LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Afinblo deu konchortâdze di tchievre - Assemblée du consortage des chèvres

par les patoisants  " Li Charvagnou"

play pause

Comédie campagnarde en 1 acte et 1 tableau. La scène se déroule au Pèle.
Chon tui chètó oeu pèile oeuto dè la trâbla a chè démandâ porkè chon-tu konvokó ? Chaque consort est soucieux du résultat de cette assemblée extraordinaire.

Le prèjident Djan Trintèkatre.

Le président Jean Trentequatre

Bonsoi à tui. Che voue j'ai dèmandó dè vèni ané, l'è ke le tsèvrèi ke n'èivon ingadja po chi tsótin ch'è fé mó. L'a grapi amon chu on noyie, chè adzokó chu ouna brantse è, l'a baliya bâ. Chè krapó ouna tsanba ! Ne fó trovâ oun'âtre tsèvrè. Konyède-voue kation ? Bonsoir à tous. Si je vous ai demandé de venir ce soir, c'est que le chevrier que nous avions engagé pour cet été a été accidenté. En effet, il a grimpé sur un noyer, s'est trop avancé au bout d'une branche et, il est tombé et s'est cassé une jambe ! Il faut que nous trouvions un autre chevrier. Connaissez-vous quelqu'un ?

Dédée

Dédée

Ye, y'é proeu oun' idée. Ye, konyèche on krouè, le troeuwe proeu valyin è, intuika, l'a pâ li-j-ouèi à la fàta, konte ke farë on bon tsèvrèi. Ché pâ che l'è d'Ijèrable èbin dè Ninda ? Moi, j'ai bien une idée. Je connais un jeune que je trouve bien vaillant et, en tout cas, il n'a pas les yeux dans sa poche. Je pense qu'il ferai un bon chevrier. Je ne sais pas si il est d'Isérable ou de Nendaz ?

Mado

Mado

Kotè-te tchie on tsèvrèi po vouardâ le tropé ? Ne, n'in atsètó davoue tchievre chi an me, ché pâ koumin chin va ? Est-ce que çà coûte cher un chevrier pour garder le troupeau ? Nous, nous avons acheté deux chèvres cette année mais, je ne sais pas comment çà va ?

Monique

Monique

Èbin, koumin l'è ye que féje li kontche, pouèi to voue-j-esplikâ. Ne dèmandin tchinjè fran pè tchievre po la chèijon è, vouë fran po li tsevri. Voue trovâ pètétrè tchie me, fó chavèi ke ne poin vindrè le laché à Babette, po chon restaurant, ke, lyie, fé dè motion po prèparâ la fondoua. Pâyè le laché à la fin dè la chèijon. Pâyè mé che l'a bien vindu dè fondoua. Oeu tsèvrè, n'y balyin trè chin fran di le tchinjè dè mé oeu tchinjè dè stimbre. Y a li j'achuranche di berle è doeu tsèvrè è, che fó èbardjie le tsèvrè, ne balyin on fran pè dzo. Le tsèvrèi l'è nërèi à toe, on dzo pè tchievre. Le matin è le noué a mèijon è, oeu cha po le dënâ.
Et bien, comme c'est moi qui tient les comptes, je peux tout vous expliquer. Nous demandons 15 francs par chèvre pour la saison et, 8 francs pour les cabris. Vous trouvez peut-être cher mais, il faut savoir que nous pouvons vendre le lait à Babette, pour son restaurant, elle fait des fromage pour la fondue. Elle paye à la fin de la saison. Elle paye plus si elle a vendu beaucoup de fondues. Au chevrier, nous donnons 300 francs depuis le 15 mai au 15 septembre. Il y a les assurances des chèvres et du chevrier et, si il faut héberger le chevrier, nous donnons un franc par jour. Le chevrier est nourri, chacun à son tour, un jour par chèvre. Le matin et le soir, à la maison et au sac pour midi.

Mado

Mado

Ye, pouè èbardjie le tsèvrè, yé ouna proeu groucha mèijon po li trovâ on tsambron. Po on fran pè dzo ché dako a min ke falëchè férè la boulya di linfouë troua chovin fodrè dèmandâ che ché dolin pëchè adé a la tcheutse ? Adon vouèdri on bokon mé paskè fó férè la boulya ple chovin ! Me fó dja trovâ le tsèvrè ? Moi, je peux héberger le chevrier, j'ai une maison assez grande, je lui trouve une petite chambre. Pour 1 franc par jour, je suis d'accord à moins qu'il faille faire la lessive des draps trop souvent, il faudrait demander si cet adolescent fait encore pipi au lit ? Alors, je voudrais un peu plus si il faut faire souvent la lessive ! Mais, il faut déjà trouver le chevrier ?

Roby

Roby

Intuika ya proeu dè pâtyie din la koumouna. Di le Treient amon a la Tinda a La Creuja è in Van. Ya partô proeu d'anpwèi è dè demécre. Intuica, ye, che fó, véje proeu koumin chèkordzon po li motra li pâtyie. Konyèche tote li krote, li vire è li chinlye dè la koumoune è le nom dè tote li flue boune po le laché ! .
En tous cas, il y a assez de pâturages dans la commune. Depuis le Trient, en haut à La Tinda, à La Creusaz et à Van. Il y a partout assez de framboisiers et d'épilobe ! Si c'est nécessaire, je vais volontiers comme aide au chevrier. Je connais toutes les corniches, les vires, les petits chemins de la commune et le nom de toutes les fleurs qui sont bonne pour le lait !

Monique (fâchée)

Monique (fâchée)

Che fo onko payie on chèkordzon, ne chin forche dè dèmandâ on fran dèple pè tchievre ! Si il faut encore payer un aide au chevrier, nous sommes obligés de demander 1 franc en plus par chèvre !

Mado


Mado

Ke l'è chin, li chèkordzon chon pâ paya, von po la tâka. Oeu Trëtien, tui li gawouè ke n'in tu chon aló po la tâka !
Qu'est ce que c'est que çà, les aides ne sont pas payés, ils vont pour le pique-nique. Au Trétien, tous les aides que nous avons eues sont allés pour le pique-nique !

Noëlle


Noëlle

On chèkordzon, l'è te mé oeu min k'on gawouè ?
Un aide à Salvan, aux Marécottes, aux Granges, est-ce plus ou moins qu'un aide au Trétien ?

Dédée


Dédée

L'è toton me, eu Trëtien, l' on todzo tu le prèdjie ple fin adon, dëyon pâ le chèkordzon, dëyon le gawouè !
C'est pareil, mais au Trétien il y a des expressions différentes !

Djan Trintèkatre


Jean Trentequatre

Èbin, n'in dja byin dèchidó d'aférè me, ya onko oun' aférè a dèchidâ. Ko vouardè le bokwe ? Y' èwe preu moujó le vouardâ à mèijon me, la fëna m'a dë ke che vouardâwe le bokwe, lyie, partivè dè mèijon. Ye, pouè pas ètâ cholè to le tsotin ! Y' èwe dèmandô oeu prèjidan che l'are volu vouardâ le bokwe, m'a rèpondu ke lui avoué to chin ke l'a a férè l'a pâ leji dè chin otchupâ è cha fëna l'a proeu a férè avoué tui li krouè !
Et bien, nous avons déjà décidé de beaucoup de choses mais, il y a encore une chose importante a décider. Qui garde le bouc ? J'avais pensé le garder chez moi mais, ma femme m'a dit que, si je gardais le bouc, elle partait de la maison ! J'ai demandé au président si il aurait bien voulu garder le bouc, il m'a répondu que, lui, avec tout ce dont il doit s'occuper, il n'a pas le temps et sa femme a déjà bien assez à faire avec tous les enfants !

Roby


Roby

Èbin, Dédée t'a rinkè a le prindrè. Ora ke voue-j-è to aloeuya vèr voue avoué ta dolinte, voue-j-è dè lardze !
Et bien, Dédée, tu n'as qu'à le prendre. Maintenant, vous avez tout rénové chez vous, avec ta fille, vous avez de la place !

Dédée (avec conviction )


Dédée (avec conviction)

Oh ! na, ne poin pas avèi chè chon to le tsotin. Di La Cotse chu la plache di Baux yo li dzin chè proménon. L'è chiu k'adon ya nyon ke pâchè pè La Cotse por alâ chu Li Baux, y' arè le chon tankè à l'iyèje ! Chin chè poeu pas férè !
Oh ! non, nous ne pouvons pas avoir cette odeur tout l'été depuis La Cotse Sur La Place des Baux ou les gens se promènent, il n'y aura personne sur la place, il y aura l'odeur jusqu'à l'église. Ca ne peut pas se faire !

Djan Trintèkatre


Jean Trentequatre

Adon, fó ke Noëlle le prinjëchè bâ oeu boeu avoué li vatse !
Alors, il faut que Noëlle le prenne dans son étable en bas, avec les vaches !

Noëlle(avec colère et conviction)


Noëlle (en colère)

Oh ! na chin pouè pâ ! Mon Dzatche voeu pas avè le bokwe prèmyie li vatse. Chon.nè troua krouè !
Oh ! non çà ne se peut pas ! Mon Jacques ne veut pas de bouc avec les vaches. Ca sent trop mauvais !

Roby


Roby

Portan, inpachenó bâ pè li Raverache chon.nèrë pâ tan , y'a d'èi !
Pourtant, attaché à un piquet en bas aux Raveraches ça ne sentirait pas beaucoup, y a de l'air !

Noëlle


Noëlle

Te tè muje ke ne volin yètâ le bokwe ! Na, chin l'è chiu kè na. M'è prèdjie pâ doeu bokwe ! D'ayoeu n'in rinkè a dèmandâ a l'oncle Henri. Lui l'a jamé rèfoujó dè vouardâ le bokwe. Voue châde proeu ke chin le bokwe a l'oncle Henri to le velâdze charë chin tsevri.
Tu penses que nous voulons attacher le bouc ! Non, çà, c'est sûr que non ! Ne me parlez plus du bouc ! D'ailleurs, il n'y a qu'a demander à l'oncle Henri. Lui n'a jamais refusé de garder le bouc. Vous savez que sans le bouc à l'oncle Henri tout le village serait sans cabris !

Djan Trintèkatre


Jean Trentequatre

Èbin, puiskè ne chin vènu à boe dè tote li j'aférè, pouè klourè l'afinbló è, ne poin bèire on vére è, chouatâ à tui bouna chèijon è bouna chanté. A la bouna voutra ! ! Et bien, puisque nous avons résolu toutes les questions je peux fermer l'assemblée et nous pouvons boire un verre et souhaiter à tous bonne saison et bonne santé ! A la bonne vôtre !
 
Madèléna
Madeleine Bochatay

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT