LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


HISTOIRES EN PATOIS

Les pâturages de chez nous
Barberine-Emosson

par Gérard Gay-Crosier, de Giétroz

Illustration : emosson


play pause

Li patyie dè ver ne
Barbarëne-Èmouchon

Les pâturages de chez nous.
Barberine-Emosson

 

Chle dawe bone è brawe pâtoeure, chèparâye pè on grou rotsè, è l'è ouna groucha konte. Ces deux bons et beaux pâturages séparés par un grand rocher, ont une longue histoire.
Moujâ-vé ! Chon-tu balya à l'Abbé dè Chin-Mouri in fin chin tjinjè pè le Rè Sejesmond ! In milè dou chin karantèdou, l'Abbé dè Chin-Mouri li j'a balya à govarnâ oeu mètral dè Charvan. Li chavoyâ gënyivon dè l'âtre lâ dè la Barbarëne è, in milè trè chin vintètrè l'y on mètu lyu bètalye in pâtëre. Adon li dzin dè la vallée l'on prei li bétche. In rèponche à chè afron, li chavoyâ chon arevó infé avoué li gonfanon à la man. Li dzin dè la vallée li-j-atindèivon è, y a tu ouna pouta djèrre chu le Plan d'Èmouchon ! Pensez donc ! Ils ont été donnés à L' Abbé de Saint-Maurice en 515 par le Roi Sigismond ! En 1242, L'Abbé de Saint-Maurice les donna, en gérance, au métayer de Salvan. Les Savoyards lorgnaient de l'autre côté de La Barberine et, en 1323, ils ont mis paître leur bétail à Emosson. Alors, les Salvanins ont pris le bétail. Pour répondre à cet affront, les Savoyards sont arrivés avec les drapeaux déployés, le fer et le feu à la main. Les Salvanins les attendaient et, il y eut une affreuse guerre sur le plateau d'Emosson !
Apré dè chintène d'an dè tsincanye è, bien dè pèvre paya à chiche è à chè, Charvan è Li Fenyó chon kambin tu métrè d'Èmouchon è Barbarëne. Adon, l'a falu partadjie intrè li dou. Èmouchon l'è tu è Fenyó, Barbarëne in Charvan. Après des centaines d'années de chicanes et beaucoup de livres de poivre payées ici et là, Salvan et Finhaut sont devenus les maîtres d'Emosson et de Barberine. Alors, entre eux deux, ils ont partagés. Emosson a été à Finhaut, Barberine à Salvan.

L'è dinche ke lè chortèi la konta dè

La modze d'Èmouchon.

C'est de ce temps que l'on a raconté l'histoire de

La génisse d'Emosson.

L'èirè on noué, oeu bal dè kamintran è Fenyó. L'èvon byin danfia, pètétrè on bocon troua bu ! On dzouvëne chè gabâvè ke, lui, l'avèi pouèire dè rin ! Po l'akapâ, le kopin li a dë :
- Gadzin ke t'ouje pas alâ amon in Èmouchon ora, dè noué !
- Ho ! Bin ! l'a rèpondu.
- Po ne provâ ke ti y'é aló, te portèré bâ la fétuire è le modon doeu tsalè !
C'était un soir au bal de Carnaval à Finhaut. Ils avaient beaucoup dansé, peut-être un peu bu ! Un jeune homme se vantait de n'avoir peur de rien ! Pour le mettre à l'épreuve, ses copains lui ont dit :
- Parions que tu n'oses pas aller à Emosson ce soir, de nuit !
- Ho ! oui bien sûr ! a répondu le vantard.
- Pour nous prouver que tu y es allé, tu rapporteras le moule à fromage et le brassoir à caillé qui se trouvent au chalet !
Le garchon l'è parti. In pachin dèvan la mèijon dè cha marèina, li è intró è li a kontó l'aférè. Po le prèjarvâ, stache l'a intouè avoué dè fi dè Chinte Adiète è boutó le scapulére chu li j'èpóle. Li a boutó à la fàta on amouèlon dè garjin mèkló d'éwe bènite in li dèyin :
- Avoué to chëche, nyon poeu rin kontre tè !
Le garçon est parti. En passant près de la maison de sa marraine, il y est entré pour lui conter ce qui avait été décidé. Celle-ci un peu inquiète, pensa à préserver son filleul et l'entoura du fil béni le jour de Sainte Agathe et lui passa le scapulaire sur les épaules. Elle mit aussi dans sa poche, une petite bouteille d'eau de vie mélangée à de l'eau bénite en lui disant :
- Avec tout çà, personne ne peut rien contre toi !
Le garchon l'avè bouna pyouta è l'è pâ aló tan lon ke l'è arevó oeu tsalè d 'Èmouchon. L'è tu tot èbayi dè vére ke li èirè âlyó è abitó pè on moué dè dzin ke danfievon. Chle dzin li konyèchè ; lèirè dè dzin doeu velâdze mô di grantenyè. Le garçon part et comme il était bon marcheur, il ne tarda pas à se trouver devant le chalet d'Emosson. Il fut tout étonné d'y apercevoir de la lumière et des gens qui y dansaient. Ces gens, il les connaissait, c'était des gens du village morts depuis déjà quelque temps.
Le garchon l'è tu tot ècharvadja ! Po chè balyi dè korâdze l'a prèi l'amouèlon è bu ouna bouna goló è, l'è intró à la tsavàna, chè inkondu à la kàva po prindrè la fétuire è le modon. L'è a chè momin ke le verè, yo lèron pojó li moeuble chè boutó à vriyie dè tote forche. Le dzouvëne l'è èitó on petyou bokon chin oujâ beudjie, pouèi, chè rèprèi, chè mandó è, l'a pu acapâ li dou j'aférè ke volèi. Le garçon a été épouvanté ! Pour se donner du courage, il prit sa petite fiole et en bu une bonne rasade puis, entra dans la cabane, fila jusqu'à la cave pour prendre le moule à fromage et le brassoir à caillé. A cet instant, le rayon circulaire sur lequel étaient rangés les ustensiles se mit à tourner à grande vitesse. Le jeune homme est resté là, surpris, quelques instants puis, il se lança et attrapa les deux objets désirés.
To per on kou, la pòrta dè la tsavane choeuvrè è, vèi intrâ Bron.na, cha modze ! Dèvan ke l'uchè pu boeudjie, la modze l'è tu touâlye, èkortcha, kopâlye è boutâlye a kouère din la groucha tseudère doeu tsalè yo, apré on petyou bokon, tsakon l'in a prèi on morché è mindja. Le garchon l'in a tu achebin cha pâ. Apré, l'on mandó tote li réste din la pé, yètó, balya trè kou dè pya è, la modze l'è tu drèite me, bouèitâvè ! L'on oeuvèi la pòrta è boutó foue ! A tsó dè tsafe, le garchon trachè apré me l'è rinkè bâ è Fenyó, oeu boeu ke l'a trovó la modze….avoué la kouche ke sènyievè ! Mankâvè le morché ke, lui, l'avè mindja ! Tout à coup, la porte de la cabane s'ouvre et il voit entrer Brune, sa génisse ! Avant qu'il est pu bouger, la génisse fut tuée, écorchée, coupée en morceaux et mise à cuire dans la grande chaudière du chalet où, après quelques instants, chacun se servit d'un morceau. Le garçon eut aussi sa part. Après, on a jeté tous les restes dans la peau, attaché, on a donné trois coups de pied et la génisse s'est relevée mais, elle boitait ! Ils ont ouvert la porte et, poussée hors de la cabane. Prenant ses jambes à son cou, le garçon veut rattraper sa bête mais, c'est seulement à Finhaut, dans son étable qu'il retrouve sa génisse ... dont la cuisse saignait ! Il manquait le morceau que, lui, avait mangé !
Apré dè chin, va oeu bal, mandè le modon è la fétuire oeu cholan è dë :
- Mâleureu ke voue-j-éte, plakâ dè danfie ! Pouèi voue dërè ke tui li-j-anfian ke l'on danfia chon damnó, li-j-é tui yu ané ! È, l'è tsu koumin on plo, lèirè mô !
Ensuite, il court au bal, jette à terre les ustensiles et dit :
" Malheureux, ne dansez plus. Tous les anciens qui ont dansé sont damnés, je les ai vus ce soir ! "Puis il est tombé comme une masse et est mort là !
Boutó in patouè pè Madèléna Légende rapportée par Louis Coquoz

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT