LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT


 

HISTOIRES EN PATOIS

Illustration : l'alpage

 

L'alpage et la vie des bergers

Par Gérard Bochatay

 

play pause

 

Vouèi voue prèdjie dè la montanye, dè l'in.nerpa è dè la vya di-j-arpian.  

D'âtre kou, tui l'èivon dè bétche : dè vatse, dè tchievre. Che li berle l'èitâvon d'avó to le tsótin po avèi le laché po la famëlye, li vatse li boutâvon a la montanye.

Autrefois, tout le monde avait du bétail, des vaches, des chèvres. Si les chèvres restaient au village l’été, pour fournir le lait aux familles, les vaches étaient mises à l'alpage.

In karantè-chie, y'èiwe trèje an, kan ché tu ingadja koumin petyou bardjie a la montanye di Lantse. A chla montanye, ché tu dou-j-an petyou bardjie è on an chodjie.

En 1946, à l'âge de treize ans, j’ai été engagé comme petit berger à la montagne des Lantzes. J’y suis resté deux étés petit berger et un été aide fromager (chodjie).

La montanye di Lantse chè troeuvè a la lëmëte avoué la Franche doeu lâ dè Vallorchëne è doeu tyoeu dè Barme.

L’alpage des Lantzes se trouve à la frontière française du coté de Vallorcine et du col de Balme.

Èi Lantse, y'a trèi trèmouâye. La Grieba yó n'èitâvon ouë a dyie dzo kan n'arevâvon a l'in.nerpa. Le tsalè l'èirè bon è proeu konfortable. Li-j-Èchyie, on bokon ple amon, yó n'èitâvon on mèi oeu kouminchèmin è on mèi a la fin dè la chèijon. L'èirè achebin on bon tsalè. On y prèparâvè li rèpâ è on y drëmivè. Oeu boeu, l'èirè difèrin ! Li pan.ne doeu tèi l'èiron bache a nivó doeu fron è dè la fache ; achë, le matin kan on mouèidè, on èirè pâ byin dèchondja, chovin, la prèiyire l'èirè féte ! Oeu chondzon, le trèmouâye di Lantse yó on èitâvè a pou pré di le tchinjè juiyè oeu tchinje ou, adon, lé, falivè èitrè avarti. Le tsalè yó on fabrekâvè l'avèi pâ dè cholan, l'èirè la tèrra batoua. Le tèi l'èirè tan bache ke, kan falivè férè grou foua po férè le chèré, li-j-achëlye prinjèivon foua. Adon po mouri ché foua, ne mandâvon chu dè bidëné dè kouéte. La foumée, y'avèi pâ dè borne, on krouèi trou din le tèi ! Po dremi, on kramo ! Kan plovèi, la paye l'èirè mouve, l'éwe pachâvè dèjo.

Aux Lantzes, il y avait trois niveaux : La Griba, on y restait 8 à 10 jours au début de la saison, à l’inalpe. Le chalet était assez confortable. Les Esserts, un peu plus haut, où l’on restait un mois au printemps et un mois à la fin de la saison. C'était aussi un bon chalet, on y préparait les repas et c'était là qu'on dormait. L'écurie, c'était différent. Les poutres du toit étaient basses à niveau du front ! Aussi, le matin, au moment de la traite, encore un peu endormi, souvent, la prière était faite ! Le niveau supérieur des Lantzes, on y restait à peu près du 15 juillet au 15 août. Alors, là, c'était très primitif ! Le chalet où l'on fabriquait n’avait pas de pbncher, c’était terre battue. Le toit était si bas qu'au moment de pousser le feu pour faire le sérac, les bardeaux prenaient feu ! Alors pour éteindre ce feu, on lançait sur le toit des bidons de « cuites » (petit lait après la fabrication du sérac). La fumée : pas de cheminée : un trou dans le toit ! La chambre : un « cramo » (cabanon) ! Les jours de pluie, la paille sur laquelle on dormait était mouillée ! L’eau passait dessous.

L'in.nerpa chin l'èirè ouna brava dzornive. Ne partivon dè Charvan vèi trèi-j-oeure è demyie le matin avoué tui li bagâdze, tsakè propriétére dè vatse l'èirè prè, fyie d'in.narpâ chi bétche tote inchënayë. Ne pachâvon oeu Tretyin, amon pè Lacha, èi Fenyó, le Dzietre, bâ oeu Tsatèlâ, amon le tsanté a la viyë. Oeu chondzon lé, falivè férè atinchon dè pâ lachie li bétche inkondrè oeutre oeu Molâ. È pouè La Grieba. N'èiron arevó vèi ouë-t-oeure, ouë-t-oeur è demyie. Ché dzo lé, por pou ke l'uchè fé bon, l'èirè féta ! Apré, l'è li-j-arpian ke travalyivon demindze è dzeroeuvri pè tui li tin.

L’inalpe, c’était une belle journée. Nous partions de Salvan aux environs de trois heures et demie le matin avec tous les bagages. Chaque propriétaire de vaches était prêt et fier d’alper ces bêtes avec leurs grandes sonnettes. Nous passions au Trétien, La Cha, Finhaut, Giétroz, en bas à Châtelard, le « Tsanté à la Vieille ». Après, il fallait veiller les bêtes afin qu'elles ne partent pas au Molard ! Et puis nous arrivions à « La Griba » vers huit heures, huit heures et demie. Ce jour là, si le temps était au beau, c'était la fête. Après, c’est les bergers qui travaillaient, le dimanche et la semaine par tous les temps.

Li-j-arpian l'èiron katre : le vatsèran, le fruitchie, le chodjie è le petyou bardjie.

Nous étions quatre employés : le Maître berger, le fromager, l'aide fromager et le petit berger.

Le vatsèran ch'okupâvè doeu tropé, dè la chanté d'oeu bètalye, mouèidèi li vatse, menâvè in tsan, kopâvè li chouye. Po li bétche y'avèi dou rèpâ pè dzo. Le denâ, rèpâ doeu matin, lèirè proeu chovin loin doeu boeu. Kan on alâvè amon chu l'Âle, falivè kontâ oun oeura po chorti amon a la chouye ; l'èrba l'èirè ple râre è min grâche kè d'avó. Le noué, on li boutâve in chin.ne, l'èirè ple pré doeu boeu : l'èirè ple dru lé, l'èirè tu fèmó. Intrè chloeu dou rèpâ on inbouavè li vatse.

Le Maître berger s'occupait du troupeau, de la santé du bétail. Il trayait les vaches, allait au pré, délimitait la surface à manger pour le repas du bétail. Pour les bêtes, il y avait deux repas par jour. Le dîner, repas du matin, souvent assez loin de l'écurie. Quant on allait en haut sur l'Ale », il fallait compter une heure de marche. L'herbe était plus rare et moins grasse. Le soir on les menait plus près de l'écurie, le terrain était plus gras, on y mettait du fumier. Entre ces deux repas, on rentrait le bétail à l'écurie.

Le fruitchie, lui, mouèidèi achebin li vatse, fajèi le frui, le boure, le chèré. Ch'okupâvè dè la kâva. Che li mote konflâvon l'è lui ke chè fajè bouchie chu pè li konchô. Dèvèi achebin tèni própre le tsalè è prèparâ li rèpâ po li-j-arpian. Oh ! l'è pâ chin ke li prinjèi le mé dè tin ! Le matin fajèi dè kâfé oeu dè chocolat avoué dè pan. N'èivon pâ drèi oeu boure, chin, l'èirè rèjarvó èi konchô. A miedzo dè polinta dure avoué dè laché èbin dè pan è dè chèré, le noué, dè trifle è dè chèré oeu dè chëpa dè laché èpa, doeu restan dè la polinta dè miedzo èbin katiè macaron. Po bèirè n'èivon todzo proeu dè laché è d'éwe, èbin chèi ke volèi bèirè dè kouéte pouèi bèirè dè kouéte !

Le fromager trayait aussi les vaches, fabriquait le fromage, le beurre et le sérac, s'occupait de la cave, (entretien des pièces de fromage). Si les pièces gonflaient, c'est lui qui se faisait taper sur les doigts par les consorts ! Il devait aussi veiller à la propreté du chalet et préparer les repas des bergers. Ce n'est pas ce qui lui prenait le plus de temps ! Le matin : du café ou du chocolat avec du pain. Nous n'avions pas le droit de manger du beurre, il était réservé pour les consorts. A midi, de la polenta avec du lait ou du pain et du sérac. Le soir, des pommes de terre et du sérac ou de la soupe au lait avec les restes de la polenta de midi ou des pâtes. Pour boire, nous avions toujours assez de lait et d'eau.

Le chodjie dèvèi mouèidrè li vatse, chonyie le bou ; l'in falivè byin po èitsoeudâ le grou tsoeudèron po férè le chèré. Kourâ li boeu, èidjie oeu fruitchie a la kâva è oeu tsalè. Dou kou pè chènan.ne falivè portâ le boure bâ oeu Tsatèlâ po l'invoyie èi konchô kan l'èivon lyue to. Portâ amon li komechon prèiche oeu magajin doeu Tsatèlâ yó li-j-arpian l'èivon on kontche oeuvèi por yue pè le konchortâdze. N'èivon pâ le drèi d'atsètâ dè tsèi, l'èirè troua tchiere ! N'in mindjievon pâ dè to le tsótin ! Le konchortâdze balyivè èi-j-arpian la darère mote dè l'an dè dèvan. L'èirè chouènya d'ëvèi pè le govarnyoeu ; n'in mindjievon li prèmyie dzo, di chin n'èiron oeu chèré !

L'aide fromager (Chodjie) devait traire les vaches, fournir le bois. Il en fallait beaucoup pour faire chauffer la grosse chaudière pour le sérac. Il devait nettoyer l'écurie, aider au fromager à la cave et au chalet. Deux fois par semaine, il devait descendre à Châtelard porter le beurre qui était expédié aux propriétaires du bétail, chacun leur tour. Pour monter, il amenait le ravitaillement pris à l’épicerie du Châtelard où les bergers avaient un compte ouvert pour eux par le consortage. Nous n’avions pas le droit d'acheter de la viande, c'était trop cher ! Nous n’en mangions pas de tout l'été ! Le consortage donnait aux employés la dernière pièce de fromage de l’été précédent. Cette dernière pièce était soignée l'hiver par le gouverneur. Nous la mangions au début de la saison. Une fois finie, c'était le régime sérac !

Le petyou bardjie dèvèi pèjâ le laché kan li-j-âtre mouèidèivon, dou kou pè dzo, le matin è le noué dèvan kè chorti le tropé, portâ ché laché pèjó a la kâva doeu laché, dèvèi tsafie li vatse por alâ in tsan è vouardâ le tropé avoué le vatsèran chuto pâ lachie brotâ dèlé l'intchie.

Le petit-berger devait peser le lait quand les autres employés trayaient, deux fois par jour, le matin et le soir, avant de sortir le troupeau. Il devait porter ce lait à la cave à lait et ensuite chasser les vaches pour les amener au repas et garder le troupeau avec le maître-berger et surtout ne pas les laisser manger plus loin que la limite !

La montanye di Lantse pouèi nëri ouna karantèina dè tsavon. L'èirè la propriété d'on konchortâdze dè Charvan. Tsakè konchô l'avèi on fon, oeu dèple, ke l'avèi atsètó èbin èretó dè cha parintó. Tsakè fon balyivè le drèi èi konchô d'in.narpâ ouna vatse èbin dè le louâ a kâtion po la chèijon. Li konchô pouèivon boutâ on vé avoué la vatse, pètétre on kayon. Po tsakè vatse ke boutâvè a la montanye le konchô dèvèi oeu konchortâdze dawe dzornive d'omwe, dè travalye pèr an : l'èirè li manoeure !

L’alpage des Lantzes pouvait nourrir une quarantaine de têtes de bétail. C’était la propriété d’un consortage de Salvan. Chaque consort possédait un fond ou plusieurs qu'il avait acheté ou hérité d'un parent. Chaque fond donnait le droit d'alper une vache ou de le louer à quelqu'un pour la saison. Les consorts avaient le droit d'alper un veau en plus de la vache et même un cochon. Pour chaque vache alpée, le propriétaire devait au consortage deux journées de travail d'homme par saison : les manoeuvres !

Po govarnâ to chin, y'avèi on govarnyoeu prèi prèmyie chloeu ke l'èivon dè fon, a tô, on an pè konchô. Dèvèi ingadjie li-j-arpian, vèlyie ke fichon le travalye adrèi è ke la chèijon chèi bouna.

Pour administrer tout cela, il y avait un gouverneur pris parmi les propriétaires de fonds. Chaque consort devait le faire une année. Son travail consistait à engager les employés, veiller que le travail soit bien fait et que la saison soit bonne.

Po organijâ li manoeure y'avèi on directoeu. L'èirè nomó tui li-j-an pè li konchô a l'afinbló

Pour organiser les manœuvres, il y avait un directeur nommé par les consorts à l’assemblée.

Y'avèi on chèkretére ke dèvèi pachâ li-j-èkretëre, férè li kontche, balyie le chalvére èi-j-arpian, distribuâ le danré a la fin dè la chèijon. Kontrolâvè to, achebin li komechon ke chloeu-j-arpian fajèivon oeu magajin. On kou, kan y'èire chodjie, m'èivon fé prindrè dou salami bâ oeu Tsatèlâ. Le chèkretére l'è pachó oeu magajin apré mè, loeu-j-a fé la lechon ! Volèi m'è férè tornâ portâ bâ li choeuchechon. Y'in avèi ple kè on, l'âtre lèirè dja din la natëre ! L'è po voue dërè l'estinma ke n'èivon po le bakon le dzo dè la dèjèrpa kan ne dënâvon vèi le propriétére dè la rèina doeu laché, apré inveron chin dzo a la montanye.

Il y avait un secrétaire. Son travail consistait à distribuer les produits, fromage, beurre, sérac, faire les différentes écritures, faire les comptes du salaire des employés. Il contrôlait les achats faits par l’aide fromager à l’épicerie ! Il m'était arrivé, une fois, de faire l'achat de deux salamis. Le secrétaire, passant au magasin deux jours plus tard, nous a fait une sacrée leçon ! Il voulait me faire redescendre l’objet du litige. J'en ai redescendu un, l'autre était déjà digéré ! Cela pour vous dire la joie de manger de la viande le jour de la désalpe ! Car nous avions le dîner chez le propriétaire de la reine à lait, après cent jours à l’alpage.

Oh ! l'èirè pâ to d'orgwè la vya di-j-arpian ! Drèi tui li matin a trèi-j-oeure po mouèidrè, dremi a noeu oeure ! L'èirè pâ koumin motron dèkou oeu cinéma ! È pouèi, oeu cinéma, on chin pâ le chon dè la chyue è dè la boeuje ! Èbin, l'è tu ma vya pindin fin an. Trèi-j-an èi Lantse è dou-j-an a Èmanèi.

C'était pas tout rose la vie des bergers. Ce n’était pas comme on le montre parfois au cinéma ! Le réveil tous les matins à trois heures pour la traite. L'odeur de la sueur et du fumier, c’était normal. Cela a été ma vie pendant cinq ans : trois aux Lantzes et deux à Emaney.

A Èmanei, la montanye l'è ple grouche. Y'avèi nonantè-chie fon. Y'avèi mé d'arpian , n'èiron chie. A Èmanèi y'avèi pâ dè trèmouâye. Y'avèi vint-è-dou boeu dè katre fon è le boeu dè la bordzèiji yó y'in avèi ouë. Li vatse brotâvon di chu Partui tankè amon a la Tèpa Dura dèvan k'arevâ oeu tchoeu d'Èmanèi. La chèijon l'èirè min londze, n'in.narpâvon fin juin débu juiyè tankè oeu mèitin dè stinbre. A l'in.nerpa, ne ne plèijèivon dè vyie li bâre kan la mètia doeu boutin l'èirè dè tsatanyë. On in a tu yu dè bale !Èbin, l'è tu ma vya, l'èirè la vya dè byin d'omwe è dè dzouvëne a ché momin lé !

A Emaney, l’alpage était plus grand, il y avait 96 fonds. Nous étions plus nombreux comme employés. Cette année là, on était six. A Emaney, il y avait 22 écuries de quatre fonds. Les vaches mangeaient depuis « Sur Partuis » à l’entrée du pâturage jusqu'à « La Teppa dura » en dessous du col d'Emaney. La saison était plus courte. L’inalpe était à la fin juin, début juillet. La désalpe environ à mi septembre. A l’inalpe, on avait du plaisir à voir de belles luttes quand une partie du troupeau se composait de vaches de la race d’Hérens. A l’époque, beaucoup d’hommes et de jeunes gagnaient leur vie ainsi.

Gérard Bochatay, Madèléna
 

 

RETOUR AU SOMMET DE LA PAGE

RETOUR A LA PAGE DES HISTOIRES EN PATOIS

 


LE PATOIS DE LA VALLEE DU TRIENT