LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Kamintran - Carnaval

par Andrée Décaillet, Les Marécottes, et Marianne Müller

 

play pause

 

Kamintran

Carnaval

D'âtre kou, à Kamintran, on danfyievè trèi dzo : la demindze, le delon è le demâ. Autrefois, à Carnaval, on dansait pendant trois jours, le dimanche, le lundi et le mardi gras.
Chovin, y in avè on ke tenyèi Kamintran. Souvent, il y avait une personne qui organisait Carnaval dans sa maison.
Vindè dè vin, balyievè a bèire, à mindjie è, on danfyieve oeu pèile. Elle vendait du vin, donnait à boire, à manger et, on dansait dans la chambre de famille.
La chènan.ne dèvan Kamintran, y in avèi todzo dè chleu ke ch'akrotchievon dè farate, on in dë dè kamintran dè frèpu, è ke fajèivon le to doeu vellâdze po akapâ on vére. La semaine avant la fête de Carnaval, il y en avait toujours quelques uns qui s'habillaient avec des haillons, on les appelle des camintrans, des masqués, et ils faisaient le tour du village pour se faire offrir à boire.
Oeu fo dè La Leneire, y avè todzo dè tsarbon. Dè chloeu kamintran, dè frèpu, chon aló pitâ lé dedin è, apré volèivon alâ danfyie din li pèile propre. Pachâvon foue, tè garante ! Au four à pain de La Lenaire, il y avait toujours du charbon. Certains de ces camintrans ont marché là dedans et sont entrés ensuite dans la chambre propre pour danser. On les a jetés dehors !
Li kamintran fajèivon chovin le to di mèijon avoué dè mandze dè pyole, d'ètchoeuve dè biole po chè férè katchè chou por alâ bèire on vére. Les camintrans faisaient souvent le tour des maisons, vendaient des manches de hâches, des balais de bouleau pour se faire quelques sous pour boire un verre.
D'âtre kou, Kamintran l'èirè la fétà yo tui ch'imbalyievon à danfyie, utchyie, tsantâ è férè la groucha voùga. L'èiron dètrakó è, tornâvon pâ à mèijon tankè le demékre, oeutre pè la noué ! Autrefois, Carnaval était le temps où tous s'amusaient à danser, youtser, chanter et faire la grande fête. Ils étaient déchaînés et ne rentraient à la maison que le mercredi tard, dans la nuit !
Fajèivon achebin dè krolye jaste, dè krolye wiste pè chle mèijon ! On noué, chon intró in on loua yó l'èvon jëste fondu la gréche è, l'èvon lacha le tenalon a la koujëne. Chloeu-j-artiste l'on yu le tenalon oeuvèi adon, li on boutó dè chindre prèmie ; la gréche l'è tu pardoua. Chin prèvèi ! Ils faisaient aussi des mauvaises farces dans ces maisons. Un soir, ils sont entrés en un endroit où on avait tout juste fondu la graisse du cochon et, on avait laissé le petit tonneau à la cuisine. Ces vagabonds ont vu la terrine ouverte. Ils y ont jetés des cendres. La graisse a été perdue. Oh ! çà, tout de même !
Oun âtre kou, l'on yu dè cheuchëche pindolé à la borne. Y in a on ke chè pléju avoué on bâton dè li férè tchyierè chu le tsemenó. Chleu ke y avè avoué lui, kan l'on yu to chin èklampó l'on dë : " Fo pas férè chin ! " Me , l'a rèpondu : " Che voue volè pâ férè, lachie férè a chloeu ke voeulon ! " Une autre fois, ils ont vu des saucisses suspendues dans la cheminée. Il y en a un qui s'est plu, avec un bâton, à les faire tomber sur l'âtre. Quand ses compagnons ont vu toutes ses saucisses éclatées, ils lui ont dit : " Il ne faut pas faire çà " Mais, il a répondu : "Si vous ne voulez pas le faire, laissez faire à ceux qui veulent ! "
Lé, y avè mé on fin malin ! Ah ! Là, il y avait un fin malin !
Bon Kamintran à tui, profitâ byin, apré charè La Karèma ! Bon Carnaval, profitez bien, après se sera le Carême !
Tiré du Patois des Marécottes de Marianne Müller.  

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT