèchèivrè li brintâ è voudjie chle brindé din le trouèi, nètèyie è chonyie li moeuble. Fó rèchèivrè achebin le kapoutsin, le frère Vital, ke rèkoltè ouna tëpënó che ouna tëpënó lé po inpli cha brinda è l'inkâvâ po chon kovin. Fé le tsandze in balyin d'èmâdze è krouèi èbin dè bèni è grou po prèjarvâ le bètalye di maladi. Bèire on vére avoué lui è kontâ ouna krètchan.nèri.
Il faut des hommes à la cave pour préparer le tin pour poser les tonneaux pour mettre la nouvelle récolte. Il faut préparer le pressoir. Il faut recevoir les brantards et verser ces brantées dans le pressoir, nettoyer et pourvoir aux ustensiles. Il faut recevoir aussi le capucin, le Père Vital, qui récolte un pot ici, un pot là, pour remplir sa brante et l'encaver pour son couvent. Il fait le change en donnant des images pieuses aux enfants et du béni (fleur de foin bénie) aux grands, aux adultes pour préserver le bétail des maladies. Il faut boire un verre avec lui et raconter une bêtise
Kan vin le noué oeuto doeu trouèi, y a todzo byin dè dzin. On ch'èidjè intrè vejin. On bèi on vére dè vin dè l'an pachó, on va d'ouna kâva a l'âtra. La diskuchon mankè jamé. Li konchèlyie è le prèjidan chon boutó in liste bâ oeu Pèrey, è vènindze !
Lorsque vient le soir, autour du pressoir, il a y toujours beaucoup de monde. On s'aide entre voisins, on boit un verre de vin de l'an dernier, on va d'une cave à l'autre. La discussion ne manque jamais, on lance des pointes et on en reçoit aussi. On parle de tout et surtout de la politique. Souvent, les conseillers et le président sont portés en liste à Plan-Cerisier, aux vendanges.
Kan li bochè chon inplèi d è ché bon ju chokró, adon fó lachie férè la fermintachon. Chovin le lon dè l'oeuton è dè l'ëvèi, fó alâ bâ kontrolâ
Quand les tonneaux sont remplis de ce bon jus sucré, alors il faut laisser faire la fermentation. Souvent, au long de l'automne et de l'hiver, il faut aller contrôler.
Vou-j-é kontó le Pèrey in milè noeu chin trinte. Ora, in dou mil trèi, y a tu ouna grouche évoluchon po le travalye è le bin dè la novale jénérachon. Por ne, li-j-anfian, l'è tan dè bon chovèni ! Chovèni di parin ke l'on tu leji dè ne douèitchie li travó dè la vënye è le rèspè dè to chin !
Je vous ai raconté Plan-Cerisier en 1930. Maintenant, en 2003, il y a une grande évolution pour le travail et le bien de la nouvelle génération. Pour nous, les anciens, c'est tellement de bons souvenirs. Souvenirs des parents qui ont eu le temps de nous enseigner les travaux de la vigne et le respect de tout cela.
 
Madèléna
Frinky Lonfat

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT